Newsletter ActuaBD

Kuroko’s Basket T1 - Par Tadatoshi Fujimaki - Kazé

  • Nouveau manga sportif venu marquer des paniers par chez nous, "Kuroko's Basket" fait la part belle à deux joueurs vedettes, l'un étant très physique quand l'autre fait de son côté "invisible" un atout technique. Deux lycéens en opposition qui vont apprendre à devenir complémentaires.

C’est la rentrée au lycée Seirin et le club de basket-ball accueille ses nouveaux membres. Parmi eux, un jeune homme impressionnant et explosif, tout juste revenu des États-Unis où il a foulé le parquet. Et à ses yeux, le niveau des basketteurs japonais est tristement bas. Mais une autre des nouvelles recrues pourrait bien lui faire changer d’avis. Il s’agit de Tetsuya Kuroko. Un garçon tellement chétif et à la personnalité transparente que personne ne remarque jamais sa présence. Et malgré ces apparences peu flatteuses, il semble qu’il ait fait partie d’une équipe collégienne légendaire surnommée "Génération Miracle".

Voilà que nous arrive un nouveau manga, issu de l’écurie Shonen Jump, dédié au basket. Et celui-ci est plutôt une bonne pioche. Le point fort de cette nouvelle série est, bien évidemment, son duo assez original et totalement déséquilibré, en tout cas à première vue. D’un côté on trouve le puissant Kagami, très grand, très ambitieux et quelque peu hautain envers ses camarades. De l’autre le fameux Kuroko, avec sa carrure pas franchement raccord avec l’image qu’on se fait d’un basketteur, et sa capacité naturelle à disparaître du champ de vision.

Grâce aux techniques employées par ces deux joueurs et aux interactions qui se créent progressivement entre eux, le scénario trouve un bon rythme et les objectifs et enjeux qui apparaissent assez rapidement posent un intérêt certes pas révolutionnaire mais d’un niveau bien suffisant pour que l’on suive agréablement les aventures du club.

Sur l’aspect visuel, Tadatoshi Fujimaki fait un bon travail, avec une mise en scène assez dynamique (le contraire aurait été bien dommage pour les scènes sportives). Histoire de mettre un petit bémol, les visages ne bénéficient pas d’un soin très constant, mais rien de bien grave tout de même.

Un titre à suivre pour s’assurer que cette première bonne impression se confirme dans son développement.

(par Baptiste Gilleron)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Newsletter ActuaBD