Actualité

L’éditeur italien Sergio Bonelli Editore présente son application pour lire ses Fumetti au format numérique.

Par Pascal AGGABI le 1er décembre 2022                      Lien  
L'éditeur italien Sergio Bonelli Editore lance son application qui permettra de lire une bonne partie de son énorme catalogue -plusieurs millions de pages de BD publiées sur huit décennies : Bonelli Digital Classic. Il était temps diront les fans de toutes ces publications qui manquent singulièrement dans le paysage éditorial, ne serait-ce que pour faire briller la BD "latine".

Sergio Bonelli Editore, c’est une multitude de personnages de la BD populaire qui ont fait le bonheur des lecteurs de petits formats. Ces mensuels bon marché ont largement contribué à donner le jour à des millions de vocations de lecteurs avides de bande dessinée à travers le monde, et on ne parle pas du nombre d’artistes qui ont cultivé ici leur goût pour le 9e art. Encore des vocations.

L'éditeur italien Sergio Bonelli Editore présente son application pour lire ses Fumetti au format numérique.
Une incroyable galerie de personnages de la BD populaire.
© Sergio Bonelli Editore.

Bonelli, c’est aussi une manière bien particulière de proposer de la BD, souvent en noir et blanc, avec une narration bien identifiée, claire, posée, avec un certain nombre de cases par pages, sans trop d’effets ou digressions, même si ce dernier postulat reste à interroger.

Bonelli, c’est aussi et surtout un format ( 16 × 21 centimètres avec couvertures souples pour 96 pages) reconnu d’abord avec une connotation péjorative avant de devenir une solide référence : le bonellide !

Un format pour un incroyable foisonnement et une belle vitalité.

Le regretté Sergio Bonelli en pleine lecture d’un format "bonellide".
© DR.

Fourmis.

D’ailleurs là encore, ça bouge chez le fameux éditeur milanais, qui décidément a des fourmis dans les jambes, bien décidé à empoigner les années à venir avec conviction et initiative : dès lors qui dit mieux ?

Considérez : on trouve en premier lieu la création de la division spécialement dédiée à l’adaptation audiovisuelle de ses personnages les plus marquants, et il y en a : Bonelli Entertainment.

Une véritable aubaine pour le cinéma de genre, les adaptations TV, alors que nous vivons à ce sujet un véritable âge d’or.

Dampyr, premier film de l’univers cinématographique Bonelli, distribué dans les salles italiennes le 28 octobre dernier.
Basé sur le fumetti créé par Mauro Boselli et Maurizio Colombo en 2000, mettant en scène Harlan Draka, un dampyr, ou plutôt le fils d’un vampire et d’une femme humaine, qui traque les vampires. © Bonelli Entertainment.

Mais encore.

Le rapprochement opéré ensuite par Bonelli avec l’éditeur DC Comics , DC fort désormais de ses super-héros nouveaux rois du box-office, pour proposer des histoires croisées entre les héros-maison les plus charismatiques de ces géants de l’édition.

Avec, qui sait, vue sur l’opportunité de futures adaptations ciné ou TV dans un coin de la tête, au bénéfice pour l’éditeur italien de toute la mise en lumière qui en découlerait -un exemple à suivre chez nous ?.

Croisement de personnages et partage d’ambiances entre Bonelli et DC Comics.
© Sergio Bonelli Editore, DC Comics.

Surtout quand viendra l’heure pour les départements audiovisuels de DC et Marvel de diversifier une offre dont le public commence tout doucement à se lasser. À voir.
Même s’il ne fait jamais de tort de prendre les devants. Les premiers levés sont les premiers servis. Le catalogue Bonelli a une carte à jouer.

Une occasion parfaite pour solliciter les artistes qui ont déjà travaillé sur les personnages des deux éditeurs.
© Sergio Bonelli Editore, DC Comics.

Il y a, de plus, et on en passe question énumération, des initiatives... la ligne éditoriale devenue plus mature et innovante garde un oeil sur les librairies généralistes : la si bien nommée Audace.

