La BD à Francfort 2015 : sous le signe des marques qui rassurent

16 octobre 2015 10 commentaires
  • Le marché de la BD franco-belge à l'étranger est stable cette année, le chiffre étant assuré par les grandes marques toujours en renaissance : Astérix, Corto Maltese, Lucky Luke, Les Schtroumpfs... Les petits font ce qu'ils peuvent.

Signe des temps : la vente des stands se trouvant en recul, l’organisation de la célèbre Buchmesse où s’échangent la plupart des droits internationaux de l’édition a supprimé un hall entier, le hall 8, où se trouvaient d’ordinaire les éditeurs américains, pour mieux regrouper les éditeurs étrangers et les éditeurs allemands dans des halls spécifiques. Les Français sont désormais dans le hall 5. Ils ont mis du temps, disent-ils, à repérer où se trouvaient les toilettes, mais ce déménagement n’a pas eu d’impact négatif : "On est moins stressés, on court moins d’un endroit à l’autre" nous dit l’un d’eux, plutôt satisfait de ce changement.

Le business est marqué par le volontarisme. Tous les intervenants sont maintenant très organisés. Les grandes marques s’affichent avec affectation : Casterman arbore son nouveau Corto Maltese. L’autre produit d’appel de cette année est Tintin avec, notamment L’Art d’Hergé de Pierre Sterckx dont nous parlerons prochainement sur ActuaBD. Les Schtroumpfs, dans le stand de IMPS, s’appuient sur leur nouveau film prévu pour 2017. L’Allemagne entière retient son souffle pour le nouvel Astérix qui sort la semaine prochaine. Les auteurs, Ferri & Conrad, viennent faire le barnum samedi et dimanche. En attendant, on peut voir l’album... sous verre, pas question de le feuilleter !

La BD à Francfort 2015 : sous le signe des marques qui rassurent
Comme dans 20 pays dans le monde, Astérix uber alles !

Une année Lucky Luke

Dargaud dégaine le plan média de Lucky Luke qui fête ses 70 ans en 2016 avec 300 millions d’albums vendus et des traductions en 29 langues avec un lancement dès janvier prochain à Bruxelles, à Paris et à Angoulême, avec une exposition de 120 planches originales du maître, et la publication de L’Art de Morris, un beau livre sur l’auteur du cow-boy solitaire.

Mais c’est surtout la sortie d’une nouvelle saison sur M6 dès le mois de juin et un documentaire sur Arte qui devraient soutenir une action éditoriale où se succèdent les nouveautés : le lancement "massif" pour la publication d’un nouveau Lucky Luke par Jul & Achdé en novembre 2016, un tirage limité spécial 70 ans, une refonte totale des intégrales et également des albums-hommage signés par Mathieu Bonhomme : "L’Homme qui tua Lucky Luke" et "Lucky Luke vu par Bouzard". Nous reviendrons évidemment sur ces événements exceptionnels. Pour bien mettre en condition le client, on l’assoit devant un grand écran...

Sur le stand de Dargaud/Média-Participations, le client est mis en condition, devant l’écran.

Compliqué

"Il y a plutôt de l’allant, du dynamisme, nous dit Sylvain Coissard, l’agent de Gallimard BD, Futuropolis, Denoël Graphic, Sarbacane et Marabout... Les éditeurs habituels sont présents, plutôt à la recherche de choses nouvelles. Mais le chiffre d’affaires est stable. La grosse sortie chez Futuropolis était « Catharsis » de Luz. C’est à la fois réconfortant parce qu’en Allemagne le titre est sorti le 24 septembre chez S. Fischer Verlag qui ne fait pas du tout de BD, mais qui a publié le « Maus » de Spiegelman. C’est un livre qui a profité d’une grosse mise en place et d’une bonne motivation de leur part. Par contre, c’est un titre qui s’est très peu vendu à l’étranger : la plupart des éditeurs ont décliné la proposition. Il sort en Allemagne et en Italie, pas ailleurs. Il y a eu de l’intérêt, mais beaucoup d’éditeurs se sont défilés."

