L’Agneau mystique - Par Harry de Paepe et Jan Van der Veken - Casterman

21 mars 2020 0 commentaire
  • Où l'on découvre de façon inattendue "L’Agneau mystique" des frères Hubert et Jan van Eyck, œuvre mythique, tant par sa perfection picturale que par son histoire mouvementée.

Harry de Paepe, professeur d’histoire, journaliste, et auteur de livres tel que Stiff upper lips : Waarom de Engelsen zo Engels zijn (« Les lèvres supérieures raides : pourquoi les Anglais sont-ils aussi anglais »), a décidé de s’attaquer à l’une des œuvres picturales les plus connues de l’Occident médiéval : L’Agneau mystique. Achevé en 1432, ce polyptyque est probablement le principal chef-d’œuvre de la peinture des Primitifs flamands. Commencé par Hubert van Eyck et terminé, après sa mort en 1426, par son frère Jan van Eyck, il présente une rupture dans les traditions de son temps et constitue une conception artistique extrêmement novatrice.

L'Agneau mystique - Par Harry de Paepe et Jan Van der Veken - Casterman

C’est ici un véritable essai illustré qui est traduit en français. L’ouvrage combine à la fois des textes extrêmement accessibles décrivant non seulement l’œuvre mais revenant aussi en détail sur l’histoire singulière de ces panneaux qui furent ballottés au gré des péripéties politiques, de la période de la Furie iconoclaste de 1566 (qui vit la destruction de son cadre en bois) à sa saisie par Hitler qui le fit transporter en Bavière, stocké dans une mine de sel devant l’avancée des Alliés et qui aurait dû être détruit. L’épisode le plus étonnant reste néanmoins différents vols (Noah Charney évoque « l’œuvre d’art la plus fréquemment volée dans l’histoire ») et notamment celui de deux panneaux du retable en 1934 : si l’un fut rendu, l’autre, le panneau inférieur gauche d’origine, Les Juges intègres, n’a jamais été retrouvé, et c’est actuellement une copie qui le remplace.

Le récit est clair et précis, et il est bien construit. À dire vrai, les illustrations qui le scandent sont assez décevantes en ce qu’elles n’apportent, malgré l’élégance du trait de Jan Van Der Veken, pas grand-chose au récit. En revanche, à la fin du volume, chacun des douze panneaux qui composent ce chef-d’œuvre est reproduit et analysé, rendant ce volume très utile pour tous ceux qui ont prévu un voyage à Gand en Belgique ou qui souhaiteraient juste en savoir davantage sur cette œuvre fascinante, dont le panneau central vient tout juste d’être restauré !

(par Tristan MARTINE)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

  Un commentaire ?