Kim Devil : Le Mystère du dieu blanc - Par Jean-Michel Charlier et Gérald Forton - Ed. Sangam

29 mars 2012 4
  • Nouveau volet de la réédition de ce classique de Jean-Michel Charlier avec, à la clé, un dossier toujours aussi fouillé de Gilles Ratier et une histoire complète inédite signée Gérald Forton.

Curieuse publication que celle-ci : un classique de 1956 accompagné d’un dossier truffé de documents inédits issus des archives de la famille Charlier, une chronologie des événements historiques de l’année 1956, des planches inédites avec le même héros classique réalisées par Forton en 2011 et, en conclusion, un papier du journaliste Hervé Cannet sur la vocation du journaliste-aventurier. Il y a la volonté d’apporter une vraie plus-value à une réédition, de contextualiser l’œuvre, dans son écrin historique, d’apporter un maximum de détails quant à sa réalisation. Le collectionneur ne sera pas déçu !

Mais en même temps, il n’y a pas vraiment de regard critique dans la première partie, ni sur le scénario qui, bien que documenté, ramasse quand même un bon gros tas de clichés que Charlier aménage en orfèvre, ni sur le dessin où l’on sent que Forton, qui multiplie les gros plans, fait de l’abattage et louche graphiquement du côté de John Prentice, le dessinateur de Rip Kirby.

Paradoxalement, ce regard critique vient de Gérald Forton lui-même qui a réalisé sur le tard -à 80 ans !- quelques pages inédites de Kim Devil. Non seulement son dessin y est plus fin, plus généreux dans la mise en scène comme s’il prenait la mesure de ce péché de jeunesse, mais les Indiens d’Amazonie y sont montrés de façon moins caricaturale, maîtrisée dans leurs anatomies...

Et si l’homme blanc garde sa certitude, il a retrouvé ici une certaine empathie pour les autochtones, signe que les mœurs ont bien changé depuis 50 ans.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album chez Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • ....sur le dessin où l’on sent que Forton, qui multiplie les gros plans, fait de l’abattage et louche graphiquement du côté de John Prentice, le dessinateur de Rip Kirby.

    Forton a dessiné 4 histoires de Kim Devil prépubliées dans le journal Spirou de décembre 1953 à juin 1956.
    Rip Kirby a été créé par Alex Raymond en 1946 et l’a dessiné jusqu’à sa mort en septembre 1956 (accident de voiture à presque 47 ans).
    Je pense donc que Forton n’ait pas pu être inspiré graphiquement par John Prentice mais plutôt par Alex Raymond.

    fd

    Répondre à ce message

  • J’ai conservé dans ma bibliothèque une vieille réédition Dupuis de cette histoire qui m’avait beaucoup marquée enfant. Un récit assez atypique je trouve : une ambiance très glauque -pluie incessante, fièvres et... scolopendres !

    J’ai parcouru à nouveau cet album du coup à la lecture de votre article. Même si les personnages sont très typés (ah, ces malfrats : stetson, lunettes noires et clope au bec), le récit est bien balancé. Le "Dieu Blanc" en personne est tout de même une grosse surprise scénaristique. Un joli coup de Charlier qui une fois de plus faisait preuve de son talent tranquille en bouclant une bd d’aventures sur 42 pages(?!)

    Quand à la référence sur Rip Kirby et John Prentice... je n’en suis pas certain. J’y vois plutôt un dessin classique issu de l’école des "petits formats" européens -inspirés eux-mêmes bien entendu par l’école du comic-strip US. Dans le cas précis de cet album j’y vois plus l’influence de Brantonne que de Prentice.

    Répondre à ce message

  • Le livre est sorti fin octobre, je ne sais pas s’il est encore disponible. Les BD de la collection Jean-Michel Charlier sont vraiment bien faite, tant dans le contenu que dans le contenant.

    La mise en place des personnages, entre les tomes 3 et 4 me fait penser à Blueberry :
    - Kim Devil - Ayomatuc - Professeur Coconel
    - Blueberry - Red Neck - Mc Clure

    Répondre à ce message

  • OH ! Bien vu, le logo KIM DEVIL qui écrase la tête du personnage ! On n’aurait pas pu faire pire. Ou si ... le mettre sur la tête du héros, mais notre maquettiste stagiaire n’y a sans doute pas pensé ! chuuut !
    Ajoutez à ça, la laideur de la couverture ... Triste ...

    Répondre à ce message