L’arrêt de "Largo Winch" par Jean Van Hamme n’inquiète pas Philippe Francq

22 juillet 2015 12 commentaires
  • Après avoir décroché de "Thorgal", de "XIII" et de "Wayne Shelton", Jean Van Hamme a décidé d'arrêter "Largo Winch". Philippe Francq devrait poursuivre seul le scénario sans états d'âme particuliers.
L'arrêt de "Largo Winch" par Jean Van Hamme n'inquiète pas Philippe Francq
Le tome 19 de Largo Winch, première partie d’un dyptique qui s’achève en novembre prochain. Le dernier signé Jean Van Hamme.
Ed. Dupuis.

C’est maintenant officiel grâce à une interview de Casemate à paraître vendredi : le célèbre scénariste belge Jean Van Hamme, 77 ans en janvier prochain, va arrêter de faire du business scénaristique avec Largo Winch.

Créé en 1990, le milliardaire en blue jeans est l’un des plus gros succès du scénariste qui en a vendu 12 millions d’exemplaires. Le 20e titre signé Jean van Hamme et dessiné par Philippe Francq paraîtra à la fin de cette année. "J’ai terminé de dessiner l’album, il me reste 15 pages à encrer. Il paraîtra, comme prévu, en novembre, pour le 25e anniversaire de la création du personnage" nous dit Philippe Francq.

Ce n’est pas une surprise : dans ActuaBD.com en décembre dernier, Van Hamme déclarait à Charles-Louis Detournay : "Mon souhait est que Largo puisse continuer à vivre des aventures en bande dessinée sans mon concours. Philippe s’est tellement investi dans Largo Winch que cela est totalement légitime. C’est lui tiendra les rênes de cette continuité. Je pense qu’il fera appel à des récits réalisés par différents romanciers, qu’il adaptera lui-même en bande dessinée".

Dans ses Mémoires d’écriture parus chez Bamboo en juin dernier, il confirmait cette disposition : "Je pense que je vais aussi lâcher bientôt ce brave Largo. Pour retrouver ce temps qui me file entre les doigts afin de réaliser avant qu’il ne soit trop tard d’autres projets qui me tiennent à cœur. De toute manière, Philippe, qui a vingt-cinq ans de moins que moi, s’y est déjà préparé."

Chassé Croisé, le 19e volume des aventures de Largo Winch par Jean Van Hamme et Philippe Francq.
(c) Dupuis.

Philippe Francq fera-t-il appel à d’autres collaborateurs ? Le dessinateur tempère cette affirmation : "J’ai dit que le jour où Jean arrêterait son activité - une question qui nous est souvent posée en raison de la différence d’âge entre Jean et moi- le cours naturel des choses ferait que je reprendrais le scénario moi-même. Mais si je devais m’adjoindre quelqu’un pour l’écrire avec moi, ce ne serait certainement pas quelqu’un du milieu de la bande dessinée. De là à ce que ce soit un romancier ou autre, je n’en sais rien ! J’ai d’abord un album à finir. Le 4 décembre dernier, lors d’un repas avec les membres du staff de la direction de Dupuis, ceux-ci ont insisté pour que le 20e album sorte en novembre de cette année. Je n’avais pas même commencé la couverture ! Donc, depuis le 6 décembre 2014, je travaille sur cet album. La question du scénario suivant sera traitée ensuite, je ne peux pas dessiner un album au pas de charge et travailler sur le scénario suivant. Mais, j’ai plein d’idées, ce ne sera pas un problème pour moi. J’aspire à une rupture avec la "recette" de Jean Van Hamme, tout en gardant l’esprit de la série. Nous en parlerons quand sortira le 21e album..."

Pas de psychodrame, donc, d’autant que, comme cela a été le cas pour Thorgal, pour Wayne Shelton et pour XIII, ces deux dernières séries étant aujourd’hui scénarisées principalement par Yves Sente, ses personnages vivent depuis déjà plusieurs années sous d’autres plumes.

Une succession qui tient de la transmission d’entreprise, opération délicate s’il en est, mais dont Jean Van Hamme est coutumier et qu’il semble avoir préparée avec sa minutie habituelle.

Jean Van Hamme chez lui en mars dernier.
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

En médaillon, Philippe Francq. (c) Dupuis. DR.

