L’Amour cash – Par Tonino Benacquista & Philippe Bertrand – Dargaud

4 février 2008 0
  • Après avoir collaboré avec l’écrivain Frédéric Beigbeder pour « {Rester Normal} » et « {Rester normal à Saint-Tropez} », {{Philippe Bertand}} adapte une nouvelle de {{Tonino Benacquista}}, « {L’Amour Cash} ». Une critique acerbe de notre société, et plus particulièrement de l'univers des {peoples}.

C’est l’histoire d’une relation improbable. Il est paparazzi. Elle est une prostituée de luxe. Ils n’auraient jamais du se rencontrer. Et pourtant, lors d’une de ses chasses au scoop, Marco la photographie en compagnie d’une personnalité. Il est intrigué par son physique, et décide de ne pas trop l’égratigner dans le papier qui accompagnera les photos.

Marco la recroise plus tard et, c’est le cas de le dire, flashe sur elle. Il apprend qu’elle se nomme Angela. Le paparazzi décide de la faire chanter, et profite de ses charmes avec un relatif consentement. Une relation à la « fuck friend », au début.

Ils s’habituent l’un à l’autre et restent ensemble. Le couple décide de vivre à la petite semaine et de profiter de leur métier respectif pour faire chanter des personnalités. Il la photographie dans les bras de victimes fortunées. L’affaire marche bien. Marco et Angela tentent de vivre une vie rangée, mais cela ne va pas s’avérer si facile que ça.

Les couleurs apportent une note chaleureuse au dessin élégant, épuré et stylisé de Philippe Bertrand. Son trait correspond parfaitement à l’univers cynique développé par Tonino Benacquista. Ce duo se complète à merveille, et on ne peut qu’espérer qu’il s’associe à nouveau pour un autre one-shot.

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?