L’irrésistible ascension de Soleil Celtic

21 octobre 2009 0 commentaire
  • Il n'aura pas fallu 10 ans pour que Soleil Celtic se glisse dans un créneau délaissé. Le recette de ce succès ? Le respect et l'écoute du lecteur, un mélange des genres qui revisite les classiques, un dessin ambitieux au service de scénarios bien menés. Retour sur ce phénomène, tout en s'attardant sur les derniers-nés.

Au cœur de la réussite de Soleil Celtic, Jean-Luc Istin fait office d’homme-orchestre : il dessine et scénarise à tour de bras, donne son avis sur l’ensemble de la production, tout en imposant sa ligne directrice. Il faut dire qu’il est l’initiateur de cette collection qu’il dirige.

Une ascension progressive, mais irrévocable

Au début, c’est chez Nucléa que notre auteur fait ses premières armes en 1999, en scénarisant entre autres ce qui sera le début d’un best-seller : Merlin ! Parti chez Soleil, il lance le premier des Contes du Korrigan. Devant le succès de ces deux titres, Istin propose en juin 2002 à Mourad Boudjellal une collection spécialisée dans les légendes celtes. Cela peut paraître un pari osé, car ce succès ne pouvait être qu’un simple feu de paille.

L'irrésistible ascension de Soleil Celtic
parue dernièrement, la nouvelle série des Seigneurs de Cornwall

Nous demandions à Jean-Luc Istin s’il avait toujours été intéressé par ce genre qui l’a révélé : "J’étais surtout fasciné par quelques morceaux de musique, par quelques albums comme ceux d’Auclair (Bran Ruz, chez Casterman) et des livres concernant Brocéliande. Cet intérêt était donc d’abord inconscient, puis “Merlin” a commencé tranquillement à me plonger dans cet univers, et le fait de m’installer en Bretagne a carrément accéléré les choses."

On aurait pu croire que ce thème celtique serait compliqué à renouveler. Pourtant, l’inspiration semble ne pas trouver de limites : les séries ne cessent de naître avec de nouvelles visions de notre folklore, adaptant parfois directement des contes et légendes du terroir, comme dans Les Contes du Korrigan, Les Légendes de la Mort et Les Légendes de la Table Ronde. « Parfois, nous avons écrit de nouvelles aventures pour des personnages célèbres », continue le directeur de collection. « Dans d’autres cas, nous avons créé des histoires de toutes pièces reprenant juste un contexte celtique. Il y a plusieurs grandes tendances dans ’Soleil Celtic’ : l’univers lié aux chevaliers de la table ronde avec des titres comme “Merlin”, “La Quête du Graal”... ; l’univers type des aventures celtiques comme “Les Druides”, “Blackwood”... ; l’univers Terre de Bretagne avec “Le Sang de la Sirène”, et enfin on s’étend jusqu’au nordique, avec Odin et “Le Crépuscule des Dieux” car finalement il y a beaucoup d’analogie entre le celtique et le nordique. »

S’imposant progressivement, mais durablement, les séries ont pris de l’ampleur, respectant le lecteur tout en demeurant à l’écoute de ses attentes. En effet, le blog de la série le clamait avec fierté ce premier janvier 2009 : Soleil Celtic, c’est 31 séries, 79 albums, aucune série interrompue en cours de route, 96 auteurs dont 19 scénaristes, 54 dessinateurs et 47 coloristes. Et ces chiffres ont encore augmenté depuis lors. « Par deux fois, j’ai fait raccourcir une série qui ne fonctionnait pas pour pouvoir en proposer la fin », s’explique Jean-Luc Istin. « Mais j’ai rallongé “Merlin” par rapport à l’idée initiale, parce que le fait qu’elle ait du succès me permettait toutes les libertés, je l’ai donc écrite comme un feuilleton avec un rebondissement à la fin de chaque épisode. »

Face à ce succès, le lecteur pourrait alors croire qu’on va tirer en longueur les séries, comme une réaliste rançon du succès ! Mais il n’en sera rien car si Les Contes du Korrigan et Le Grimoire de Féerie sont terminées, Les Druides comporteront six tomes, ainsi que Le Crépuscule des Dieux [1] et Arawn, La Quête du Graal comprendra cinq volumes, alors que Le Gardien du Feu, Blackwood et Le Dieu des Cendres seront des diptyques. « Pour Le Sang du Dragon, , ça dépend du dessinateur Guy Michel. Je voulais en faire 5, lui 6, mais je pense qu’il va remporter cette manche. »

A suivre, le deuxième tome de Lancelot

Des séries qui mêlent pirates et légendes celtiques

Justement, le quatrième tome du Sang de Dragon est sorti dernièrement en même temps que le premier tome d’une série connexe, mettant en scène la ‘jeunesse’ du personnage principal : Hannibal Meriadec et les larmes d’Odin.