 
Participez à la discussion
12 Messages :
  • L’arrêt de "Largo Winch" par Jean Van Hamme n’inquiète pas Philippe Francq
    22 juillet 2015 16:38, par Michel Grant de Montréal

    « ... Jean Van Hamme, 77 ans en janvier prochain... »

    Pourquoi le vieillir d’un an six mois d’avance ? Il n’aborde quand même pas tout de suite la décennie des 80.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik le 22 juillet 2015 à  16:52 :

      Oh, ce n’est pas un drame de vieillir ! 77 ans, pour un lecteur de Tintin, c’est un peu symbolique, non ? Alain Saint-Ogan a eu une dérogation, Jean Van Hamme aura la sienne ;)

      Répondre à ce message

    • Répondu par Nicolas le 22 juillet 2015 à  17:35 :

      ... Business Blues !
      Tiens, c’est le titre d’un Largo !

      Répondre à ce message

  • "Créé en 1990"

    on parle là de la version en bande-dessinée.

    le Premier roman est paru en 1977, lui-même issu d’un projet de BD destinée au marché américain et avant différentes tentatives d’adaptation avortées

    Répondre à ce message

  • J’ai découvert l’info sur lemonde.fr et quand je lis ceci : "« En fait, je n’avais pas prévu d’arrêter si tôt. Et puis sont survenus de petits problèmes. Disons que les atomes crochus entre Philippe Francq et moi se sont décrochés », poursuit-il. « J’ai du mal à continuer à m’entendre avec les personnes qui se prennent un peu la grosse tête. (...) Cette collaboration ne m’amuse plus. »", ça me semble une fin de collaboration pas si belle que cela...

    Répondre à ce message

  • Dès lors, deux solutions s’offrent à moi : écrire et dessiner seul ou collaborer avec un ou plusieurs scénaristes… éventuellement quelqu’un qui ne soit pas issu du monde de la bande dessinée car à ma connaissance, aucun professionnel du 9ème Art n’a les qualités pour reprendre ce titre. Enfin, c’est un constat tout à fait subjectif, hein.

    Est-ce un compliment pour Van Hamme ou bien l’expression de la haute considération de son propre travail ?

    En tout cas si Van Hamme se fâche avec Francq, ce dernier ne va surement pas se faire un paquet d’amis dans la profession avec ce genre de discours.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Al Kovalsky le 23 juillet 2015 à  12:24 :

      Oui, j’ai également été frappé par cette déclaration que je peine à interpréter.

      D’autant qu’avec le succès, et surtout depuis la fin de l’adaptation des romans écris par Jean Van Hamme dans les années 80, le personnage de Largo Winch semble se prendre (et être pris) de plus en plus au sérieux et a totalement délaissé le second degré et l’esprit de roman de gare qui l’animait à ses début pour tenter de se donner une espèce d’esprit de sérieux et de respectabilité qui me laisse froid.

      Adieu les aventures de série B totalement décomplexées, bonjour les prépublications dans les échos.

      Et si je me permets de dire ça, c’est que j’ai le sentiment (sans doute mal placé) que c’est une tendance qui s’est affirmée au fur et à mesure de la prise en main de plus en plus affirmée de la série par Philippe Francq. D’autant que j’ai toujours considéré Van Hamme comme quelqu’un qui assumait totalement l’utilisation des codes de la série B.

      Et ce petit bout de déclaration renforce encore un peu ce sentiment.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Alban dF le 23 juillet 2015 à  17:59 :

        Très intéressant comme analyse !

        Répondre à ce message

        • Répondu par Oncle Francois le 27 juillet 2015 à  12:26 :

          Ceux qui ont pu lire la première version de Largo Winch dans les années soixante-dix, sous forme de pocket policier (couverture de Pichard pour le premier) peuvent en effet trouver la version BD adoucie, et rendue plus glamour. Dans le premier pocket-policier de Largo, il y plus de violence, de gros mots et de sexe que dans les BD (on peut même penser que Van Hamme déconseille les vacances en Turquie ; il a du trop voir Midnight Express qui dénonce la violence carcérale !!). Il ne faut pas oublier qu’au départ, il s’agissait de surfer dans le sillage de la série SAS, en remplaçant l’espionnage et la politique internationale par le monde du business.
          Maintenant, une question me taraude : Van Hamme parti, y aura t’il autant de séquences lesbiennes ? Il s’agit là d’un thême dont le trait élégant de Francq s’acomode fort bien.

          Répondre à ce message

  • L’éternelle question est : " qui est le plus important dans une bande dessinées ?" Pour moi c’est le dessinateur le plus important . Le dessinateur donne un visuel du ( des ) personnages ainsi que des lieus ou ils évoluent . L’accord financier entre Van Hamme et Francq est de 50 / 50 ( ce n’est pas un secret ). Maintenant peut être que c’est accord est aussi responsable de ce qui arrive . Dans quel sens , seul eux le savent . L’un était = il devenu trop " gourmand " ?

    Répondre à ce message