C’est donc une année un peu compliquée qui succède à une année 2014 qui a été excellente pour beaucoup. "On essaie de comprendre ce qui se passe, nous dit Catherine Loiselet, responsable des droits étrangers & audiovisuels chez Bamboo. Le sursaut de l’année dernière ne se confirme pas. Le marché se stabilise. Mais c’est comme en France : on s’attend à vendre tel ou tel livre et on se trouve déçus. On ne sait plus pourquoi ni où les livres se vendent, même pour des séries classiques. Tel éditeur italien qui pensait cartonner avec une série n’explique pas pourquoi elle n’a pas décollé. en revanche, d’autres titres dont on n’attendait pas des miracles font des scores extraordinaires. Les séries pour filles chez Bamboo, comme la série « Sisters » qui a maintenant sept ans, a vendu y compris dans les pays les plus frileux. L’édition américaine cartonne. Quelque chose se passe aux États-Unis", conclut-elle.

"C’est compliqué" nous dit Catherine Loiselet, chez Bamboo.

"Je travaille beaucoup avec l’Allemagne, de mieux en mieux avec les États-Unis, avec la Chine, nous dit Sylvain Coissard. Nous avons vendu en Chine « Matteo » de Gibrat, un titre politique et pointu, pourtant. Ils ont aussi acheté la collection « Louvre ». La série « Aya de Youpougon » chez Gallimard s’est vendue dans une quinzaine de pays, « Le Petit Prince » de Joann Sfar dans plus de pays encore. Chez Futuropolis, « Les Meilleurs Amis » de David B & Jean-Pierre Filiu s’est vendu dans une bonne dizaine de pays et« Les Ignorants » de Davodeau dans huit pays également."

"Les pays qui vont bien, ce sont toujours les Pays-Bas, je trouve, nous dit Catherine Loiselet. L’Allemagne a des chiffres de vente moins élevés mais on continue à travailler pas mal avec eux. Les pays asiatiques continuent d’acheter : la Chine, l’Indonésie. Un peu le Brésil."

Les Grands et les petits

Du côté allemand, visite chez Comic+, un institution créée par Eckart Sackmann & Peter Hörndl, il y a trente ans. Au catalogue, Le Triangle secret, Le Décalogue, Tramp... 400 titres en tout en 30 ans. "Nous n’avons jamais essayé d’être un grand éditeur, nous dit Sackmann. Nous avons publié 20 titres l’année dernière, pour la plupart provenant de Belgique et de France. La création allemande constitue seulement 10% de notre production. La raison ? Quand nous avons commencé en 1985, la bande dessinée francophone classique était à son top. Elle se vendait bien en Allemagne. C’était un âge d’or. Nous n’avons pas voulu accompagner l’évolution du marché allemand qui consommait, dans les années qui ont suivi, toujours plus de comics et de mangas. Nous n’avons pas voulu non plus publier de romans graphiques. Les tirages depuis sont en baisse. Quand nous avons commencé, nous ne publiions jamais un titre en dessous d’un tirage de 5000 exemplaires. Aujourd’hui, cela oscille entre 1500 et 2000 exemplaires. Il y a de nos jours environ 3000 nouvelles BD qui paraissent chaque année. C’est trop pour l’Allemagne ! C’est génial pour les consommateurs, mais pour les éditeurs, c’est difficile. Les éditeurs trouvent souvent des lecteurs, mais leur nombre est de plus en plus réduit, les tirages sont en conséquence. « Le Décalogue » qui a vendu 300 000 ex. en France a vendu seulement 3000 ex en Allemagne. Cela vous permet de comparer.

En Allemagne, la BD n’a pas de valeur culturelle, même si, grâce aux romans graphiques, les choses changent depuis trois ans. C’est dû au fait que ces productions étaient une culture importée, ce n’était pas de la "culture allemande". Comme il y a des auteurs allemands de romans graphiques, ce secteur se développe plus vite que les autres. Pour les séries mainstream, ce n’est pas le cas. Peu de gens peuvent développer une BD réaliste comme « Tramp » en Allemagne. L’absence d’enseignement de cette discipline pour ce genre de production peut constituer une explication. Mais plus prosaïquement, c’est surtout la faible rémunération des auteurs de BD qui fait qu’ils ne s’investissent pas dans ce secteur. L’humour fait cependant exception à cette règle. Autre phénomène : nous publions de plus en plus d’intégrales en Allemagne. En 2016, nous publierons « Giacomo C » de Griffo & Jean Dufaux."

