L’été sera Schtroumpf !

  • La polémique lancée par Antoine Buéno, qualifiant les Schtroumpfs de société totalitaire, sinon pire, aura au moins eu ce mérite: rappeler combien cette œuvre du patrimoine bédéphilique a une résonance affective profonde en France et dans le monde entier, alors qu’un film sort le 10 août et que les publications et les hommages se multiplient.

Depuis notre interview d’Antoine Bueno au mois de mai, la polémique sur les Schtroumpfs a pris une ampleur qui a même dépassé son initiateur. Le Petit Livre bleu a fait parler de lui de l’autre côté de la planète. Il continue d’ailleurs sur ActuaBD où un universitaire, Damien Boone, dans les travaux duquel Bueno avait d’ailleurs largement puisé, détaille l’essai du politologue pour mieux en faire ressortir les incohérences, les insuffisances, voire les vanités. D’autres réactions devraient suivre.

L’autre sujet de polémique, c’est la sortie de The Smurf 3D, le dessin animé tiré des Schtroumpfs et que Thierry Culliford, le fils de Peyo, défend sans en démordre. « C’est une étape nouvelle », dit-il, alors que les forums descendent le film sans même qu’on ait vu autre chose qu’un trailer.


Les Schtroumpfs - Bande-Annonce / Trailer #3... par Lyricis

Une exposition rétrospective à Paris

Mais la ligne de défense est prête et elle commence par la meilleure démonstration qui soit : l’œuvre elle-même.

Par une exposition d’abord qui a lieu cet été à la galerie Artcurial jusqu’au 30 août 2011. L’hôtel de Marcel Dassault accueille une magnifique exposition sur Peyo dans une rétrospective de plus de 150 œuvres originales de toutes les créations de Peyo (Johan & Pirlouit, Benoît Brisefer, Poussy, Jacky & Célestin, etc.) au milieu de nombreux documents d’archives et d’objets personnels comme cette aile d’oiseau qui permettait à Peyo d’évacuer les rognures de gomme.

La série continue avec un nouvel album de L’Univers des Schtroumpfs : Gargamel & les Schtroumpfs (Le Lombard). Notre ami Bueno va avoir du fil à retordre car on apprend plein de choses sur Gargamel, notamment le fait qu’il a un frère jumeau qui porte le doux prénom de Gourmelin, lequel est poète et innocent comme un enfant qui vient de naître.

L'été sera Schtroumpf !
Gargamel & Les Stroumpfs - Studio Peyo
Le Lombard

Il a également trois neveux, des triplés chauves de naissance, élèves à l’école des sorciers mais que les Schtroumpfs transformeront en magiciens.

Mais il a aussi un cousin, Sagratamabarb, également sorcier avec lequel il se dispute pour un héritage. On y découvre un Gargamel invoquant Belzébuth et d’ailleurs le maître des enfers intervient plusieurs fois dans l’album, en majesté. On voit aussi dans ces histoires courtes un ogre, un centaure, un djinn et des diablotins verts… Qu’est-ce nos exégètes vont bien pouvoir tirer de tout cela ?

Défense et illustration des Schtroumpfs

Face à cette profusion prêtant à l’interprétation allégorique, il y a la tradition de l’interprétation littérale.

Le Schtroumpfissime commenté par Hugues Dayez
Éditions Dupuis

Le littéraliste de service est ici Hugues Dayez, déjà auteur d’une biographie remarquée de Peyo, « Peyo l’enchanteur » (Editions Niffle) dans une magnifique édition du chef d’œuvre de Peyo, Le Schtroumpfissime (éditions Dupuis).

Comme un savant talmudiste, il en commente chaque page, apportant en appoint des témoignages (comme celui de la femme de l’artiste, Nine Culliford, qui explique pourquoi les Schtroumpfs sont bleus), des petits secrets (comme ce schtroumpf moralisateur sans lunettes), les influences (Tex Avery, Disney, Hergé…), les parallèles (notamment les élections dans Lucky Luke et la bande de Joss Jamon ou encore l’aventure de Spirou & Fantasio : Le Dictateur et le champignon), la collaboration essentielle avec Delporte, les assistants (Walthéry, Derib, Gos…), les différences avec les mini-récits d’origine, etc.

Bref une petite perle unique qui manque à votre bibliothèque et qui apportera encore davantage à votre connaissance des petits lutins bleus.

Il me revient une anecdote que m’avait contée Yvan Delporte. Un de ces profs sérieux soucieux de la bonne éducation de nos petites têtes blondes l’avait mis en garde : « Le mot « Schtroumpf » est très pénible à lire pour les enfants, affirmait-il. Pensez : il commence par cinq consonnes ! Ce nom-là n’est pas éducatif ! »

Les savants ne sont jamais plus drôles que lorsqu’ils se trompent.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

« Pierre Culliford, dit Peyo : La vie et l’œuvre d’un conteur merveilleux »
Exposition à Paris – Hôtel Marcel Dassault
7 Rond-Point des Champs-Elysées
75008 Paris
M° Champs-Elysées - Clémenceau.
Du 7 juillet au 30 août 2011, du lundi au dimanche de 11 à 19 heures.

