L’Histoire de Chaque Jour - T2 : « Pierre est parfois Triste » - Pierre Makyo - Glénat

9 décembre 2004 0
  • Le premier album de cette série était paru sous le nom « {Graine de Paradis} ». {{Pierre Makyo}} et l'éditeur ont décidé de la renommer sous le titre {L'Histoire de Chaque Jour}. Ils ont pour l'occasion remanié seize planches du premier album. Le deuxième tome de la série renforce l'histoire d'amour et de complicité entre les deux personnages principaux de la série. Mais le destin s'acharne à les séparer...

Dans le premier album, le lecteur faisait la connaissance de Lise. Prisonnière d’une mère possessive et folle, elle ne retrouve un peu de bonheur qu’en s’échappant. Elle n’a alors qu’une seule idée en tête : rejoindre Pierre... Ce ne sont encore que de jeunes adolescents, mais une complicité les unit. Lise aime entendre les histoires et autres contes que lui récite Pierre, qui a découvert cette passion grâce à son père.

La mère de Lise déteste la famille de Pierre. Il faut dire que son mari l’a quittée pour partir avec la mère de Pierre. Fort heureusement Pierre & Lise n’en ont cure, et vivent leur aventure, leur « histoire de chaque jour ».

La mère de Lise découvre un jour la terrible complicité qui unit sa fille à ce jeune adolescent. Elle éloignera donc sa fille pour couper tout lien...

Pierre bouleversé, est confronté pour la première fois à la peur ! Il ne sait pas où se trouve son amie. Son père imagine alors la suite de la vie de Lise. Un destin tragique qui même dans l’adversité les unira toujours.

Ce deuxième tome confirme la dureté de cette histoire d’amour atypique, où la destinée de certains protagonistes se mélange étrangement avec celle imaginée par d’autres. Le récit est profondément bouleversant et attachant et s’entremêle parfois à des éléments plus poétiques.

Le style graphique de l’auteur est encore plus sombre, plus dur et encore plus pictural dans la représentation de ces décors. L’encrage est plus torturé lorsque l’ambiance est oppressante. Makyo signe également de superbes compositions graphiques çà et là, comme par exemple celle où des personnages sont couchés sous un arbre, à la dernière page.

On sort de la lecture de l’album avec un profond étonnement et un goût de trop peu. Makyo émoustille l’imaginaire de ses lecteurs en offrant différentes possibilités d’hypothèses. À nous d’en choisir une, en attendant le troisième album où il nous racontera peut-être l’histoire que ses héros auront vécue... réellement !

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?