Karaté Boy - Par M. Poulpe, Briones & Mourier - Ankama Editions

10 août 2012 3 commentaires
  • Un hommage parodique aux magazines pour enfants des années 1980, avec quelques pages de BD dedans. Pour les adeptes du travail mal fait exprès.

Karaté Boy est le dernier homme sur Terre. Enfin, ça, c’est le concept de la série, parce que dans les faits, pour un dernier survivant, il en rencontre, des congénères : grands manitous du mal frôlant le ridicule, vieux maîtres à la barbe blanche, ou créatures dotées de pouvoirs plus ou moins super...

Bienvenue dans le temple de l’hommage kitsch, un univers où l’humour pipi caca se tire la bourre avec les étrons graphiques bariolés d’immondes couleurs primaires, où la vanne au ras des pâquerettes est érigée en dogme.

Les papes de cet humour qui salit et viole leurs propres références ? Davy Mourier et Monsieur Poulpe, les deux trublions de la chaîne de télévision Nolife, deux références des vidéo-blogs pastichant tout ce que leurs yeux de recycleurs du pauvres peuvent avaler et ingurgiter.

Déjà animateur TV (il a créé l’émission Roadstrip sur la bande dessinée), et auteur des BD dépressives 41€ et 50 Francs pour tout chez le même éditeur Ankama [1], Mourier laisse ici s’exprimer son visage d’amuseur adepte des déguisements foireux, battant des records de ridicule et de mauvais jeu d’acteur.

Monsieur Poulpe, quant à lui, reprend ici (dans les couvertures et des romans photos innommables) son rôle de Karaté Boy d’après la série live qui a inspiré la BD, dans un festival de poses navrantes détourées au katana par un aveugle.

Karaté Boy - Par M. Poulpe, Briones & Mourier - Ankama Editions
©Briones/Ankama Editions

Vous l’aurez compris, avant de découvrir ces planches, mieux vaut laisser sa quête de bon goût au placard à balai, et entrer dans un monde fini au pipi, un monde nageant dans la chute crasseuse, la réplique de cour de récré, mais pourtant, un monde indubitablement drôle. Chaque rire du lecteur est suivi par un long moment de honte, ponctué par des tonnes de gags (éditos, romans photos, mots fléchés au dessous de la ceinture...) et surtout par des pages dessinées par, quand même (!), un Philippe Briones (Wanderers, La Geste des Chevaliers Dragons, X-Men, Iron-Man) s’amusant à reprendre l’ambiance graphique des mauvais comic books des années 80.

À ranger bien caché au fond de sa bédéthèque, mais un objet indispensable pour passer le temps sur la plage.

©Briones/Poulpe/Mourier/Ankama Editions

(par Thomas Berthelon)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre chez Amazon
Commander ce livre à la FNAC

Davy Mourier : "Je ne peux pas dessiner de la fiction, car cela m’ennuie"

Davy Mourier : « La BD c’est moi, seul face à mes peurs. »

[1Cet été, juste avant Japan Expo, Davy Mourier, Monsieur Poulpe et Ankama Editions ont choisi de ne plus collaborer ensemble. Alors, plan marketing ou réelle brouille ? Il semblerait que le mystère s’éclaircira à la rentrée. En attendant, voici le communiqué d’Ankama :

Nous confirmons notre volonté et notre regret d’interrompre notre collaboration avec Davy et Monsieur Poulpe. Bien que radicale, cette décision réfléchie est avant tout motivée par des divergences humaines.

En produisant des programmes tels que NerdZ, J’irai loler sur vos tombes, Roadstrip, Karaté Boy, Inside Ankama ou Le Golden Show, en éditant des titres de BD (50 Francs pour tout, 41 euros pour une poignée de psychotropes, Karaté Boy), Ankama a prouvé son goût très prononcé pour l’humour et le style de Davy et Monsieur Poulpe.

Nous leur avons fait confiance et les avons accompagnés pendant plusieurs années. Nous n’avons eu d’ailleurs, qu’à nous en féliciter. Ankama s’est investie sans compter dans cette aventure. Aujourd’hui, nous sommes fiers de la réussite et de la notoriété grandissante de ceux que nous considérons comme des artistes talentueux. Nous sommes même tentés de penser qu’Ankama n’est pas étrangère à ce succès indiscutable. Lequel ne peut malheureusement éclipser quelques divergences d’opinion. Et nous préférons, comme nous l’avons toujours fait, rester fidèles à notre conception des valeurs humaines.

À ce titre, il aurait été déplacé, vis-à-vis du public, de participer à Japan Expo / Comic Con 2012 et d’y diffuser le Golden Show#8 en sachant que ce qui nous liait à Davy et Monsieur Poulpe n’existait déjà plus. Nous avons donc purement et simplement annulé le programme prévu.

Conscients de la stupeur que cette nouvelle a créée, nous espérons sincèrement que Japan Expo / Comic Con 2012 restera une fête pour tous les participants, et souhaitons la réussite la plus totale à Davy et Monsieur Poulpe dans leurs nouvelles aventures et nouveaux partenariats.

 
Participez à la discussion
3 Messages :