Kokkoku T1 - Par Seita Horio - Glénat

13 avril 2015 0 commentaire
  • Un enlèvement d'enfant. Un mystérieux pouvoir sur le temps lié à une lignée. Une terrifiante créature pour régir un monde parallèle... Voilà quelques éléments de {Kokkoku}, thriller fantastique immédiatement prenant et assurément prometteur.

La vie n’est pas bien folichonne au sein de la famille Yukawa. Père, fils et grand-père trainent leurs guêtres à la maison tandis que la mère et les filles se démènent...

Aussi, quand Sanae demande à Juri, sa sœur, d’aller chercher Makoto, son petit garçon, à l’école, c’est finalement Tsubasa, l’aîné, pur otaku, qui se voit confier la tâche d’aller récupérer l’enfant. Rien que de très banal jusqu’à ce que l’oncle et son neveu soient enlevés, et une importante rançon réclamée dans la foulée...

Kokkoku T1 - Par Seita Horio - Glénat
Un enlèvement pour amorcer l’intrigue
© 2009 Seita Horio / KODANSHA

Seuls présents à la maison, Juri, son père et son grand-père doivent faire face à la panique. Et l’urgence est telle - la rançon doit être livrée quelques heures plus tard - que prévenir la police n’est pas envisageable. C’est là que le patriarche décide de recourir à un pouvoir secret, hérité de ses aïeux : par l’entremise d’une pierre et d’un rituel, il est capable d’arrêter le cours du temps et de se mouvoir dans la ville ainsi figée. Voilà qui devrait faciliter l’opération de secours. Sauf que...

Partant d’un quotidien réaliste, Kokkoku bifurque rapidement vers le fantastique en proposant une variation intéressante sur le thème du paradoxe temporel. Seita Horio développe en effet, de manière efficace, une puissante mythologie autour de ce pouvoir que l’on découvre convoité et gouverné par diverses entités et organisations.

Mise en place du rituel magique devant figer le temps
© 2009 Seita Horio / KODANSHA

Surtout, le récit se déploie sous la forme d’un thriller multipliant rebondissements et révélations. Rythmée, surprenante tout autant que prenante, cette aventure capte immédiatement l’attention du lecteur, jouant sur une dramatisation savamment dosée.

Côté dessin, si l’on peut trouver le résultat un peu plat et terne concernant les visages des personnages, décors, cadrages et créatures apparaissent soignés et permettent d’instaurer l’inquiétante ambiance, à la limite de l’horrifique, requise par cette histoire.

Très bonne surprise, Kokkoku s’inscrit dans la lignée des titres seinen étonnants et de qualité proposés par Glénat ces derniers mois, à l’instar de La Tour fantôme, pour rester dans un registre voisin. Espérons que la série, en huit tomes, confirmera cette très bonne première impression.

Un monde du temps arrêté régi par certaines règles
© 2009 Seita Horio / KODANSHA

(par Aurélien Pigeat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Kokkoku T1. Par Seita Horio. Traduction Satoko Fujimoto et Anthony Prezman. Glénat Manga, collection Seinen. Sortie le 18 mars 2015. 224 pages. 7,60 euros.

Commander ce livre chez Amazon
Commander ce livre à la FNAC

  Un commentaire ?