L’as de Coeur - Blackjack, n°3 - Cuzor - Casterman

25 septembre 2002 0 commentaire
  •  Bon, d'accord, l'époque (1929) ne portait pas aux sentiments. Et le lieu (les quartiers miséreux de Brooklyn) ne laissait guère d'illusion sur le futur de ceux qui y grandissaient. Mais se fourrer dans des emmerdes pareilles, même dans une période noire et dans un quartier pourri, c'est pas donné à tout le monde: ces gosses avaient vraiment BEAUCOUP de malchance.

On a laissé, on se souvient, toute la bande en cavale. Alfonso, accusé à tort d’avoir tué le père de Laura, a réussi à grimper dans un train. Mais sa tête est à la "Une" de tous les quotidiens et les contrôleurs ont vite fait de le repérer. Il tente de fuir et tombe sur le Père Lorenzo, qui le prend en charge. Malheureusement, les hommes de Moreno retrouvent le petit et l’enlèvent. Toujours à la recherche de leurs quatre millions de dollars, les mafiosi ont aussi séquestré Peanuts et kidnappé Laura, qui se trouvait dans un orphelinat. Qu’est-il advenu de Vitto et Grenouille ?

Tout s’embrouille, tout se recoupe, tout le monde est impliqué, de près ou de loin, dans les magouilles et la corruption que fait régner la clique de Moreno. Même le Père Lorenzo, pourtant prêt à risquer sa vie pour sauver celles des enfants, n’est pas "propre". Il nous faudra attendre le 4e et dernier épisode de "Blackjack" pour avoir le fin mot de l’histoire...

(par Patrick Albray)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Un excellent récit d’aventure, brillamment raconté : l’auteur passe avec aisance d’un lieu à un autre pour suivre les différents protagonistes de cette histoire complexe truffée de salauds de la pire espèce. L’enchaînement de péripéties qui précipitent ces enfants toujours un peu plus loin dans l’horreur est diabolique. Pour une première oeuvre, c’est un coup de maître. Les couleurs, qui étaient le point faible du premier tome, se sont considérablement améliorées et Steve Cuzor en joue astucieusement. Un peu plus de sobriété dans ce domaine, et ce sera parfait.

Lire un extrait

  Un commentaire ?