Koredan, la saga des dragons - tome 1 : l’Eveil - Par Guidz, Cuidet & Drannob - Soleil

31 décembre 2008 0 commentaire
  • Sur Gaia, les peuples vivaient en paix, avant que les Faelles ne se mettent à tout dévaster sur leur passage. Une jeune apprentie magicienne, devenue l'élue d'un maître dragon, tente de briser cet élan de sauvagerie, pour ramener la paix. Une belle série du genre, sublimée par son dessin, et le parler incompréhensible des dragons !

Dans un monde où la magie est omniprésente, et parfois dangereuse, Kachina et son marmouchat accompagnent Demetrius, une jeune érudite, en voyage d’initiation. Mais les Faelles montées sur leurs dragons domestiques se mettent à attaquer sans discernements les autres peuplades de Gaia. En leur échappant, Kachina rencontre Koredan, le dragon de l’eau, qui fait d’elle son élue. Mais sera-t-elle assez forte pour combattre les autres élus draconiques et terrasser la puissance du gris ?

L’héroïc-fantasy a envahi la bande dessinée, en particulier chez Soleil. Koredan, la saga des dragons utilise un à un les codes du genre : divers peuples, avec des coutumes et des magies différentes, une mission avec des compagnons choisis ou non, et des pouvoirs acquis par la pratique ou par inadvertance, mais qu’il va falloir dompter.

Koredan, la saga des dragons - tome 1 : l'Eveil - Par Guidz, Cuidet & Drannob - Soleil

Le scénario de Guidz & Cuidet est suffisant fluide pour mêler ces différents ingrédients en les intégrant naturellement à une histoire classique, mais attachante. Ce premier tome permet de placer les jalons du monde de Koredan, et on suppose qu’on en apprendra plus sur les deux héroïnes, encore bien lisses après 46 pages.

Une des innovations de cette série, est de faire parler les dragons dans leur propre langage : quatre pages entières, ponctuées de juste quelques mots en français ! Bien entendu, d’autres avant eux ont joué sur cet artifice, mais d’entrée, les auteurs proposent de surfer le site de Koredan pour obtenir les traductions.

Si vous entamez votre lecture trop loin de la civilisation pour vous connecter, cette possibilité entraîne une légère frustration, mais il faut bien avouer que l’histoire se poursuit très bien sans ce complément d’information. Toutefois, pour saisir la globalité de l’intrigue, et appréhender le second tome, cette référence demeure indispensable. Pourquoi ne pas avoir traduit ces dialogues en annexe ? Sans doute, par innovation, et pour entraîner le lecteur sur un autre terrain, propice à l’échange et aux bonus.

Un mot concernant le dessin et les superbes couleurs de Drannob : issu de la publicité, du jeu vidéo et de l’animation, son dessin un peu rigide dans les premières planches, prend très rapidement la mesure du récit. On le sent parfois maladroit avec les codes de la bande dessinée, dans laquelle il débute, mais son travail soigné, son sens du rythme et du volume éclipsent ces petits défauts.

Voilà une série qui démarre sous d’excellents auspices, à conseiller aux férus d’héroïc fantasy, qui se délecteront du monde qui est leur proposé, et en particulier des superbes illustrations de Drannob.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre sur Internet
Visiter le site de la série.
Toutes les illustrations sont © Guidz/Cuidet/Drannob/Soleil.

  Un commentaire ?