L’édition en couleurs de « Tintin au Pays des Soviets » passionne les lecteurs des anciens pays communistes... et les fachos

6 février 2017 9 commentaires
  • S’il y en a qui se réjouissent de la réédition de « Tintin au Pays des Soviets », ce sont bien certains lecteurs des ex-pays communistes et surtout les fachos de tout poil qui s’offusquent que l’on puisse traiter « Tintin au Pays des Soviets » d’anti-bolchévique. Il l’est pourtant. Et même dans sa version en couleurs un peu nazi ?
L'édition en couleurs de « Tintin au Pays des Soviets » passionne les lecteurs des anciens pays communistes... et les fachos

Nous avions, avant même la sortie, considéré comme une hérésie la réédition en couleurs de Tintin au Pays des Soviets, dans notre article « Toi qui blêmis aux couleurs de Tintin  » où nous dénoncions l’effacement du contexte historique de cet album dans la couverture : « La belle gouache originale se substitue à un trait peinturluré par Photoshop. L’élégante maquette originale fait place au standard des séries. Le sulfureux, le longtemps refoulé album anticommuniste d’Hergé n’est plus qu’une histoire comme les autres où les adversaires se font abattre comme des animaux sauvages. Nous avons quitté la grande histoire pour les péripéties d’un journaliste, un vrai, qui envoie ses papiers au journal et à qui tout réussit. Un héros sans aspérité ni reproches.  »

L’avis des Roumains

En Roumanie, en revanche, l’historien de la BD Dodo Nita ne cache pas un enthousiasme un peu orienté pour cette réédition : « Là où beaucoup de tintinologues n’ont vu que la maladresse du jeune dessinateur et la soi-disant propagande antibolchévique, nous écrit-il à propos de “Tintin în Ţara Sovietelor”, nous-autres, Roumains qui avons vécu le régime communiste, nous avons été impressionnés par cette description du communisme dans les années 1920-1930, que nous avons vécu durement jusque dans les années 1980, en particulier dans les années noires de 1945-1958… » Et d’avancer sur son blog les témoignages rassemblés de bric et de broc de quatre intellectuels roumains qui découvraient avec ravissement ce monument de la bande dessinée anti-soviétique.

Prétendre que le Tintin de 1929 n’est pas de la propagande anti-bolchévique, comme l’affirme notre cher Dodo Nita un peu porté par son enthousiasme, est une contre-vérité. Non seulement Hergé le reconnaissait –il qualifiait lui-même Le XXe Siècle de « journal d’extrême-droite », son directeur, l’abbé Norbert Wallez, étant un admirateur déclaré de Mussolini dont il conservait une photo dédicacée sur son bureau- mais une analyse objective de l’album le confirme : des élections truquées faites sous la menace aux usines-« Potemkine » montrées aux journalistes anglais répond point par point à la propagande anticommuniste de son époque.

Les Russes de 1929 sont-ils différents des Européens de l’Ouest ?

Là où les Tintinologues bisquent un peu, c’est face à cette belle couverture Art Déco 1930 dénaturée par un bidouillage Photoshop artistiquement pauvre et dont surtout, l’Histoire est proprement effacée. Autre chose interpellante à l’intérieur de l’album : pourquoi, par exemple, le teint de Tintin est-il différent de celui des Russes ? Ne sont-ils pas, comme la plupart d’entre nous de type caucasien ? À quoi rime cette mise en couleurs qui laisserait accroire que les Russes ne seraient pas comme nous ? Nous ressortirait-on in petto l’idée qu’ils seraient des non-Aryens, comme au bon vieux temps d’Adolf ? C’est vraiment étrange…

L’extrême-droite jubile

Cette mise en cause des Tintinophiles et autres hergéologues est aussi le fait d’une certaine frange de l’extrême-droite toute à la joie de voir un livre anticommuniste livré sans filtre au jeune public.

Ainsi le frontiste Bernard Antony, figure du courant catholique traditionaliste, qui, sur son blog épingle l’hergéologue Philippe Goddin qui considère que la mise en couleurs moderne « adoucit » [sic] le caractère « engagé » de cet album.

L’argument confirme l’intention de l’opération castermano-moulinsartienne d’effacer le caractère politique de cet album « d’époque ». Mais en bon bas du Front, Bernard Antony, conteste jusqu’à cette contrition : « Ainsi faut-il maintenant excuser Hergé d’avoir été antibolchevique, mettre cela sur le compte d’une erreur de jeunesse et de la mauvaise influence d’un abbé peu enclin à la sympathie pour le régime communiste lénino-stalinien qui, déjà en 1929, devait avoir à son actif plusieurs millions de déportés dans les camps du Goulag et plusieurs centaines de milliers de massacrés, notamment prêtres et religieux, par les tueurs de la Tchéka et les bandes de la Terreur bolchevique. » Ah ces discours au parfum d’avant-guerre...

