L’espion qui croyait – Par John Hendrix – Steinkis.

3 avril 2020 0 commentaire
  • Avez-vous déjà entendu parler de Dietrich Bonhoeffer ? Sans doute pas, à moins d’être spécialiste de la Seconde Guerre mondiale. Et savez-vous qu’il existait en Allemagne une résistance intérieure, au plus haut niveau du gouvernement, qui a comploté par trois fois pour tuer Hitler ? Un aspect méconnu de cette période que l’album tente de mettre en lumière.

Il ne faut pas oublier que les premières victimes de la folie nazie furent les opposants allemands au régime. Les premiers camps de concentration leur sont destinés, dès l’arrivée d’Hitler au pouvoir en 1933 (ouverture du camp de Dachau). A travers le parcours de Dietrich Bonhoeffer, pasteur qui s’est rapidement opposé à Hitler, John Hendrix veut nous faire redécouvrir cet aspect de l’histoire, et en particulier les complots menés par l’Abwehr, les services secrets allemands, pour tuer le Führer. Entre mars 1943 et juillet 1944, trois attentats sont fomentés, sans succès.

L'espion qui croyait – Par John Hendrix – Steinkis.
© John Hendrix / Steinkis

C’est un album riche et surprenant. Tout d’abord par son style graphique. Plus proche du livre illustré que de la bande dessinée, il comporte beaucoup de texte et montre un très gros travail de recherche documentaire. D’ailleurs, l’auteur présente ses pistes de recherche en fin d’album et indique une bibliographie sélective.

La mise en couleur, déroutante, utilise une palette graphique réduite à trois couleurs (vert, noir et rouge).

Bien que le fil rouge de l’album reste la vie de Dietrich Bonhoeffer, l’auteur a un réel soucis didactique et élargit largement son discours en abordant une grande variété de thèmes, afin que son lecteur comprenne bien tous les tenants et les aboutissants : les liens entre les Églises (protestante et catholique) et le Reich, la vision d’Hitler par les généraux de la Wehrmacht (en 1933, et l’évolution au fil des années), les dissensions internes au sein du Reich, la résistance intérieure.

John Hendrix a manifestement une certaine admiration pour son sujet d’étude, qui va créer une Église protestante pacifique et ouvertement opposée aux nazis et à l’ « Église du Reich », l’Église confessante. Il va entrer à l’Abwher, dont il sera une caution spirituelle importante, et il mourra en avril 1945 dans le camp de concentration de Flossenbürg.

Un ouvrage riche, dense, qui doit être pris avec la mise à distance nécessaire à la lecture de toute œuvre historique et qui invite le lecteur à aller plus loin, à dépasser le manichéisme primaire de « toute l’Allemagne était derrière Hitler ». Et qui s’accompagne d’une réflexion de fond : la non-violence est-elle encore une réponse lorsque le monde a basculé dans l’horreur et la folie ?

© John Hendrix / Steinkis
© John Hendrix / Steinkis

(par Jérôme BLACHON)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

  Un commentaire ?