L’ultime Chimère, T6 : le Meurtre - Par Bollée, Griffo et Mangin - Glénat

5 octobre 2010 0 commentaire
  • Avant-dernier épisode de cette chimère, le temps d'un premier bilan : moins fantastique que ce que laissait penser les premiers tomes, il s'agit plutôt d'une plongée dans l'âme humaine et le romantisme...

"Ce qui m’intéresse, c’est de sonder l’homme, l’individu, le personnage - avec ses tourments, ses faiblesses, ses défauts derrière le paravent fantastique.", nous déclarait le scénariste LF Bollée. "Les capacités exceptionnelles ne sont là que pour contrebalancer l’intime, qui est le plus important." C’est sûrement le message qui doit demeurer à l’esprit lors de la lecture de cette série multi-dessinateurs soutenue entre autre par le dessin de Griffo.

Pour rappel, l’action débute en 2169, alors que la plus grosse fortune du globe a mis la main sur un homme qui semble immortel, Shepherd. Autour de divers spécialistes se penchant sur ce cas incroyable, cet individu raconte comment il est rentré en contact avec la flèche que le roi Nemrod tira sur Dieu (à moins que ce ne soit le Diable...) dans des temps reculés.

Cette flèche, imprégnée sans doute du sang de Dieu, lui conféra ce ’pouvoir’ de rajeunir d’une année chaque siècle. Mais elle transmet également une histoire étrange aux personnes qui s’en approchent. Léonard de Vinci y a été soumis, mais également un jeune auteur anglais pour qui cette lubie va entraîner le massacre de la famille de Shepherd en 1967.

L'ultime Chimère, T6 : le Meurtre - Par Bollée, Griffo et Mangin - Glénat
Un récit qui se tourne vers le romantisme, nappé de fantastique

Après deux premiers tomes aussi oppressants que fantastiques, le troisième opus de la série donnait deux versions de la légende de Nemrod, personne emblématique de cette ’course à Dieu’. Ce fut également l’introduction de ce jeune auteur anglais qui va devenir central pour la période des années 1960. Mais le tempo plus lent imprimé par ce dernier personnage va devenir de plus en plus envahissant, ternissant d’ailleurs légèrement l’évocation de Léonard de Vinci en cœur du quatrième tome.

Le cinquième tome

Les cinquième et sixième albums se composent presque exclusivement du jeune auteur, de son récit dicté par la flèche et d’une position en retrait du narrateur, pourtant le personnage central du récit. La seconde moitié de l’intrigue vient donc souligner l’idée de LF Bollée : on s’écarte plus du fantastique pour s’intéresser à l’Homme et ses aspirations. Le pouvoir, la maîtrise, le désir, l’amour, mais surtout cette ultime chimère que semble être l’immortalité.

En conclusion de cet avant-dernier épisode et pour donner raison à son titre, on assiste au fameux meurtre pour lequel Shepherd est emprisonné depuis près de deux cents ans. Avec quelques rebondissements certes inattendus, Bollée parvient à maintenir le suspense. On attend le dernier tome, déjà prévu en janvier, afin que Griffo réalimente le feu pour un final attendu entre les deux hommes qui animent cette histoire.

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Lire l’article lançant L’ultime Chimère, le chronique du tome 3 et l’interview de LF Bollée.

De L’ultime Chimère, commander :
- le tome 1, Le Patient 1167
- le tome 2, L’Île
- le tome 3, La Légende
- le tome 4, La Machine
- le tome 5, Le Livre
- le tome 6, Le Meurtre

Lire les premières pages des tomes 1, 2, 3, 4, 5 et 6.

  Un commentaire ?