L’oeil de la Forêt - Tirabosco - Casterman

31 mai 2003 0
  • C'est une grande et belle maison. Une maison de famille, que des notables se passent de génération en génération. Les héritiers du moment viennent de s'y installer, et la belle et grande maison retrouve la vie. Il y a plus de trente ans, un drame s'y était déroulé. Les années ont passé, mais les souffrances et les haines sont encore là. Et le retour des quelques protagonistes de cette vieille histoire sera suffisant pour qu'un nouveau drame se déclenche.

François, Marie et leur fille Clara ont quitté Paris et se sont installés depuis peu dans la grande maison de famille que François vient d’hériter de son père.

Ce déménagement n’est pas du meilleur effet sur François qui passe trop de temps au bar du village. Un matin, Baptiste se présente et propose d’accomplir les menus travaux en échange du gîte et du couvert. Marie et Baptiste auront bientôt une aventure.

Mais Baptiste n’est autre que le demi-frère de François. Fruit de la scandaleuse liaison entre la mère de François et un jardinier maghrébin, arraché de force à sa mère, et confié à l’Assistance Publique, il n’est revenu que pour se venger.

Thriller hitchcockien, cet album tient le lecteur en haleine jusqu’à la dernière case.

L’oeil de la forêt est un one shot en couleurs directes, représentatif de la nouvelle école suisse (Peeters, Wazem...).

(par Patrick Albray)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Un régal ! Une petite merveille graphique, dans un style vraiment original et très personnel, dont on déguste chacune des images., particulièrement colorées. L’intrigue est amenée par petites touches inquiétantes, posément, patiemment, instillant progressivement l’angoisse chez le lecteur Au début, on se croit dans un conte de fées. Mais il bascule irrrésistiblement vers le cauchemar. Les personnages sont forts, leur psychologie est bien cernée, avec les névroses issues de leur enfance qui continuent à leur pourrir l’existence. Les excellents dialogues apportent une touche finale à cette incontestable réussite.

Lire un extrait

  Un commentaire ?