Audace, la nouvelle ligne de bandes dessinées aux thèmes et tons plus matures de Sergio Bonelli Editore.
© Sergio Bonelli Editore.

Voilà un éditeur à l’image un peu compassée qui avance pour faire feu de tout bois.

Optimisation et solidarité.

Il est bon de signaler toutefois que Bonelli, dont les ventes en kiosque sur support papier restent conséquentes, a refusé d’augmenter le prix de ses livres malgré les grosses difficultés rencontrées, en conséquence de toutes les augmentations qui découlent de la crise actuelle.

L’éditeur a juste demandé aux fans de concentrer leurs achats sur les mêmes points de ventes sans trop de dispersion, pour rationaliser au mieux les dépenses de fabrication et distribution et donc minimiser l’impact d’onéreux retours.

Un beau geste envers les fidèles lecteurs et une lecture claire de la situation économique qui se complique pour chacun, surtout un certain public populaire.
Bien vu, surtout dans la perspective d’une BD globalement gentrifiée qui impose sa loi à tout le monde.

"Il Confine" étendard de la ligne Audace : histoire montagnarde entre Lost, X-Files, Dark ou Twin Peaks.
Le projet cross-média de Bonelli qui aspire à être une série BD policière, une série télévisée coproduite avec la société de production Lucky Red, des romans et des jeux de rôle, entre autres. © Sergio Bonelli Editore.

Du classique au numérique.

Donc, Sergio Bonelli Editore se lance cette fois pour de bon, après diverses tentatives plus ou moins affirmées, avec une proposition pour la lecture de ses histoires -dont certaines sont historiques et réalisées par les plus grands maîtres de la BD "latine"- au format numérique. Enfin.

De quoi faire saliver tout amateur de trait, d’encre au noir profond, de dessin lâché, de culture populaire et d’aventures épiques. Bonelli, c’est l’aventure avec un grand A.

© Sergio Bonelli Editore.

Ainsi, par le biais d’un abonnement mensuel ou annuel via l’application Bonelli Digital Classic -avec une offre de lancement mensuelle de 9,99 euros, au lieu de 12,99, et annuelle à 99,99 euros au lieu de 129,99- il devient possible de lire le meilleur des personnages proposés par cet éditeur, histoires publiées des années 1940 au début des années 1980.

On parle bien évidemment de Tex Willer, Zagor, Mister No, Martin Mystère, Storia del West (miam), Le Petit Ranger etc... Pour un total de... 360 000 pages ! Si vous préparez un voyage sur Mars, voilà de quoi bien l’occuper pendant la durée du trajet.

Bien sûr, des aventures aux histoires plus récentes avec ces même héros et d’autres où se comptent légitimement force héroïnes, seront également disponibles.

© Sergio Bonelli Editore.

Bonelli Digital Classic sera téléchargeable dès le 1er décembre 2022 sous forme d’application mobile -depuis l’Apple Store pour les systèmes iOS ou Google Play pour Android. Cependant et comme il se doit, l’abonnement sera consultable depuis un simple ordinateur.

De plus, trois manières pour lire les aventures de ses personnages de Fumetti préférés seront proposées : pleine page, bande par bande ou case par case .
Voire, dans certains cas, au choix dans leur noir et blanc originel ou en couleur.

Pour l’instant, seulement en italien, mais rien d’insurmontable pour le lecteur de BD aguerri que vous êtes.

Un abonnement à Bonelli Digital Classic qui permettra, au choix, une lecture sur smartphone, tablette ou ordinateur.

Du classique au plus récent.

Une offre numérique de Bonelli offrira également la possibilité d’acheter des numéros à l’unité parus en kiosque dans les trois mois précédants, au prix de 2,49 euros pour les séries régulières et de 3,49 euros pour les numéros spéciaux. Des histoires qui seront ensuite versées, après ces trois mois, dans le catalogue digital de Bonelli Digital Classic.