Revoilà donc Tintin au Pays des Soviets redevenu une icône facho. Après Tintin le raciste, voici Tintin l’anticommuniste. Décidément, la légende noire d’Hergé ne cesse prospérer.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Commander Tintin au pays des Soviets en couleurs :
- en version normale chez Amazon ou à la FNAC
- en version limitée chez Amazon ou à la FNAC

Lire également sur le même sujet :
- De retour des Soviets, Tintin débarque à Bruxelles
- Tintin, une affaire qui roule !
- Tintin au Pays des Soviets, le « laboratoire » d’Hergé analysé par Philippe Goddin
- Toi qui blêmis aux couleurs de Tintin…
- Un "Tintin au pays des Soviets" colorisé annoncé pour début 2017 !

Toutes les illustrations sont © Hergé / Moulinsart / Casterman

 
Participez à la discussion
9 Messages :
  • Vous vous lancez dans les critiques à parti pris idéologique ? Vous devriez fusionner avec le site Du9.
    Laissez un peu la politique de coté, on en peut plus !

    Répondre à ce message

    • Répondu par Richard (Teljem) le 7 février 2017 à  16:36 :

      Aucun parti pris idéologique dans cet article, et comment laisser la politique de coté avec cet album Imminemment politique.
      Si vous n’en pouvez plus arrêtez de lire des articles sur le sujet.

      Répondre à ce message

      • Répondu par PhilC le 7 février 2017 à  17:44 :

        Mea culpa : si cet album est "imminemment" politique, j’ai bien fait de le lire juste avant qu’il ne le devienne.
        Sur le fond, vous avez "éminemment" raison ; sans rancune ...

        Répondre à ce message

        • Répondu par ammar abboud le 7 février 2017 à  19:12 :

          transparence oblige : je ne suis pas un fan de Hergé ni de Tintin , mais je hais les intolérants de l’orthographe, remarquez je ne suis pas un Français mais qu’un Francophone !

          Répondre à ce message

          • Répondu par PhilC le 8 février 2017 à  15:43 :

            Il ne s’agit pas d’orthographe, mais de 2 mots qui n’ont pas le même sens.
            Enfin, je précise que personnellement, je ne hait jamais les gens par principe, qu’ils soient communistes, fachos ... ou seulement francophones !

            Répondre à ce message

            • Répondu le 8 février 2017 à  21:38 :

              Ce n’est qu’un lapsus, pas très grave puisque vous avez compris le sens de la phrase.

              Répondre à ce message

              • Répondu par PhilC le 9 février 2017 à  10:15 :

                C’est plutôt un contresens, un lapsus c’est oral.
                Mais vous avez raison, pourquoi s’embarrasser de précision quand l’"à peu près" fonctionne.
                Je finirai peut être dans un camp de rééducation Khmer rouge et je l’aurais mérité pour avoir suscité tant de haine.
                Amicalement

                Répondre à ce message

                • Répondu par DELMEE Jean-Louis le 13 février 2017 à  15:27 :

                  {{}}Donc ce livre politique ne l’est pas ?
                  Moi j’adore Tintin et j’ai jamais supporté Hergé, pas droit dans ses bottes.
                  Si on s’informe à travers les centaines de livres publiés sur Hergé, il y a longtemps qu’on sait que penser. Moi, un film de Griffith ou de Charlot ou des Frères Lumière, je les regarde dans leur contexte. Un Spirou de Jijé c’est pas un Jerry Spring de Jijé. Hergé aussi a son histoire. C’est pas possible de parler histoire révélatrice plutôt que de s’injurier comme sur tous les forums ?
                  Alleïe hein ; sans rancune, peï. Amaï plexzigladz.

                  Répondre à ce message

  • Bon !
    La question n’est pas de savoir si Tintin est facho ou pas, il n’est que le robot d’Hergé et fustige les bolchéviques comme dans le Lotus Bleu , il fustige les Japonais.
    Ce que dénonce Hergé est authentique, il y a vraiment eu des famines et des enfants abandonnés en URSS , il y a vraiment eu des mascarades électorales etc...
    La VERITE est apolitique et si elle derange alors c’est la VERITE qui est coupable.

    Répondre à ce message