L’art ludique de Marvel bientôt exposé à Paris

21 février 2014 6 commentaires
  • Imaginé et conçu par Jean-Jacques et Diane Launier, Art Ludique-Le Musée, créé en partenariat avec La Compagnie des Alpes avec le soutien de la Mairie de Paris, avait consacré sa première exposition à Pixar. Cette fois, c'est aux super-héros qu'il consacre ses cimaises, un art qui "pulse"...
L'art ludique de Marvel bientôt exposé à Paris
Captain America

Jean-Jacques et Diane Launier ne sont pas des inconnus. Ils ont créé la galerie Arludik à Paris qui expose et vend des dessins originaux issus de la bande dessinée, des comics, des mangas mais aussi des manwhas sans oublier un seul des autres "arts ludiques" qui caractérisent notre temps : le jeu vidéo, le film d’animation et le cinéma "populaire" dérivé de ces derniers, comme par exemple l’univers de Star Wars.

On leur devait aussi l’exposition "Miyazaki-Moebius" au Musée de la Monnaie de Paris en 2004 et de nombreux accrochages en province tels que L’Âge de Glace à La Baule, L’Art de John Howe pour "Le Seigneur des anneaux", "Hommage à Toy Story" à Angoulême, ou " L’Art de Moi Moche et Méchant" à Annecy.

Une planche de Jack Kirby

Le concept très intelligent d’ "Art ludique" avait été théorisé par Jean-Samuel Kriegk et Jean-Jacques Launier dans un ouvrage, L’Art ludique (Ed. Sonatine, 2011) qui avait fait date. Il rejoint une évolution de la bande dessinée qui, de plus en plus, se décline sur les autres supports : cinéma, dessin animé, jeu vidéo, roman... Nous sommes face à des univers globaux, ce que les businessmen appellent des "licences", dont les initiateurs ont été les industriels du comics justement. La BD américaine se trouve adaptée au théâtre, au cinéma, en dessins animés dès ses balbutiements, à la fin du XIXe et au début du XXe Siècle. Les feuilletons radio de Superman, lancés un an après la création de l’homme d’acier, ont autant contribué à renforcer sa notoriété que son assise scénaristique : les scénaristes de la radio ayant dû, en l’absence de matière originale, développer considérablement l’univers.

Ces aller-retour entre les comics et ces supports dérivés méritaient qu’on s’y arrête. Marvel, rappelons-le, c’est Les Avengers, Iron Man, Captain America, Thor, Hulk, Les X-Men, Les 4 Fantastiques, Spider-Man, Le Surfer d’Argent… Une mythologie de notre temps qui va bien au-delà du bal fantastique des costumés. Leur mentor, c’est Stan Lee. Leur ange tutélaire, c’est Jack Kirby alias "The King".

L’exposition déclinera, à partir d’un fonds de 300 planches originales, tout l’univers Marvel, de la bande dessinée aux dessins de concept et aux illustrations réalisés pour les dernières productions au cinéma.

Aux cimaises, Jack Kirby évidemment, Steve Ditko, John Romita, John Buscema, Don Heck, Tim Sale, Alex Ross, Jim Steranko, Gene Colan, Franck Miller, Neal Adams mais aussi les locaux de l’étape, les artistes français Aleksi Briclot ou Olivier Coipel qui ont chacun travaillé pour la Maison des idées.

Aux côtés de ces 300 planches s’ajouteront 200 documents : études, recherches de personnages et de costumes, story-boards ou encore design de véhicules et d’accessoires réalisés pour la pré-production des films réalisés par les illustrateurs Adi Granov, Charlie Weng ou encore Ryan Meinerding, superviseur artistique et concept designer des films Marvel Studios, qui a réalisé l’affiche de l’expo [en médaillon].

Orienté vers le grand public, l’exposition donnera à découvrir certains accessoires utilisés pour ces films aux côtés des dessins qui les ont inspirés : le véritable casque d’Iron Man, le marteau de Thor, l’armure d’Iron Patriot, le bouclier de Captain America, la moto de l’Hydre, etc.