Commander « Le petit livre bleu » sur Amazon ou à la FNAC

Commander « Le Schtroumpfissime » sur Amazon ou à la FNAC

Commander « Gargamel & Les Schtroumpfs » sur Amazon ou à la FNAC

Lire aussi :
-  Damien Boone (chercheur à l’Université de Lille) : « Le livre d’Antoine Buéno sur les Schtroumpfs n’est pas un travail scientifique. » (13 juillet 2011)
-  Thierry Culliford (Studio Peyo) : « Les Schtroumpfs doivent être lus au premier degré. » (13 juillet 2011)
-  Antoine Bueno : « Le village des Schtroumpfs est un archétype d’utopie totalitaire emprunt de nazisme et de stalinisme. » (30 mai 2011)

 
Participez à la discussion
7 Messages :
  • L’été sera Schtroumpf !
    15 juillet 2011 19:51, par carbo

    Monsieur Thierry C. , fils du Maitre Peyo , peut-il donner un mot d’explication à propos de la mise en vente de cette trentaine d’originaux chez Artcurial ? Quelle est la logique de cette mise en vente ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Jean-Philippe B le 15 juillet 2011 à  23:21 :

      En quoi donc cela nous regarde ? Un auteur ou ses ayants-droit n’ont-ils pas le droit de disposer de leur patrimoine comme il leur entend sans devoir rendre des comptes à qui que ce soit ?
      Et si vous êtes intéressé par l’achat, vous attendrez la vente d’octobre comme tout le monde. Sinon, vous attendrez les résultats en sortant des oh ! et des ah ! en sachant que de toutes façons vous ne pouviez pas vous permettre de telles folies !
      Il vous restera la consolation d’acheter une bonne caisse de Carbonnieux dont la vente se passera à peu près la même semaine :-)

      Répondre à ce message

      • Répondu par carbo le 17 juillet 2011 à  12:18 :

        Ma question était sans haine , sans violence ; ce qui dénote avec votre réponse qui n’en estd’ailleurs pas une ! Pour le choix de mon vin et de mes achats en salle , j’en dispose sans excès ! Sachez toutefois que j’opterais plutôt pour un Pape Clément . Et pour Peyo j’aurai un réel plaisir d’aller visiter l’expo chez Artcurial qui reste une salle de vente très professionnelle , sachant faire les bons choix du moment !

        Répondre à ce message

  • L’été sera Schtroumpf !
    15 juillet 2011 22:06, par Michel Dartay

    J’ai visité l’expo Peyo chez Artcurial hier (prix d’entrée 6 euros), la quantité de planches présentées est absolument énorme ! Il ne s’agit pas de présenter les lots qui seront vendus à l’automne, car si j’ai bien compris, seule une petite partie des pièces exposées sera mise en vente. Un regret, la présentation des planches et dessins est réduite au strict minimum. Artcurial a édité un superbe catalogue de cette exposition qui permet de contempler au plus prés ces originaux d’une pièce-maîtresse de la BD francobelge.

    Répondre à ce message

  • L’été sera Schtroumpf !
    17 juillet 2011 19:39, par juju

    Concernant l’ouvrage L’Univers des Schtroumpfs : Gargamel & les Schtroumpfs, précisons que le personnage de Sagratamabarb a été créé par Peyo et Jidéhem au début des années 60 dans l’histoire "La légende de la montagne à beurre", que l’on peut lire dans le tome 9 de la collection Rombaldi Peyo.

    Merci à Michel Dartay pour les remarques sur l’expo Articurial ; est-ce que le catalogue de l’expo contient ds inédits ? Merci !

    Répondre à ce message

    • Répondu par Michel Dartay le 17 juillet 2011 à  20:39 :

      Il s’agit principalement de la reproduction "nature" des originaux de Peyo. Donc vous les verrez en noir et blanc, avant mise en couleurs. Peyo n’était pas comme Franquin ou Jijé, il n’avait pas en permanence un crayon ou un pinceau à la main, quand il dessinait, c’était pour être publié. De mémoire, peu de crayonnés, esquisses ou sketch-board inédits. C’est la présentation qui change tout (style catalogue de musée, sauf que l’appareil critique et pédagogique ont été réduits au maximum). Donner le nom de l’album, le numéro de la planche et son année de création n’est pas follement passionnant (un peu sommaire, même). Je n’ose rêver à ce que Hughes Dayez aurait pu écrire sur le sujet, mais bon cela reste le plus beau "hommage graphique" sur Peyo, un peu comme le Heroïc sur Tillieux chez Daniel Maghen

      Répondre à ce message

      • Répondu par juju le 19 juillet 2011 à  11:47 :

        Merci pour ces précisions. Au niveau des inédits, je pensais pas exemple à des illustrations pour les calendriers scouts ou des planches de Pierrot et la lampe.
        Concernant l’ouvrage commenté par Hugues Dayez, apprend-on de nouvelles choses si on a lu la biographie de Peyo ? Car mr Dayez n’a pas réalisé de nouvelles interviews pour ce nouveau livre.

        Répondre à ce message