L’ultime Chimère : une nouvelle série « multi-dessinateurs »

12 mars 2008 2 commentaires
  • Glénat fourbit ses armes et lance le premier tome d’une série de sept albums publiés en moins de trois ans, et qui verra s’ébattre Griffo, Mangin, Meddour, Goepfert, Héloret, et Aymond, le tout scénarisé par LF Bollée. Dans le concept du {Triangle Secret}, l’éditeur grenoblois rêve à un nouveau grand succès.

En 2129, soixante ans après qu’un tsunami a ravagé une partie du Nord de l’Europe, une jeune médecin d’un asile psychiatrique suédois qu’un de ses patients qui ne parle pas et reste prostré, est en réalité interné depuis 162 ans ! Et il ne paraît avoir que quarante ans à peine... L'ultime Chimère : une nouvelle série « multi-dessinateurs »
Dans le même temps, un des hommes les plus puissants du monde, le Bill Gates du XXIIe siècle, qui vit dans sa station orbitale en forme de pyramide où il a délocalisé le siège social de son entreprise principale, apprend l’existence de ce cas surnaturel, le premier à paraître crédible depuis qu’il avait financé une fondation destinée à justement découvrir et élucider les mystères du monde. Le vieux magnat, qui vit ses derniers instants, se décide à intervenir en engageant une équipe de baroudeurs et d’aventuriers prêt à tout.

L’apparente vérité du mystère se fait jour petit à petit : tout serait lié à un objet mystérieux, sacré et divin, maléfique et maudit, qui a traversé les âges depuis le XXVIe siècle avant Jésus-Christ : la flèche de Nemrod. Un objet qui aurait blessé Dieu dans les temps immémoriaux et qui garderait la trace de son sang. Qui sait où peut-il se trouver à ce jour ?

Alors que Dupuis vient de terminer Quintett, et que Dargaud s’apprête à lancer Empire USA, Glénat prouve sa détermination à éditer les séries multi-dessinateurs. En effet, Voyageur en est toujours à son second tome, et Uchronie(S) vient à peine de paraître, mais cela ne freine pas l’éditeur du Décalogue et du Triangle secret. Fort de ces succès, il reprend donc le principe de la série ésotérique de Didier Convard : un dessinateur différent pour telle ou telle séquence, qui se démarque par le thème, le cadre ou l’époque.

En pratique, voici le programme de répartition des planches par album, et de parution (sous réserve) :
- T1 – Griffo : 43 planches – Héloret : 3 - En librairie le 12 mars 2008
- T2 – Goepfert : 29 planches - Griffo : 10 – Aymond : 7 - Septembre 2008
- T3 – Héloret : 19 planches - Mangin : 15 - Griffo : 12 - Mars 2009
- T4 – Meddour : 30 planches - Griffo : 16 - Septembre 2009
- T5 – Mangin : 39 planches - Griffo : 7- Mars 2010
- T6 – Mangin : 46 planches - Septembre 2010
- T7 - Griffo : 46 planches - Janvier 2011

Six époques différentes sont donc évoquées dans L’ultime Chimère et chaque dessinateur intervient dans sa séquence uniquement, même si certains flashbacks permettront quelques intrusions. Le récit contemporain se déroule en 2129, et c’est Griffo qui en a la charge (grosso modo, un tiers de l’ensemble de la série). La période la plus ancienne remonte au XXVIe siècle avant JC, c’est celle de la légende de Nemrod : Héloret y donne toute la mesure de son talent. Une séquence sera consacrée aux trois dernières années de Léonard de Vinci, à Amboise, entre 1516 et 1519, elle sera illustrée par Fabrice Meddour. Ensuite, dans le tome 2, on assistera à l’exploration d’une véritable île mystérieuse sous la plume de Brice Goepfert. Philippe Aymond a dessiné la courte séquence qui se déroule dans les ruines de Berlin en 1945 et enfin Oliver Mangin dessine plus de cent planches qui nous racontent la malédiction d’un écrivain anglais dans les années 1960.

Si l’expérience de Griffo prend une place conséquente dans cette nouvelle série, nous avons bien sûr hâte de voir comment vont se comporter les différents styles des autres dessinateurs qui doivent assurer la cohérence de l’ensemble. Bien entendu, dans le Triangle Secret, on se rappelle les superbes planches de Gine, qui tranchaient avec celles par exemple de Chaillet ou de Falque, mais les climats historiques respectifs donnaient toute la mesure de ces visions différentes, avec, en pierre angulaire, le talent de Didier Convard, dont la trame est le véritable ciment de l’entreprise. Pour L’ultime Chimère, c’est donc sur L.F. Bollée que tous viendront se reposer. Les premiers résultats sont, dès aujourd’hui, dans votre librairie .

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre sur Internet
Plus d’informations concernant L’ultime Chimère en lisant l’interview de L.F. Bollée
Les dessins sont © Griffo/Bollée/Glénat

 
Participez à la discussion
2 Messages :