L’heure du conte

22 février 2008 1 commentaire
  • Quelle riche idée que de réunir les contes du monde entier dans une collection de bande dessinée ! Une initiative lancée ces jours-ci par Petit à Petit.
L'heure du conte
Contes arabes en bande dessinée - Collectif
éditions Petit à Petit

Seuls les contes avaient réussi à nous parler de ces pays réels ou imaginaires que nous ne connaissions pas. Sinbad le Marin, Ulysse, Pinocchio et Hansel et Gretel ont fait partie de notre enfance avant même que nous connaissions leur nationalité. Le conte est par excellence ce qui réunit les peuples, ce qui a circulé le plus librement entre eux et ce qui, le plus souvent, a été le ferment de nos civilisations. Car le conte est passé souvent de l’une à l’autre : sans Gilgamesh, pas de Golem, ni de super-héros !

Contes africains en bande dessinée - Collectif
éditions Petit à Petit

C’est donc ce patrimoine-là qui est ici mis en valeur par Petit à Petit. Les premiers titres sortent en librairie ces jours-ci. Ce sont des collectifs souvent dessinés par de jeunes auteurs, ce qui est l’occasion de découvertes graphiques charmantes mises au service de petites historiettes souvent pétillantes d’intelligence. La diversité ne nuit pas, au contraire : on a l’impression d’une veillée où chacun prend la parole, raconte son histoire, avec sa personnalité et son accent.

Une initiative sympathique qui devrait séduire petits et grands.

Déjà parus :

- Les contes africains
- Les contes arabes
- Les Contes de Perrault

Contes africains en abnde dessinée - Collectif (Ici : Scénario de Gaet’s et dessins de Vos)
Editions Petit à Petit
Contes arabes en bande dessinée - Collectif (ici : scénario de Ceha et dessins de Nejma Bourouaha)
Editions Petit à Petit

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • L’heure du conte
    22 février 2008 09:48, par Balthazar Picsou

    L’avantage de ces histoires aussi, c’est que relevant du domaine public elles coûtent relativement peu chers à l’éditeur...

    Et quand on paye ses -jeunes-auteurs au lance-pierres,au final,effectivement,on peut dire que les Contes se portent bien...

    Répondre à ce message