Kraa, T.2 : L’Ombre de l’aigle - Par Benoît Sokal - Casterman

Par David TAUGIS 5 mars 2012 
Le jeune indien et l'aigle impérial dominent leurs montagnes, face aux cupides exploiteurs d'en bas. Un tome 2 qui tient ses promesses, avec une nature sauvage magnifiquement rendue.

La lutte se radicalise. D’un côté l’équipe d’ouvriers qui travaille sous le joug féroce d’un contremaître cynique et agressif, de l’autre Yuma, ado réfugié sur les hauteurs, et Kraa, jeune aigle puissant et sans pitié. La relation entre ces deux solitaires ne cesse de se renforcer, mais le prédateur se demande si le jeune humain est un allié vraiment sûr...

Tandis que la nature ne facilite pas les travaux du barrage monumental envisagé par l’homme d’affaires Morcov, l’aigle et le jeune homme vivent leur liberté avec insouciance. Mais l’équipe des travailleurs n’est pas si loin, et un accident va les obliger à choisir leur camp.

Deuxième tome d’un triptyque ambitieux, L’Ombre de l’aigle ne déçoit pas, grâce à son scénario solide et au dessin virtuose de Sokal. On avait fini par perdre l’habitude de ces décors sauvages dessinés avec une telle maestria.

Sokal mise avant tout sur la relation intense et ambiguë qui soude Kraa et Yuma, et le tome 3 (la Colère blanche de l’orage) reposera sans nul doute sur un duel final épique. Rendez-vous début 2013.

Kraa, T.2 : L'Ombre de l'aigle - Par Benoît Sokal - Casterman
Kraa, T.2 : L’Ombre de l’aigle - Par Benoît Sokal
(c) Casterman

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN :

Casterman
 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Ca serait parfait s’il n’y avait les humains...
    7 mars 2012 13:35, par Lorenzaccio

    Sokal dessine très bien les animaux, qu’ils soient anthropomorphes comme dans Canardo ou réels comme ici. Les paysages passent bien. L’histoire sous-jacente est convenue, mille fois explorée, reste effectivement la relation entre Yuma et Kraa comme élément nouveau qui interroge et attire l’attention et donne un peu d’intérêt à cette histoire. Mais les humains sont ratés. Quels visages grimaçants et improbables ! C’était déjà le cas dans Noces de Brume (série Canardo) et Sokal ne s’y était pas risqué une deuxième fois. Et il a recommencé ici. Franchement, ça gâche tout ! Je les trouve insupportables à regarder. C’est dommage.

    Répondre à ce message

CONTENUS SPONSORISÉS  
PAR David TAUGIS  
A LIRE AUSSI  
Albums  
Derniers commentaires  
Abonnement ne pouvait pas être enregistré. Essayez à nouveau.
Abonnement newsletter confirmé.

Newsletter ActuaBD