L’été de L’Association : des valeurs sûres pour la collection Ciboulette

11 juillet 2020 0 commentaire
  • La collection Ciboulette, emblématique de L'Association mais aussi de l'essor du roman graphique, s'enrichit coup sur coup de trois titres. Avec Ruppert & Mulot, Tofépi et Jim Woodring, la maison d'édition mise sur la fidélité et le plaisir de retrouver des auteurs connus.

Si le « roman graphique » est souvent défini comme rassemblant des bandes dessinées de format moyen à couverture souple, de pagination variable en noir et blanc et aux thèmes allant de l’autobiographie à la bande dessinée de genre, c’est en grande partie grâce à la collection « Ciboulette » de L’Association. L’expression est certes plus ancienne et peut être utilisée pour des collections antérieures, comme celle de Casterman justement nommée « Les romans (À suivre) », mais L’Association a œuvré à sa popularité.

L'été de L'Association : des valeurs sûres pour la collection Ciboulette
"Le Cheval blême", recueil de cauchemars inaugurant la collection "Ciboulette" © David B. / L’Association 1992

La collection « Ciboulette » a ainsi contribué à faire entrer la bande dessinée dans les librairies généralistes, tout en ouvrant à la bande dessinée alternative les librairies indépendantes. Fondée en janvier 1992 avec la parution du Cheval blême de David B., la collection accueille des ouvrages aussi importants dans l’histoire récente de la bande dessinée alternative que Lapinot et les Carottes de Patagonie de Lewis Trondheim (décembre 1992), Livret de phamille de Jean-Christophe Menu (décembre 1995), Le Petit Christian de Blutch (septembre 1998 - octobre 2008), La Guerre d’Alan d’Emmanuel Guibert (avril 2000 - mars 2008) ou Persepolis de Marjane Satrapi (novembre 2000 - septembre 2003), dont les ventes ont largement dépassé le million d’exemplaires.

La plupart des autrices et auteurs, européens et américains, de L’Association y ont publié un ou plusieurs livres. Le format et la maquette en ont souvent été imités chez d’autres éditeurs indépendants ou, avec un certain opportunisme, par les éditeurs « mainstream ». Mais rares sont les collections à avoir une telle qualité et une telle diversité. Et une pareille longévité : la collection « Ciboulette » a atteint les cent volumes en janvier 2019, avec Monde parallèle de Clément Charbonnier Bouet. Après une pause de dix-huit mois, trois nouveautés viennent enrichir la collection, trois bandes dessinées réalisées par des habitués de L’Association.

Poochytown de Jim Woodring

Poochytown © Jim Woodring / L’Association 2020

Jim Woodring, dessinateur nord-américain autodidacte, édité par Fantagraphics Books depuis les années 1980, récompensé par un Prix spécial du jury au festival d’Angoulême 2012 pour Frank et le Congrès des bêtes, fait partie de ces auteurs qui ont réussi à créer un univers personnel reconnaissable au premier coup d’œil. Le sien pourrait être qualifié un peu trop rapidement de surréaliste. Il relève plutôt du merveilleux, s’émancipant totalement de notre rationalité.

Dans Poochytown, septième livre de Jim Woodring chez L’Association [1], le dessinateur reprend les principaux personnages de sa série Frank, sans qu’il s’agisse d’une suite directe des précédents volumes. Y sont présents bien sûr Frank, ses compagnons Pupshaw et Pushpaw, mais aussi un étonnant homme-cochon drôle, dégoûtant et attachant. Le récit, entièrement « muet », est difficile à résumer : après la découverte d’un instrument dont les sons se matérialisent, Pupshaw et Pushpaw s’envolent et Frank rencontre dans son salon L’Homme-Porc. D’abord circonspect, le premier se lie d’amitié avec le second malgré leurs différences.

Poochytown © Jim Woodring / L’Association 2020

Les péripéties s’enchaînent ensuite rapidement, sans fil conducteur clairement identifiable. La narration s’apparente à un collage psychédélique qui correspond parfaitement au monde parcouru par Frank et l’homme-cochon, en perpétuelle mutation. Les surprises abondent. Il faut abandonner toute référence aux lois de la physique pour se laisser emporter par le tourbillon de formes.

Le ton varie : parfois inquiétant voire effrayant, il peut aussi être franchement humoristique. Le trait, lui, demeure d’une constance impressionnante. Un encrage marqué, des vaguelettes en guise de hachures, des détails envahissants et tout en rondeurs, des figures cartoonesques constituent le style de Jim Woodring depuis plusieurs dizaines d’années. Son dessin à lui seul confère sa particularité à son univers hallucinatoire.

Poochytown © Jim Woodring / L’Association 2020
Poochytown © Jim Woodring / L’Association 2020
Poochytown © Jim Woodring / L’Association 2020

Les Petits Boloss de Ruppert & Mulot

Les Petits Boloss © Florent Ruppert / Jérôme Mulot / L’Association 2020

Florent Ruppert et Jérôme Mulot sont également des habitués de L’Association, même s’ils ne sont pas de la même génération que les fondateurs. L’entité bicéphale - les deux auteurs ont autant scénaristes que dessinateurs - a déjà publié dix ouvrages en quinze ans chez « L’Asso ». Connus pour leur ironie, leur regard aigu sur nos tics contemporains et la composition en cascade de leurs dialogues, dont d’autres se sont inspirés, ils ont également été édités par Dupuis dans la collection « Aire Libre », en collaboration avec Bastien Vivès ou avec Oliver Schrauwen notamment. Panier de singe [2] leur a valu un « Essentiel Révélation » à Angoulême en 2007.