La rencontre en 2023 entre Conan le Barbare et Dragonero le chasseur de dragon - héros d’une série animée, qui fait partie des célébrations organisées pour les 90 ans du Cimmérien créé par le romancier Robert E. Howard en 1932.
© Sergio Bonelli Editore et Panini Comics.

Donc, si vous êtes en manque de ces personnages et univers qui ont, hélas, bien déserté nos librairies et kiosques, dès ce 1er décembre, faites le plein de Fumetti, même si c’est en numérique.

Et c’est Sergio Bonelli Editore, grand spécialiste de la BD héroïque et populaire, qui régale.

(par Pascal AGGABI)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN :

Sergio Bonelli Editore tout public Italie Marché de la BD : Faits & chiffres 🛒 Acheter 📖 Feuilleter
 
Participez à la discussion
6 Messages :
  • Une bonne initiative, même si Bonelli réimprime les titres-phares de son catalogue en différents formats, fumetti classique, mais aussi en gros albums de format francobelge. De nombreux éditeurs français (Lug/Semic, panini, mais aussi Glénat, Clair de lune, et autres) ont tenté par le passé de proposer des adaptations qui n’ont pas su s’imposer sur la durée, le flambeau est actuellement repris par Black and White et Fordis. Bonelli a une boutique en ligne, mais ne propose pas l’envoi hors d’Italie depuis le Covid à peu prés.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Pascal Aggabi le 1er décembre 2022 à  16:16 :

      Il est évident que ce style de BD de genre, ou plus sûrement ce genre de BD de style, doit retrouver la place qui est la sienne. À un prix démocratique et populaire, format numérique ou pas.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Michel Dartay le 1er décembre 2022 à  18:51 :

        Bien d’accord. C’est de la lecture populaire proposée à un prix imbattable en Italie et dans d’autres pays. Des histoires principalement en noir et blanc (les dessinateurs Bonelli sont vraiment doués pour celà et c’est la tradition historique ; quand l’éditeur propose des albums couleurs, c’est parfois décevant, mais peut-être plus facilement exportable. Il y a un groupe spécialisé Facebook, ouvert et public sans inscription, je vous donne le lien, vous y êtes le bienvenu, ainsi que tous les lecteurs d’actuabd https://www.facebook.com/groups/607630986959251

        Répondre à ce message

        • Répondu par Pascal Aggabi le 2 décembre 2022 à  12:28 :

          En effet, en couleur, c’est souvent pas très réussi. curieux.

          Merci pour le lien, je crois que je vais devenir un habitué. :-)

          Répondre à ce message

          • Répondu par Michel Dartay le 2 décembre 2022 à  16:02 :

            Vous y êtes le bienvenu !
            Concernant le passage parfois malheureux à la couleur, sans doute pour moderniser, on peut rappeler que les auteurs classiques de Bonelli ont travaillé des décennies sans l’apport de la quadrichromie. Pour rendre les pages moins vides, ils ont donc ajouté hachures et aplats, une pratique qui rend difficile une colorisation non prévue à la base sous peine d’étouffer toute la richesse du trait original. Les fumetti Bonelli ont un format de 16 sur 21 centimètres, intermédiaire donc entre celui du comics américain plus grand et le pocket françaisLug Elvifrance ou Arédit, plus petit.

            Répondre à ce message

            • Répondu par Pascal Aggabi le 5 décembre 2022 à  11:24 :

              Vous avez parfaitement raison, mais on a souvent l’impression que la couleur a été rajoutée, sans beaucoup d’inspiration, juste pour "mettre de la couleur". Sans vraie plus-value.
              Même pour les histoires récentes style "Tex color" ou Dylan Dog "color fest" dont on suppose que la mise en couleur a été un minimum anticipée, le résultat n’est pas souvent convaincant. Une curiosité dans le monde de la BD d’aujourd’hui.

              Répondre à ce message

PAR Pascal AGGABI  
A LIRE AUSSI  
Actualité  
Derniers commentaires  
Abonnement ne pouvait pas être enregistré. Essayez à nouveau.
Abonnement newsletter confirmé.

Newsletter ActuaBD