Eckhardt Sackmann. Avec Comic+, 30 ans au service de la BD franco-belge.

Chez les "petits" éditeurs alternatifs, ce n’est pas plus aisé, mais les réseaux sont quand même bien installés. "On vend moins" nous dit Matthias Rozes à L’Association qui présente cette année le nouveau livre d’Olivier Schrauwen, Arsène Schrauwen. "Si cela ne ressemble pas à un Graphic Novel, si c’est trop expérimental, cela n’intéresse pas les éditeurs étrangers. Nos partenaires étrangers, on les trouve plus facilement à Angoulême ou ailleurs. Ici, il n’y a que des gros éditeurs qui ne s’intéressent à nous que s’ils peuvent mettre un livre sous le label du "Graphic Novel".

Miquel Clemente de Six Pieds sous terre qui vient à Francfort de façon sporadique depuis quelques années : "On vient à Francfort, outre pour la saucisse et la bière, pour rappeler qu’on existe, dit-il. Pour donner autant de chance à nos livres que ceux des autres éditeurs. Notre proximité avec l’Espagne fait que nous vendons dans ce pays plus qu’ailleurs."

Reste que cette présence coûte de l’argent : "On est toujours dans un système "bricole", dit-il : j’ai des amis qui me logent à Francfort. Il y a un low cost Montpellier-Francfort qui nous permet de venir en avion. On rame mais on vient à moindre coût."

La vente des droits à l’étranger, que l’on soit petit ou grand, reste un apostolat.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
10 Messages :
  • Okay ... concrètement à combien se chiffre la vente du dernier Astérix jusqu’à présent ?
    Il me semble qu’on nous jette beaucoup de poudre aux yeux...

    Répondre à ce message

    • Répondu par P. le 16 octobre 2015 à  20:56 :

      Pour l’instant, zéro, il n’est pas encore sorti.

      Répondre à ce message

  • Intéressant ce compte-rendu.
    Eckart Sackmann nous parle de 300 000 exemplaires du Décalogue vendus en France, quelqu’un a-t-il vérifié ces chiffres ? Dans ce genre de discussions "sur le marché en général" les chiffres donnés sont souvent faux.

    Répondre à ce message

    • Répondu le 17 octobre 2015 à  03:08 :

      Les éditeurs comptent souvent en cumulant les tomes de chaque tome, ce qui ferait ici 300 000 : 10= 30 000ex par tome, ce qui est tout à fait plausible.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 17 octobre 2015 à  16:45 :

        "les tirages sont en conséquence. « Le Décalogue » qui a vendu 300 000 ex. en France a vendu seulement 3000 ex en Allemagne. Cela vous permet de comparer."

        Donc 3000 ex pour 10 tomes ? 300 ex par tome en moyenne ? Ce ne serait pas une particularité locale, mais un cataclysme éditorial. Soit il manque un zéro, soit on compare des ventes totales avec les ventes du seul dernier tome (qui ne seraient déjà pas très bons)

        Répondre à ce message

  • Oui, la BD allemande est loin d’avoir les performances de son industrie automobile (VW mis à part, bien entendu).
    Beaucoup de traductions de livres francobelges ( je me souviens que des séries comme Dan Cooper et Michel Vaillant y ont eu de gros succès, cela dés les années soixante-dix), de comics (là-bas, panini gére encore DC et Marvel, plus quelques indés) et de mangas. Pour la création nationale, il y eut aussi le studio de Rolf Kauka (BD pour enfants jamais traduits en France). Le cas de Matthias Schultheiss (excellent auteur qui a publié chez Glénat, mais aussi pour Dark Horse aux USA) reste malheureusement isolé, à ma connaissance.

    Répondre à ce message