Kramix, le petit bazar graphicomix du Lombard

2 mars 2010 12 commentaires
  • Les éditions du Lombard ont lancé, à Angoulême, {Kramix}, un nouveau magazine qui remplace le {Strip}. {{Pôl Scorteccia}} et {{Jean-Luc Cornette}}, ses rédacteurs en chef, ont voulu insuffler un ton innovant, décalé et humoristique dans ce journal qui tient à favoriser avant tout la création, tout en publiant en avant-première certaines histoires adultes et potaches du catalogue de la maison d’édition.
Kramix, le petit bazar graphicomix du Lombard
Les filles, omni présente dans le numéro 1 de Kramix.

En janvier 2008, les éditions du Lombard revenaient dans la presse avec Le Strip. Imprimé dans un grand format, proche d’un quotidien, ce périodique publiait les planches issues des albums d’humour « décalé ou adulte » de l’éditeur.
Ce journal était né suite à l’envie de Coyote de voir ses planches publiées dans un journal. L’auteur des Voisins du 109 et de Litteul Kevin en avait même trouvé le titre. Mais le Strip avait seulement convaincu à moitié. Son format peu pratique et atypique ne mettait pas réellement les histoires publiées en valeur. Pôl Scorteccia, lson éditeur, nous confiait que les pages immenses « étaient un avantage comme un inconvénient pour la lisibilité ».

Jean-Luc Cornette, le scénariste de « Au Centre du Nowhere », était sans doute arrivé à la même conclusion. Il a proposé au nouveau directeur éditorial du Lombard de se mettre à son service pour redynamiser le journal. « Pôl Scorteccia a accepté la plupart de mes idées, raconte Cornette. Il en a lui-même également émis pour sa part. Nous avons remis le Strip en question. Nous avons chamboulé son format et sa pagination et avons amené de nouveaux auteurs. Le résultat n’avait plus rien à voir avec le Strip. Nous avons ès lors décidé de changer le nom du magazine ». Jean-Luc Cornette et Pôl Scorteccia assument ensemble la rédaction en chef de Kramix, un bimestriel de cinquante deux pages, au format d’un magazine, vendu pour le prix modique de 2 euros, uniquement disponible dans les librairies spécialisées. La volonté de l’éditeur est de publier un journal relativement bon marché qui serait présenté sur les comptoirs des libraires.

Extrait de Kramix n°1 : La page de Lilla.

Pour le premier numéro, Jean-Luc Cornette et Pôl Scorteccia ont voulu marquer le coup : L’intégralité du numéro est réalisé par des filles. D’où le titre : « La preuve par meuf ». « Nous avions envie d’ouvrir la porte du Lombard à une nouvelle génération d’auteurs, explique Jean-Luc Cornette. On s’est dit que féminiser l’équipe ne serait pas une mauvaise idée ! De fil en aiguille, nous avons décidé de confier la totalité du journal à des femmes. Certaines auteures sont connues, d’autres moins ! ». Hélène Bruller, Capucine, Gally, Laurel, Brigitte Lucciani, Colonel Moutarde, Sandrine Revel, Sibylline, Vanyda, parmi d’autres, y signent des histoires. « Pôl et moi-même avons échangés des idées, des noms d’auteures dont nous apprécions le travail, nous dit Jean-Luc Cornette. Il était évident que nous publierions certaines d’entre elles. Je me suis aussi plongé dans la lecture de livres. Lynda Corazza avait signé deux albums chez Delcourt. Lucile Gomez avait publié des albums au Cycliste et chez Vent des Savanes. Le travail de Lilla et de Clotka, par contre, était plus confidentiel. Je suis tombé par hasard sur leur blog alors qu’il nous restait deux pages à remplir pour boucler le premier numéro. Leurs dessins étaient époustouflants !  ».

Kramix n°2, à paraître en mars.
Les mecs ont-t-ils trouvé le moyen de se venger ?

Rassurez-vous, les auteurs du Lombard reviendront dans le deuxième numéro, prévu en mars. [Clarke en signera la couverture avec Costa Nostra. « Nous ne publierons qu’une seule page inédite en album, nous dit Jean-Luc Cornette. Pour une raison évidente : les deux premiers albums paraissent dans la foulée. Alors que nous voulons rester dans la prépublication ! Nous aurons aussi des histoires de Planet Ranger (de Julien/CDM & Janssens), Cité d’la balle (de Relom), etc ». Un nouveau récit humoristique de Litteul Kevin est également prévu pour le quatrième numéro.

