Kim ou l’impérieuse nécessité du témoignage

22 juillet 2019 0 commentaire
  • Kim Rêve d’ailleurs et nous invite dans son parcours initiatique à travers l’Europe. Voyage graphique, voyage d’une vie, rencontre et acceptation de l’autre, ce titre autobiographique relate des faits datant des années 1960, mais dont les résonances sont terriblement actuelles à l’heure où l'on instrumentalise une fois encore les fameux « migrants ».

Cela fait maintenant bon nombre d’années que le dessinateur et désormais scénariste Kim porte au plus haut de son crayon le 9e art espagnol. L’auteur des très réussis L’Aile brisée et L’Art de voler (scénarios d’Antonio Altariba), décide, pour ce récit autobiographique de se lancer en solitaire et passe l’épreuve avec brio !

Kim ou l'impérieuse nécessité du témoignage
© Éditions du Long Bec

Sous l’Espagne franquiste des années 1960, nombreux sont les Espagnols à se retrouver contraints à l’émigration, rêvant d’une vie meilleure mais aussi par nécessité économique. De ce fait, de nombreuses communautés espagnoles se sont formées aux quatre coins de l’Europe à commencer par la France, du fait de sa proximité géographique, et par l’Allemagne, du fait du développement de son industrie. Ces immigrés espagnols formaient alors une main d’œuvre peu coûteuse mais nécessaire en raison des nombreuses pertes humaines subies par les belligérants durant la Seconde Guerre mondiale.

C’est l’histoire méconnue de ces Espagnols immigrés en Allemagne que choisit de nous raconter Kim car il se trouve qu’il en faisait partie. L’auteur nous conte l’épopée d’un jeune homme discret, mais audacieux qui, parti Outre-Rhin en stop sans même prévenir sa famille, tentait d’échapper au service militaire qu’imposait le régime franquiste. Sur sa route, les rencontres se multiplient et sont chaque fois l’occasion d’échanges intéressants.

© Éditions du Long Bec

La reconstruction de cette époque par Kim laisse transparaître une apparente bienveillance des Allemands vis-à-vis des immigrés espagnols, le choc culturel ne laissant que très rarement place au mépris. L’auteur oppose toutefois à cela les réalités de la migration, l’auteur en devenir se trouve fort rapidement face à différentes barrières, d’abord linguistique, puis administrative avec des problèmes de papiers d’identité et de visas de travail.

Le propos, certes bavard, mais non moins captivant, place très régulièrement Kim au second plan pour mieux se concentrer sur la fresque sociale que l’auteur s’attache à nous dépeindre. Le graphisme s’apparente aux comics américains indépendants d’hier comme d’aujourd’hui. Les visages, habilement caractérisés et très expressifs, accompagnent des arrière-plans fournis et lisibles, le tout dans un noir et blanc maîtrisé permet une grande fluidité de lecture et une concentration accrue sur les dialogues, nombreux et riches d’informations.

© Éditions du Long Bec

Une tranche de vie autobiographique humaniste imageant une époque de reconstruction et de partage.

(par Thomas FIGUERES)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Un Rêve d’ailleurs - Par Kim - Éditions du long bec - Sortie : 17 avril 2019 - Prix : 22 euros.

Retrouvez sur ActuaBD :
- Antonio Altaribba : un art de la mémoire
- Antonio Altarriba (« L’Art de voler ») : « L’Anarchie n’est pas le chaos ! »
- L’Aile brisée : le silence d’une mère d’Espagne

  Un commentaire ?