Nos dossiers Marché de la BD, faits et chiffres

L’Élève Ducobu, Le Marsupilami, Boule & Bill... : La BD franco-belge triomphe au cinéma

Par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 19 avril 2012                      Lien  
Alors qu'un deuxième Élève Ducobu déboule le 25 avril prochain sur le grand écran où l'on retrouvera bientôt Boule & Bill, Le Marsupilami de Chabat triomphe avec plus de 3 millions de spectateurs rassemblés en deux semaines : fabuleux suffrage!
L'Élève Ducobu, Le Marsupilami, Boule & Bill... : La BD franco-belge triomphe au cinéma
Un album qui sort au moment du film.
L’Elève Ducobu révise un max - Par Zidrou & Godi - Le Lombard

Les Vacances de Ducobu qui sortent le 25 avril 2012 ne devraient pas décevoir ses producteurs : avec plus de 1,5 millions d’entrées, le premier opus de la saga créée par Zidrou & Godi (Le Lombard) a fait un score plutôt flatteur pour une petite comédie familiale, plus que Titeuf en 3D qui s’est contenté d’un score de 1,2 millions d’entrées "seulement". Pas mal pour un cancre issu d’une "petite" série populaire d’humour...

Le scénario du deuxième film avait été écrit précisément pendant l’interruption des vacances des enfants qui tournaient le premier film : le réalisateur Philippe de Chauveron et ses scénaristes en ont bouclé les principales scènes à ce moment-là.

Si l’on retrouve l’ineffable Elie Semoun incarnant le sadique professeur Latouche, le premier rôle change cependant : Vincent Claude -qui a sans doute dû muer- cède la place au jeune François Viette. Le scénario, contrairement au premier film, est une création originale des scénaristes du film.
Bien entendu, le Lombard en profite pour publier un tome 18 : Ducobu révise un max où Godi & Zidrou confirment le QI élevé de leur cancre bien mal récompensé par un système scolaire inadapté.

L’autre film familial attendu sur les écrans, c’est Boule & Bill de Jean Roba (Dargaud) dont les parents seront incarnés à l’écran par Frank Dubosc et Marina Foïs et les réalisateurs sont Alexandre Charlot & Franck Magnier, les scénaristes du méga-succès Bienvenue chez les Ch’tis et du moins apprécié Astérix aux Jeux Olympiques.

On peut se moquer de ces séries familiales dont l’adaptation à l’écran a l’air opportuniste et dont les fans redoutent le résultat. Mais l’alacrité de leurs critiques n’a pas empêché Les Schtroumpfs de faire plus de 500 millions de US$ de recettes.

En attendant, celui qui bondit dans le box-office est sans aucun doute le film d’Alain Chabat, Sur la Piste du Marsupilami dont les entrées, d’après les chiffres CBO de mercredi, viennent de dépasser le cap des 3 millions en deux semaines, le portant en tête du box-office et à la quatrième place du meilleur score de l’année. C’est moins que l’Astérix de Chabat mais cela promet un joli succès final pour l’adaptation cinématographique du Marsupial de Franquin.

Ducobu, Boule & Bill, Les Schtroumpfs, Le Marsupilami..., sans oublier Tintin, La BD belge grand public a encore de beaux restes, semble-t-il, en dépit des pythies qui en prédisaient l’extinction prochaine...

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN :

Commander "L’Élève Ducobu révise un max" chez Amazon ou à la FNAC

Commander "Vivement les vacances pour l’Élève Ducobu" chez Amazon ou à la FNAC

🛒 Acheter 📖 Feuilleter
 
Participez à la discussion
3 Messages :
  • Qu’on ne s’y trompe pas, toutefois : quelle que soit la rentabilité ou l’audience du film, ce n’est pas parce qu’une BD passe au cinéma qu’elle atteint la consécration (idem pour un roman ou un film adapté en BD).

    La véritable consécration, c’est le fait que des personnes aient jugé utile de se servir de la BD originelle pour aller au-delà de la BD. Le résultat final n’a aucune importance (si ce n’est fric et publicité). Ce qui importe, c’est que la BD ait réussi à rassembler suffisamment de lecteurs pour créer sa propre réussite par elle-même.

    Car les adaptateurs, en définitive, ne font que se servir d’une notoriété imaginée et patiemment construite par ceux qui ont le plus de mérite dans l’histoire, puisqu’ils ont su créer un phénomène d’édition à partir de rien.

    Répondre à ce message

  • Je ne sais pas si vous avez vu les photos de tournage de Boule et Bill, mais on ne peut pas parler de triomphe du tout.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 20 avril 2012 à  22:43 :

      Non, je n’ai pas cherché, pas taré à ce point !

      L’exercice est ridicule : comment interpréter un film un film à partir d’un teaser ou de photos ? Ce sont des extraits instantanés, incapables de révèler l’impact ou la réussite du film.

      Faites confiance au temps. Laissez les producteurs, réalisateurs et monteurs s’ajuster. Vous n’en serez que plus satisfait par l’éventuelle réussite ! Il s’agit de budgets importants, donc les gens impliqués feront des efforts !

      Et sinon, vous pourrez toujours ne pas aller le voir en salles !

      Répondre à ce message

PAR Didier Pasamonik (L’Agence BD)  
A LIRE AUSSI  
Nos dossiersMarché de la BD, faits et chiffres  
Derniers commentaires  
Abonnement ne pouvait pas être enregistré. Essayez à nouveau.
Abonnement newsletter confirmé.

Newsletter ActuaBD