L’Insoumise - Par Chantal Montellier & Marie-José Jaubert - Actes Sud/L’AN 2

14 mars 2013 0 commentaire
  • Voilà bien une femme qui méritait un album : Christine Brisset. En adaptant un documentaire de 2005, Chantal Montellier dresse un portrait haut en couleurs de cette inlassable militante des mal-logés, à la notoriété bien moindre que celle de l'Abbé Pierre.

L’Insoumise, c’est en quelque sorte un habillage BD d’une œuvre filmée. Pour raconter le destin impressionnant de Christine Brisset, Chantal Montellier a repris le canevas du documentaire de Marie-José Jaubert en choisissant de retravailler des photos, qui alternent avec des dessins originaux. Et l’auteure a réalisé un gros travail de choix de couleurs et de mise en page. Avec un résultat qui adopte la lignée de ses précédents albums, L’Inscription ou Sorcières, mes sœurs.

Vite surnommée "la passionaria des pauvres", Christine a surtout milité et agi dans la région d’Angers, après avoir grandi dans un milieu bourgeois. Obligée de chercher du travail, à peine adulte, elle accumule fonctions, diplômes et compétences. Elle passe du secrétariat aux professions médicales, de la gestion de structure sociale au journalisme. Sans jamais arrêter son combat pour les miséreux. En donnant de son temps, mais aussi de ses ressources, n’ayant jamais brigué les honneurs politiques.

L'Insoumise - Par Chantal Montellier & Marie-José Jaubert - Actes Sud/L'AN 2
L’Insoumise - Par Chantal Montellier & Marie-José Jaubert
(c) Actes Sud/L’AN 2

La variété dans la structure des planches, où souvent le rouge accompagne les actions passionnées de Christine, apporte un tonus vivifiant à L’Insoumise, qui évite plutôt bien le piège hagiographique. Les faits précis se succèdent, en particulier les nombreux procès et les dizaines de projets de logement, de constructions de bâtiments publics, sans oublier les joutes et les soubresauts politiques. Dans ce contexte, la postface signée Jean-Baptiste Eyraud, président de la Fondation Droit au logement, tombe sous le sens.

En féministe convaincue, Chantal Montellier nous permet également de s’étonner de l’aura qu’a pu obtenir l’Abbé Pierre, dont l’action contre la misère est arrivée bien plus tard que les réquisitions et "squattages" de Christine Brisset. Question d’indépendance, sûrement, mais aussi de refus systématique d’abandonner des principes ancrés dans l’esprit de justice. L'Insoumise - Par Chantal Montellier & Marie-José Jaubert

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander l’album sur Amazon.fr ou sur FNAC.com

Lire aussi les chroniques de :
- L’inscription
- Odile et les crocodiles
- Sorcières mes sœurs
- Tchernobyl, mon amour
- Social Fiction

  Un commentaire ?