L’Âge de déraison - Par Usamaru Furuya & Otsuichi - Sakka/Casterman

18 mars 2010 0
  • Chroniques, entre social et fantastique, du monde lycéen japonais. Un univers incontestablement singulier, et une bonne façon de découvrir les us éducatives des jeunes Nippons. Un recueil qui s'adresse en particulier aux ados.

On avait déjà pu entrevoir l’inspiration de Usamaru Furuya avec ses précédentes œuvres traduites dans la même collection : Le Cercle des suicides et La Musique de Marie.

S’appuyant sur un dessin à la technique impeccable, avec des capacités de précision impressionnantes par moments, Furuya s’est associé à l’écrivain Otsuichi (de son vrai nom Hirotaka Adachi) pour cette suite de nouvelles graphiques toutes centrées autour de personnages ados mal dans leur peau.

Aussi divers qu’ils soient, ces lycéens survivent en s’inventant des univers parallèles dans lesquels ils terrassent leurs démons, leurs ennemis, voire leurs parents. Des scènes imaginaires qui viennent répondre à la pesanteur du quotidien, fait de frustration et parfois même d’humiliation. Ainsi ce délégué de classe que personne n’écoute, ni ne respecte, et qui découvre une "bébé-tornade" qui pourra tout balayer en le gardant dans son œil, sous protection. Ou encore l’héroïne de la première histoire, étouffée par la promiscuité du métro, imaginant une ville engloutie par les eaux d’où surnageraient des objets précieux, rien que pour elle.

Si parfois l’inspiration des auteurs frôle le grotesque (les épisodes décrivant une jeune fille persuadée que les gâteaux envahissement la terre ; seul remède : tous les manger !), ces personnages assez proches, tous guettés par le désespoir, sont dépeints avec finesse et sensibilité. Et le lecteur pourra juger de la dureté de l’univers lycéen japonais, avec ses hiérarchies, ses groupes inévitables et son esprit de compétition.

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?