BD d’Asie

L’ultime tome de Berserk par Kentaro Miura : le chant du cygne d’un géant du manga

Par Jaime Bonkowski de Passos le 5 juillet 2022                      Lien  
Les fans de bande dessinée se souviendront de 2021 comme de l'année qui a vu s'éteindre Kentaro Miura, immense auteur de l'immense Berserk, série qu'il laisse inachevée. Un an après le triste événement, Glénat publie en français le tome 41, épilogue des aventures de Guts et derniers chapitres de la main du maître. Une conclusion évidemment incomplète, néanmoins émouvante, et temporaire.

En mai 2021, à l’annonce du décès de Kentaro Miura, ActuaBD vous avait proposé un dossier complet sur l’auteur, à retrouver juste ici.. Le dernier volume de la saga paraît aujourd’hui.

Après la cérémonie du roi des Pétales Virevoltants, Casca a retrouvé sa conscience et s’éveille enfin de son cauchemar. Mais lorsqu’elle revoit Guts pour la première fois, un hurlement lui déchire les entrailles et ses visions l’assaillent à nouveau. La malédiction est-elle vraiment levée ?

Pendant ce temps, sur le continent, l’armée de Griffith fait son retour triomphal dans la capitale du Faucon, et se prépare déjà à la prochaine campagne contre les monstres qui ont déferlé sur le monde. Tous espèrent la paix, mais le destin en a décidé autrement, et la lumière doit affronter l’obscurité une dernière fois.

L'ultime tome de Berserk par Kentaro Miura : le chant du cygne d'un géant du manga
BERSERK © Kentaro Miura 1990 / Hakusensha, Inc., Tokyo

L’épilogue

Un an a passé et pourtant, l’émotion est toujours là. La sensation de lire une œuvre qui nous dépasse, une grande saga dans tous les sens du terme. Ce tome est le point final, la dernière contribution de Kentaro Miura à Bersek. Il ne conclut pas l’intrigue développée au cours des 40 tomes, il ne nous offre pas un bouquet final à la hauteur de ce qu’aurait pu et dû être la "vraie" conclusion, mais l’auteur y termine sa route dans un flottement et un soupir, qui laissent un sincère vague à l’âme.

On s’extasie une dernière fois devant les planches pétries de génie de Miura, parfois folles et hallucinées, ou calmes et merveilleuses. On fait un dernier bout de chemin avec ses personnages, on arpente une dernière fois son monde grandiose, et on brandit une ultime fois la Pourfendeuse de Dragon. Enfin, presque pour la dernière fois.

Car ce tome 41 n’apporte qu’une fin temporaire à la saga Berserk. L’éditeur japonais du titre a en effet annoncé la reprise de la série par le studio Gaga, studio de production de mangas de Miura, sous la supervision de Koji Mori, ami d’enfance de l’auteur et également mangaka, pour six chapitres venant conclure l’arc en cours et un dernier arc final basé sur les confidences, notes, croquis et volontés de l’auteur. L’annonce a été accueillie de manière mitigée par les fans, car elle pose la question de la continuation des séries après la mort de leur créateur (coucou Gaston), un phénomène qui reste relativement rare au Japon. Le premier chapitre de la reprise a néanmoins été accueillie avec beaucoup d’émotion et d’enthousiasme lors de sa prépublication le 24 juin 2022.

Cette reprise colore en outre différemment ce tome 41, qui s’impose dès lors comme un passage de relais entre le créateur et son successeur plutôt que comme une fin en tant que telle. Autour de la question, les inconditionnels de Berserk se déchirent : aurait-on dû laisser la série s’éteindre avec son auteur, quitte à ne pas avoir une fin "à la hauteur" de ce qu’on attendait, ou valait-il le coût de confier la suite à d’autres au risque de voir la série péricliter sans le génie de son créateur pour l’animer ? À chacun d’en décider.

Pour l’occasion, Glénat a choisi de publier l’opus dans deux versions : une standard et une collector en plus grand format cartonné, enrichie d’un ex-libris et d’une plaque métallisée. L’hommage (ou coup marketing, à vous de choisir), a été bien reçu par les fans qui se sont rués sur les précommandes, et à l’instar des tomes collectors de One Piece parus au cours de l’année, les libraires s’attendent déjà à une déferlantes d’acheteurs-investisseurs désireux d’acheter un maximum d’exemplaires possibles, pour espérer les revendre plus tard plus cher. Pour avoir votre Saint-Graal, il faudra donc se lever tôt, et croiser les doigts !

Pour conclure, on ne peut s’empêcher d’être sensible à la symbolique de ce qui est raconté dans ce tome, car coïncidence ou pas, il s’agit du volume le plus calme et le plus serein de toute la série, sans réelle scène d’action ou de combat. Berserk par Kentaro Miura se conclut au tome 41, sur l’île d’Elf Helm, dans un cadre de conte de fée où pour la première foi, Guts trouve la paix avec l’accomplissement de sa quête. On ne pouvait imaginer un meilleur endroit pour laisser le maître se reposer.

BERSERK © Kentaro Miura 1990 / Hakusensha, Inc., Tokyo

(par Jaime Bonkowski de Passos)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN : 9782344053416

Berserk T. 41 - par Kentaro Miura - 180 pages - 06/07/2021 - 6€90

Berserk à partir de 17 ans Heroic fantasy Horreur Japon 🛒 Acheter 📖 Feuilleter  
Participez à la discussion
1 Message :
PAR Jaime Bonkowski de Passos  
A LIRE AUSSI  
BD d’Asie  
Derniers commentaires  
Agenda BD  
Newsletter ActuaBD