L’Espace d’un soir – par Brigitte Luciani & Colonel Moutarde - Delcourt

15 janvier 2007 0 commentaire
  • L'originalité de cet album tient dans sa construction: un double sens de lecture pour un vaudeville théâtral. Toc ! Toc ! Toc ! Attention, le rideau se lève. Les quinze acteurs rentrent en scène…

Le lieu : un immeuble de quatre étages. La soirée sera riche en évènements et en émotions pour tous les protagonistes : au dernier étage, un étrange complot se met en place tandis qu’au troisième les nouveaux locataires pendent la crémaillère. Les voisins du second, invités à la fête, couchent les enfants avant de monter. Les propriétaires résidant au rez-de-chaussée sont amenés, pour diverses raisons, à faire la navette entre les étages…

Le lecteur se retrouve quasiment dans la peau de James Stewart dans Fenêtre sur Cour réalisé par Alfred Hitchcock. Tel un voyeur, il assiste aux allées et venues entre les étages, à ce qui se passe dans les appartements et à ce qui se noue entre les personnages. Brigitte Luciani (Monsieur Blaireau et Madame Renarde [1]) a imaginé un dispositif scénaristique et graphique se lisant aussi bien horizontalement que verticalement : chaque planche s’apparente à une coupe de l’immeuble à un instant donné, et se compose de quatre strips, correspondant aux quatre étages de la bâtisse. L’album propose donc une lecture ludique et originale en jouant sur l’espace et le temps.

L'Espace d'un soir – par Brigitte Luciani & Colonel Moutarde - Delcourt
des planches avec un double sens de lecture
©Luciani/Moutarde/Delcourt

L’intrigue facilite l’interaction entre les étages et justifie le dispositif de mise en scène. Elle reprend les ingrédients du vaudeville théâtral (infidélités conjugales, conflits de génération, recherche de l’amour, chantage…), où les rapports humains sont joués d’avance et où l’essentiel du plaisir est dans la description plus que dans le dénouement. Quelques pertinents dialogues sur l’amour, l’ambition, l’architecture et l’argent, complètent ce charmant principe narratif. Le graphisme du Colonel Moutarde, élégant et humoristique, s’accorde parfaitement à cette comédie humaine mais s’attache plus au style qu’à l’émotion.
Ludique et très plaisant, cet album vaut le détour.

(par Laurent Boileau)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre sur Internet

[1Éditions Dargaud

  Un commentaire ?