Kyoto Béziers

21 septembre 2001 0 commentaire
  •    C'est un journal intime pas comme les autres. A deux têtes et à des milliers de kilomètres de distance. Deux amis, aux antipodes l'un de l'autre, vont raconter la manière dont ils vivent l'éloignement, leurs découvertes, leurs émotions, leurs souvenirs. Les carnets de bord d'une passionnante aventure qu'on appelle... la vie.

Daniel Jeanneteau doit partir au Japon plusieurs mois. Pierre Duba, rêvant du voyage, lui propose de correspondre chaque jour et de décrire ce qu’il voit, ce qu’il fait. Il lui répondra par des planches de bande dessinée improvisées...

Ainsi commence Kyoto-Béziers, deux carnets traçant, plus que la vie de l’un à Béziers ou celle de l’autre à Kyoto, l’étonnante liberté qu’autorise la distance. Maurice Blanchot dit, au sujet de l’amitié, que la distance est la condition de l’échange. Durant ces quelques mois, à la fois trop courts et déployés en une infinité d’instants, les deux auteurs ont été proches comme jamais auparavant.

La nuit partagée comme la matrice de leurs rêves (toujours l’un veillait pendant que l’autre dormait) ouvrait une intériorité aux dimensions du monde.

(par Patrick Albray)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

L’un envoie des fax de son lointain Japon, l’autre les attend. Et se raconte. Dans des carnets impressionnistes où se mêlent moments de la vie de tous les jours, flashes du passé, réflexions, attentes, rêves éveillés et instants de pure poésie. C’est un joyau, entre bande dessinée, peinture et illustration, à l’écriture subtile, délicate. Plus qu’un journal, une oeuvre envoûtante, d’une grande richesse, qui captive de la première à la dernière ligne. Splendide, unique et indispensable !

  Un commentaire ?