Un parcours de vidéos ponctuera la visite avec des témoignages de Stan Lee sur chacun des super-personnages, ainsi que des commentaires d’artistes parmi lesquels Joann Sfar, Zep ou Olivier Coipel qui expliqueront en quoi ces univers les ont influencés.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Du 22 mars au 31 août 2014, au Musée d’Art ludique 34, quai d’Austerlitz, 75013 Paris.

Le site de l’événement

 
Participez à la discussion
6 Messages :
  • C’est quoi l’intérêt des commentaires de Joann Sfar ou Zep ?

    Répondre à ce message

    • Répondu le 21 février 2014 à  19:14 :

      C’est quoi, l’intérêt de votre commentaire ?

      Répondre à ce message

      • Répondu le 21 février 2014 à  23:53 :

        Ils n’ont aucun lien avec les super-héros, ce sont juste des personnages médiatiques.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Vincent FACELINA le 22 février 2014 à  08:58 :

          La provocation est parfois un art. Votre phrase, réductrice (ce sont juste...), me semble fort peu appropriée. En effet, le lectorat est composé de "nous tous". Chacun de nous peut librement exprimer un avis. Chaque institution est libre de nous le demander ou non. Cela relève de la "simple" liberté. Qu’elle soit de s’exprimer, d’éditer ou de proposer une démarche pédagogique. En l’occurrence, qu’une institution demande à deux auteurs de BD (auteurs, pas seulement "dessinateurs"), leur témoignage sur un tel sujet révèle à tout le moins deux points intéressants qui pourraient susciter votre intérêt momentané. Un : s’intéresser aux comics n’est plus considéré comme l’apanage d’un être diminué intellectuellement ; DEUX : dans l’ART (y compris le 9ème), il est moins question de "tolérance" à l’égard de la différence que d’appétit de dépasser les limites imposées pas les deux dimensions du papier. Il apparaît donc ainsi qu’en dépit de leurs origines culturelles ou de leurs productions personnelles, des auteurs de BD peuvent, par leur témoignage, éclairer le "passionné de BD / comics / manga/ etc.." sur son rapport à un genre particulier. Merci !

          Répondre à ce message

          • Répondu par Michel Dartay le 22 février 2014 à  19:40 :

            Bonsoir Vincent. Merci pour ton commentaire, je voudrais juste ajouter que Sfar est en dehors de ses multiples casquettes un grand amateur de comics, ce qui lui a valu de faire une belle préface pour L’anthologie Jack Kirby, parue il y a plus d’un an chez Urban Comics.

            Pour Zep, je ne sais pas, mais peut-être aimait-il les comics US avant de devenir le talentueux dessinateur d’humour que l’on connait.

            Je voudrais juste terminer en précisant que cette expo Art Ludique n’est pas le seul évènement Comics auquel les parisiens auront droit au printemps 2014. En effet, ils auront droit également à une belle expo sur Ales Ross (http://monabismarck.org/programmes/exposition?lang=fr)

            Répondre à ce message

            • Répondu par Vincent FACELINA le 23 février 2014 à  16:38 :

              Bonsoir Michel,
              Merci de votre propos et de cette info...qui me donne une raison de plus d’envisager un déplacement vers la capitale. Bon, pour Sfar, bien qu’ignorant de l’ouvrage sur le KING (pas tout à fait :je ne l’ai pas encore acquis...) son album en collaboration avec David B (URANI ; La ville des mauvais rêves, paru chez Dargaud) était une belle incursion dans le monde du comics. Sans suite malheureusement. Pour ZEP, son Captain Biceps, dessiné par Tébo, relève de la parodie sympathique de nos comics de super-héros....Un bonheur que pourra, je l’espère, découvrir notre premier commentateur. C’est tout le bien que je lui souhaite.

              Répondre à ce message