Kramix est également un journal de création, un moyen pour des auteurs d’explorer des univers, des thèmes ou d’autres voies graphiques et narratives. « Pour l’instant, un quart des histoires proviennent du catalogue du Lombard. Le reste est inédit. Bien sûr, certaines histoires se retrouveront un jour ou l’autre en album. Mais d’autres resteront toujours inédites ! » Les filles qui ont signé des planches dans le premier numéro de Kramix ne seront pas pour autant oubliées : Près de huit auteures publiées reviendront dans les numéros suivants. Chaque édition de Kramix sera également thématique. Le deuxième sera consacré à la mafia, le troisième au célibat et le quatrième aux pirates ! Ce changement de sujet devrait également faciliter le renouvellement créatif du magazine et la confection d’histoires inédites.

"Témoin que Rien" - Par Durieux (Dessin) et Koala l’Impur (Scénario)
à paraître dans le n°2 de Kramix

Des écrivains ou d’autres personnalités seront également régulièrement invités pour produire du rédactionnel. Dans le premier numéro, l’écrivaine Élisa Brune et l’animatrice Maureen Louys signent notamment des textes.

Kramix est également un journal « graphique ». Le directeur artistique du Lombard, Éric Laurin, a opté pour une charte graphique originale et travaillée : une couverture fluorescente présentant un grand dessin. L’ensemble des titres des histoires a été réalisé à la main. « À l’ancienne, ajoute Jean-Luc Cornette. Ce parti-pris graphique donne un côté esthétique et sobre à la maquette. Nous jouons l’épure !  ».

La première page d’une histoire de cinq planches : "Les cousins Poe"
Par Yomgui Dumont (Dessin) et Philippe Foerster (scénario) - A paraître dans le numéro 2 de Kramix.

Ce journal ouvre une porte aux auteurs d’humour de la génération blog. Comme par exemple Peggy qui a confectionné une histoire avec des poupées photographiées [1].

Kramix amène un vent de renouveau au Lombard avec un contenu humoristique décalé, hétéroclite, frais et plaisant prêt à accueillir la bande dessinée dans toute sa diversité. Le deuxième numéro de Kramix sort ces jours-ci et devrait confirmer son caractère dynamique et jouissif.

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Images (c) Les auteurs, Kramix & Le Lombard.

[1NDLR : Olivia Ruiz l’avait dénichée pour la réalisation des poupées reproduite dans le livret de son dernier album, Miss Météores.

 
Participez à la discussion
12 Messages :
  • Kramix, le petit bazar graphicomix du Lombard
    4 mars 2010 01:11, par L’Apache

    Quelle bonne idée de lancer un magazine de bd.
    Mais avez-vous pensé à ceux qui habitent loin des villes et donc des librairies et qui ne pourront pas se le procurer ?
    La formule abonnement serait je pense un bon moyen de palier à cet inconvénient.
    Bien à vous.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Jean-Luc Cornette le 4 mars 2010 à  11:44 :

      Cher l’Apache, merci pour votre enthousiasme. Nous ne pouvons hélas pas répondre à votre demande d’abonnement pour plusieurs raisons. Avec Kramix, on a fait le pari d’une commercialisation différente des autres magazines. Vous n’êtes pas sans savoir que le contexte actuel est assez morose pour la presse BD. Nous avons donc décidé d’essayer de faire autrement. Pour la diffusion, on préfère commencer en étant raisonnable. Une diffusion en kiosque, même pour des ventes modestes (ce qu’on n’espère pas, mais c’est difficile de le savoir avant), impose un tirage gigantesque. Il faut pouvoir être présent dans tous les kiosques de France, de Belgique (et pour ne pas faire de jaloux : de Suisse et du Québec). On risque gros en faisant ça. Et l’on aimerait tenir plus que quelques numéros. Le risque, on préfère le transférer ailleurs. On a décidé de fixer le prix de vente à 2 euros. Ce qui est très bas (Fuide Glacial est à 3,90, je crois. DBD et Casemate bien au-delà). On aimerait que ce prix attrayant incite de nombreux lecteurs à la curiosité. Mais avec ça on repousse le seuil de rentabilité de quelques arpents. En résumé, le pari de Kramix est de tenter, avec son prix bas et sa diffusion en librairies BD, de toucher l’amateur de BD en priorité, plutôt que d’envahir les kiosques dont beaucoup n’ont pas une clientèle intéressée par la BD, et de risquer de devoir détruire beaucoup de papier à cause de nombreux invendus. Lorsqu’une maison d’édition propose des abonnements, c’est souvent à un prix plus attractif que celui de l’achat à la pièce. Avec nos deux euros le numéro, la gestion, le timbre et l’enveloppe seraient plus chers que le magazine. Et l’abonnement reviendrait au double de l’achat à la pièce. Donc, c’est impossible. Alors que faire quand, comme vous, on vit loin des centres urbains ? Je me dis que, quand même, si vous lisez ActuaBD, c’est que vous êtes amateur de BD, donc que vous devez parfois vous rendre en librairies BD pour y acheter vos albums préférés. Normalement, Kramix doit se trouver là. On a prévu un joli petit boîtier dans lequel les libraires peuvent le disposer. Ils peuvent également y garder les anciens numéros. Mais si vraiment, vous n’allez que très très rarement en librairies BD, il reste une méthode assez simple et pratique qui est l’achat en ligne. Kramix est disponible via Fnac.com, Amazon.fr et nombre d’autres sites. Habituellement, ActuaBD met les liens de ces deux premiers sites sous l’article. Ici, cela n’a pas été fait. Peut-être peuvent-il y remédier ?