Le Sang de Dragon peut être considéré comme un amalgame du célèbre Barbe-Rouge confronté aux légendes bretonnes : les mondes parallèles y sont légion, autant que les représentants du petit peuple, mais les escarmouches entre les flibustiers et les autorités valent bien quelques beaux moment du grand Charlier. Chacun de ces tomes donnent de l’épaisseur à l’intrigue principale, tout en dévoilant les secrets et la psychologie d’un membre important de l’équipage. À juste titre, ce quatrième opus est particulièrement intéressant, car il confère une dimension supplémentaire au passé des deux protagonistes, dont le fameux fameux capitaine Hannibal Meriadec.

Pour tout fan qui se respecte, pris dans la passion tumultueuse de ces secrets passionnels esquissés dans le Sang de Dragon, l’aguichante envie de se plonger dans cette nouvelle spin-off le taraude, tel un sombre maléfice lancé par une démoniaque entité en mal d’aventures. Il pourra pourtant succomber sans crainte, car cette quête des Larmes d’Odin réserve son lot de réponses et d’aventures, et devrait faire partie intégrante de ceux qui ont déjà dévoré la série mère.

Un futur prolixe

Difficile de ne pas conclure un tel bilan sans un regard vers l’avenir. Vaudra-t-il le passé ? Peut-on continuer à croire en ces thèmes qu’on croyait si éphémères, mais qui ne cessent de trouver un renouvèlement dans l’esprit des scénaristes, et au cœur des légendes celtiques ? C’est bien sûr Jean-Luc Istin qui peut nous dévoiler les secrets des sorties à venir. « Outre les suites des séries en cours, dont le cinquième tome des Druides qui vient de sortir, nous retrouverons bientôt de nouveaux univers tirés des ambiances celtiques :

Quand le vent souffle sur les îles, scénarisé par François Debois, et dessiné par Serge Fino.

- ‘Durandal’, que j’ai commandé à Nicolas Jarry et Gwendal, ayant pour but de revisiter la chanson de geste de Roland de Roncevaux. Nicolas lui a donné quelques connotations celtiques en jouant sur l’épée Durandal, sa malédiction et puis a donné à l’ensemble un souffle épique qu’appuie favorablement le talent de Gwendal.
- ‘Merlin le prophète’ est le nouveau cycle de ‘Merlin’, qui mène directement à la naissance d’Arthur. Vortigern et le saxon Hengist en sont les vilains de service. Merlin et le jeune Bedwyr tiennent le bon côté. Et au centre, complotent toujours les dames d’Ys... Nous devons le dessin à Pierre Denis Goux et la couleur à Anouk.
- ‘Ys la Légende’, que je scénarise, et où l’on apprendra qui est Gradlon, le futur roi d’Ys, et ce qu’il a enduré avant de le devenir : une saga violente et épique à la mode "picte".

Un sticker visible pour identifier les albums bénéficiant de l’opération

- ‘Crawford’, un chasseur de sorcières du nord-est de l’Angleterre, traquant la bête démoniaque appelée Barghest ! Nathan Legendre à la plume et Alberto Jimenez (dit Aja) au dessin !
- ‘Quand Souffle le Vent des Îles’ : un one-shot remarquable de Debois et Fino, se situant en Bretagne. Une aventure au cœur de la lutte que les douaniers bretons menaient contre les fraudeurs à la fin du 19ème siècle.

Un couronnement d’ex-libris pour le ‘roi’ Istin

En plus de ce travail conséquent sur la collection et ses albums de Soleil Celtic, Jean-Luc Istin est depuis peu le directeur d’une autre collection de Soleil, dont nous avons déjà eu quelquefois fois l’occasion de vous parler : Les Secrets du Vatican. Afin de saluer son travail, Soleil lance prochainement une opération d’ex-libris qu’on pourra retrouver et collectionner parmi dix premiers tomes des séries d’Istin, portant le bandeau ad hoc : Merlin, Les Contes du Korrigan, Le Seigneur d’Ombre, Les Brumes d’Asceltis, Merlin, La Quête de L’Épée, Le Sang du Dragon, Les Druides, L’Ordre des Dragons, Le Cinquième Évangile, et Lancelot. Tandis qu’au premier semestre 2010, une opération ciblée sur Soleil Celtic mettra l’accent sur les série dérivées du légendaire Arthurien.

Un des dix ex-libris de l’opération Istin

Pour les fans impatients, nous ne pouvons que leur conseiller d’aller se plonger dans le blog de la collection, sans doute un des plus actualisés et mieux tenus du genre.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander :
- le Sang de Dragon T4 chez Amazon ou à la FNAC
- Hannibal Meriadec et les larmes d’Odin T1 chez Amazon ou à la FNAC
- Les Druides T5 chez Amazon ou à la FNAC
Lire les premières planches du cinquième tome des Druides

Visiter le blog de la collection

[1Le tome 0 non inclus.

  Un commentaire ?