L’Aliéniste - Par Gabriel Bà et Fàbio Moon (Trad. Marie-Hélène Torres) - Urban Comics

7 octobre 2014 0 commentaire
  • Adapté d'une nouvelle de l'écrivain brésilien Machado de Assis, "L'Aliéniste" fait la jonction entre le Nouveau et l'Ancien Continent dans un volume qui associe rigueur narrative et douceur graphique. Une véritable réussite.

Le docteur Simon Bacamarte n’est rien moins que le plus grand médecin du Brésil. Installé dans son village d’Itaguaï, il décide un jour d’explorer les méandres du psychisme humain. Il obtient que l’on crée un asile susceptible d’accueillir les fous afin qu’il puisse étudier les ressorts de la démence. Se pose alors la question qui agitera depuis la bourgade jusqu’au pays : où débute la folie ?

Les jumeaux Gabriel Bà et Fàbio Moon possèdent déjà une solide réputation dans le monde du comics : on peut ainsi, par exemple, évoquer leur participation à l’univers d’Hellboy avec BPRD : 1946 ou encore Daytripper, chez Vertigo, publié en France chez Urban Comics, Eisner Award du meilleur album en 2011 et dans la sélection d’Angoulême en 2013.

Avec L’Aliéniste, ils adaptent une nouvelle, datant de 1881, de leur compatriote Joaquim Maria Machado de Assis, auteur brésilien du dix-neuvième siècle, fondateur de l’Académie Brésilienne des Lettres qu’il présida jusqu’à sa mort en 1908. Écrit à une époque où l’étude de la psyché est en plein bouleversement, ce récit témoigne d’une saisissante lucidité et d’une ironie mordante sur le sujet.

L'Aliéniste - Par Gabriel Bà et Fàbio Moon (Trad. Marie-Hélène Torres) - Urban Comics
L’ouverture du récit
L’Aliéniste © Gabriel Bà et Fàbio Moon / Urban Comics

L’adaptation en bande dessinée s’avère une remarquable réussite. Sur une narration, très présente, qui assure la continuité de l’action, se greffe une successions de scènes, moments ou brefs dialogues qui ne se contentent pas d’illustrer les développements contés mais offrent d’eux une mise en perspective, distanciée et pleine d’humour, qui fait ressortir toute la finesse du propos.

Le dessin, fondé sur l’usage d’une teinte sépia, paraît simple au premier abord notamment du fait de la douceur, voire de la rondeur, du trait. Mais il recèle une étonnante richesse grâce au travail sur la couleur et la texture donnée au fond des planches et des cases, grâce aux jeux de contrastes également. L’adéquation entre le graphisme employé et le sujet abordé apparaît d’une rare justesse.

Excellent à tout point de vue, cet album de la collection "Indies" d’Urban Comics devrait séduire bien au-delà des cercles d’amateurs de comics tant il donne, par certains aspects, l’impression de relever d’une vision franco-belge de la bande dessinée.

Se pose alors l’infinie question de la définition, et donc des limites, de la folie
L’Aliéniste © Gabriel Bà et Fàbio Moon / Urban Comics

(par Aurélien Pigeat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

L’Aliéniste. Par Gabriel Bà (scénario) et Fàbio Moon (dessin), d’après la nouvelle de Joaquim Maria Machado de Assis. Traduction Marie-Hélène Torres et adaptation du texte Hélène Dauniol-Remaud. Urban Comics, collection "Indies". Sortie le 26 septembre 2014. 76 pages. 14 euros.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?