      Répondre à ce message

    • Répondu par Oncle Francois le 4 mars 2010 à  12:55 :

      L’idée peut sembler bonne, même s’il s’agit en fait de la continuation de Comic Strip sous un autre nom, et deux fois plus cher (deux euros contre un euro). Son rédac-chef ayant eu l’amabilité d’appeler à la censure de mes messages sur ce site, je me suis fendu de cette somme pour acheter le premier numéro, histoire de juger en connaissance de cause. Quelques bons gags, mais il y en a de moins bon niveau, et la plupart des participantes ne sont pas des vedettes, loin de là puisqu’elles viennent de la blogosphère. Je me demande toujours quel est l’intéret de proposer de façon payante sur papier ce qui est gratuit sur le net. Apparemment, amazon et la fnac.com ne se sont pas posé la question puisqu’ils ne proposent pas à la vente ce titre. Conclusion de l’aventure d’ici un an et demi maximum à mon avis.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 5 mars 2010 à  06:33 :

        C’est faux, j’ai commandé le mien sur Amazon...par contre ma libraire a donné le seul exemplaire qu’elle avait ( sûrement joint avec une commande au Lombard ) et m’a dit ne plus pouvoir le commander, d’où Amazon...
        Par contre j’ai été très déçu . A part, Collardey et Capucine, j’ai trouvé que ces pages étaient d’un vide !! Laissez donc ce putain "air du temps" tranquille !
        Néanmoins je vais continuer encore quelques N°, on ne sait jamais et c’est vrai que les supports périodiques BD font cruellement défaut.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Oncle Francois le 5 mars 2010 à  19:18 :

          Bizarre, normalement chaque article d’actuaBD se termine par des liens achetez le sur amazon ou fnac.com, et dans le cas présent, il n’en est fait mention nulle part !!

          Répondre à ce message

  • Kramix, le petit bazar graphicomix du Lombard
    5 mars 2010 18:39, par Sébastien

    Mon souci est plutôt lié au site des éditions du lombard car j’éprouve beaucoup de difficultés pour accéder aux différentes rubriques, dont les nouveautés, malgré le haut débit.

    Concernant ce magazine, je ne l’ai pas encore lu, donc je ne peux pas juger.

    Répondre à ce message

  • Il y en a un peu marre du sexisme en BD. Après une collection sorcières chez DUPUIS réservée aux auteurs féminins, un festival de BD réservé aux auteurs féminins, voilà une nouvelle revue réservée aux auteurs (ou pseudo auteurs genre Miss Gally) féminins (après AH nana ! des humanos). Si on faisait ça avec les hommes, j’imagine le tollé !
    Stop à la discrimination sexuelle ! La BD vaut mieux que ça ! En plus ce mag est assez nul mais passons ...

    Répondre à ce message

    • Répondu par la plume occulte le 6 mars 2010 à  19:47 :

      Ben il faut bien penser aux filles,,devinez qui est le principal public acheteur de livres ?

      Répondre à ce message

    • Répondu par lupo mnema le 8 mars 2010 à  10:44 :

      C’est bien vrai : 32 ans après la disparition de Ah !Nana, il faut absolument se rebeller contre cette insupportable vogue des revues de bd réservés aux femmes qui se succèdent à un rythme trépidant...

      Répondre à ce message

      • Répondu le 8 mars 2010 à  18:59 :

        Calmez-vous les gars, le numéro 1 était entièrement rempli par des auteures mais c’était juste pour marquer le coup ; les numéros suivants seront mixtes.

        Répondre à ce message

        • Répondu par lupo mnema le 11 mars 2010 à  09:18 :

          Histoire d’éviter tout malentendu : de mon côté, c’était de l’ironie. Je trouvais ça très bien ce premier numéro entièrement consacré aux dessinatrices (même si tout n’était pas renversant, mais ça, c’est une autre discussion).

          Répondre à ce message

    • Répondu par batou le 10 mars 2010 à  12:40 :

      un pseudo auteur Miss Gally ? bwahahaha ca fait longtemps que je n’avais pas lu une connerie pareille. On verra qui a raison mais je suis sûr de ne pas me tromper en passant que c’est quelqu’un qui a déja fait de bonnes choses et qui va continuer de le faire.

      Répondre à ce message