Les Petits Boloss © Florent Ruppert / Jérôme Mulot / L’Association 2020

Les Petits Boloss est un recueil de récits courts parus principalement dans les années 2010 dans des revues et ouvrages collectifs. Des inédits et quelques séances de bricolage sont également au sommaire. On y croise un Elvis mal en point, des portraitistes issus d’une série récurrente des auteurs, des super-héros qui se battent - évidemment - et font du cirque - c’est plus rare - ou encore des artistes performeurs sans scrupules, des tigres gentiment affamés et des lycéens méchamment motivés.

L’ensemble donne un bon échantillon de l’humour de Ruppert et Mulot : un peu de cruauté, pas mal d’autodérision, de l’absurde et une mise à distance nécessaire. Il apparaît également que les auteurs sont très joueurs. Ils aiment jouer avec leurs personnages, avec les situations, avec les mots. Avec leurs bandes dessinées aussi, qui sont parfois de véritables petites maquettes à monter soi-même, comme le « Petit théâtre de l’ébriété » dont on peut avoir un aperçu sur leur site.

Les Petits Boloss © Florent Ruppert / Jérôme Mulot / L’Association 2020
Les Petits Boloss © Florent Ruppert / Jérôme Mulot / L’Association 2020
Les Petits Boloss © Florent Ruppert / Jérôme Mulot / L’Association 2020
Les Petits Boloss © Florent Ruppert / Jérôme Mulot / L’Association 2020

Le Gars d’Hebdo de Tofépi

Le Gars d’Hebdo © Tofépi / L’Association 2020

Tofépi, avec une demi-douzaine de participations à des collectifs et un ouvrage dans la collection Ciboulette, fait presque figure de petit nouveau. Artisan discret de la bande dessinée alternative, il s’est fait connaître surtout grâce à sa série jeunesse Les Carroulet initiée par Les Taupes de l’Espace, dont il est l’un des fondateurs. Il est surtout apprécié des amateurs de fanzines pour avoir été parmi les plus fidèles auteurs du Journal de Judith et Marinette puis du Nouveau Journal de Judith et Marinette [3], auxquels ont participé notamment Rémi Lucas, Sébastien Lumineau, Pascal Matthey, Nylso et... Ruppert et Mulot.

Le Gars d’Hebdo © Tofépi / L’Association 2020

Dans Le Gars d’Hebdo, Tofépi raconte une partie de sa jeunesse, alors que la précarité le contraignait à habiter chez ses parents et à tirer quelques maigres revenus du travail de correspondant local. Il met en scène, avec tendresse, la campagne vendéenne, ses thés dansants et ses kermesses. Journaliste par accident, privé de « grands » sujets mais pas d’anecdotes croustillantes, il parcourt les chemins vicinaux sur un vieux vélo acheté chez Emmaüs ou dans sa Simca 1000 née en 1968. Il confie son désarroi, son ennui parfois, ses espoirs et ses inquiétudes.

Rien de trépidant donc, mais la familiarité jamais vulgaire rend l’auteur / personnage extrêmement attachant. C’est un « gars » simple, pas prétentieux, soucieux de son entourage et embrassant d’un regard amusé le monde dont il se fait le chroniqueur. Comme dans Desh [4], il y a beaucoup d’humour, souvent au service d’une introspection sincère mais pas trop sévère. Le trait rond, les gros nez et les décors simplifiés rendent bien l’ambiance cocasse de ces années de correspondance journalistique, période de transition autant que terreau d’une personnalité.

Le Gars d’Hebdo © Tofépi / L’Association 2020
Le Gars d’Hebdo © Tofépi / L’Association 2020
Le Gars d’Hebdo © Tofépi / L’Association 2020

(par Frédéric HOJLO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

- Poochytown - Par Jim Woodring - L’Association - 101e volume de la collection Ciboulette - édition originale : Fantagraphics Books, États-Unis, 2018 - 16,5 x 24,5 cm - 104 pages en noir & blanc - couverture souple avec rabats - ISBN 9782844147752 - parution le 5 juin 2020.

Consulter le site de l’auteur & lire notre chronique sur Fran du même auteur chez le même éditeur (2014).

- Les Petits Boloss - Par Florent Ruppert & Jérôme Mulot - L’Association - 102e volume de la collection Ciboulette - 16,5 x 24,5 cm - 184 pages en noir & blanc et couleurs - couverture souple avec rabats - ISBN 9782844147806 - parution le 5 juin 2020.

Consulter le site des auteurs & lire notre chronique sur Soirée d’un faune des mêmes auteurs chez le même éditeur (2018).

- Le Gars d’Hebdo - Par Tofépi - L’Association - 103e volume de la collection Ciboulette - 16,5 x 24,5 cm - 80 pages en noir & blanc - couverture souple avec rabats - ISBN 9782844147738 - parution le 3 juillet 2020.

Lire notre chronique sur Desh du même auteur chez le même éditeur (2018).

[1Ont auparavant été édités : Frank (collection Ciboulette, 1998), Frank 2 (collection Ciboulette, 2006), Frank’s Real Pa suivi de Frank et la Corde de luth (collection Côtelette, 2007), Weathercraft (collection Ciboulette, 2010), Frank et le Congrès des bêtes (collection Ciboulette, 2011) et Fran (collection Ciboulette, 2014).

[2L’Association, collection Ciboulette, 2006.

[3Le zine Déconfetti, qui en est à son onzième numéro, en est une réminiscence.

[4L’Association, collection Ciboulette, 2018.

  Un commentaire ?