La BD aussi, hélas, diffuse le racisme et l’antisémitisme sur Internet.

  • Alors que s'achève à Paris une réunion des 55 états membres de l'OSCE (Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe) dont l'objectif était de réfléchir sur les manières de lutter contre le racisme et l'antisémitisme sur Internet où les propos haineux semblent proliférer sans contrainte, constatons que la BD raciste trouve sur la toile un débouché idéal de diffusion. Alarmant.

Cette grande réunion a conclu sur la nécessité d’une « plus grande éducation » du public, des enfants en particulier, tandis que les participants, notamment la France et les États-Unis, s’opposaient sur les moyens à mettre en œuvre pour une législation adaptée pour lutter contre ce genre de dérive.

Pourtant, il y a urgence. Les journaux se sont remplis ces derniers jours d’exemples de sites racistes aussi disponibles qu’éphémères qui prolifèrent sur le Net et dont la sémantique ne fait pas mystère de leur volonté d’éradiquer les « races inférieures ». Le ministre français Michel Barnier estime, selon le quotidien Libération, que « De 2000 à 2004, le nombre des sites violents et extrémistes a augmenté de 300 %. » Le même quotidien rapporte les propos de Marc Knobel, créateur de J’accuse, une association de lutte contre le racisme en ligne, qui dénombre entre «  40.000 et 60.000 sites antisémites, anti-Arabes, anti-Noirs, etc ».

En ce qui nous concerne, nous en avons trouvé un exemple sur un site qui ne répond plus aujourd’hui à l’adresse que vous trouverez sur le document ci-dessous. Il raconte, dans une bande muette destinée à être imprimée et distribuée sous forme de tract, les mésaventures d’un beau héros jeune et blond qui, défendant une jeune fille, belle, jeune et blonde elle aussi, contre une agression de la part d’individus colorés clairement identifiés comme pacifistes et musulmans, se retrouve arrêté et condamné à la prison par des policiers et des juges clairement désignés comme juifs et/ou arabes ou noirs. Cette fable raciste et antidémocratique issue d’un site néonazi américain se termine par une métaphore qui aspire à l’idéal national-socialiste, petite maison de bois dans la campagne, et tout le toutim. La preuve est donc faite que la BD n’est pas exempte de ce type de dérive. Restons vigilants.

La BD aussi, hélas, diffuse le racisme et l'antisémitisme sur Internet.
BD néonazie sur Internet
La BD aussi est capable des pires dérives. DR.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • N’exagérons rien svp la bd a toujours été un mode de propagande relisez Tintin au Congo ou l’Etoile Mystérieuse pour voir que les dessinateurs de bd ont généralement des positions politiques assez délicates et ce que nous tenons actuellement pour du racisme sera considéré dans 50 ans comme bénin ou inversément.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Didier Pasamonik le 6 juillet 2004 à  14:07 :

      Et alors, sous prétexte que, de tout temps, la BD a été un outil de propagande, que les exemples que vous citez soient, comme vous dites, "délicats" (et pas antisémites, ni racistes, je note l’euphémisme), il ne faudrait pas les dénoncer ? D’abord, il faudrait faire la différence entre l’antisémitisme ordinaire, voire plus radical en 1942, d’un Hergé et qui paie à mon sens un peu cher sa célébrité alors que bien d’autres auteurs ont commis ces dérapages, et ces BD militantes qui diffusent la haine volontairement.

      Ensuite si, comme vous le dites, dans 50 ans ce sera considéré comme "bénin", il faut se battre aujourd’hui avec encore plus de détermination pour que cette BD-là n’ait plus droit de cité.

      Le racisme, quel qu’il soit, mérite notre indignation, aujourd’hui comme demain.

      Répondre à ce message

    • Répondu par Flocon le 30 juillet 2004 à  11:39 :

      Il faut quand même respecter la liberté d’expression et voir à quoi leurs auteurs veulent vraiment arriver , juger l’ensemble de l’oeuvre plutôt que de s’arrêter à des détails génants et interroger les personnes de confessions judaïques pour savoir si ces bd les choquent vraiment.
      Aucun Congolais ne s’est jamais offusqué de "Tintin au Congo", a-t-on interrogé les israëliens sur ces bd que nous jugeons (nous chrétiens !)d’antisémites ?
      Il ne faut pas juger sur les apparences,Hergé nous l’a bien appris.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Meroe le 15 avril 2006 à  19:30 :

        Flocon,

        Je ne suis pas de "confession judaïque", expression pour le moins alambiquée, ni "israélienne" (tous les Israéliens ne sont pas juifs et tous les Juifs ne sont pas Israéliens), mais tout simplement juive.
        Je viens de relire "L’Etoile mystérieuse" et, oui, je demeure choquée par le méchant financier qui n’est rien d’autre qu’une caricature du Juif telle qu’on la rencontrait dans les années 30 et 40. J’adore les aventures de Tintin, et je fais la différence entre un antisémitisme virulent et un antisémitisme "de mode", "accidentel", "conjoncturel".
        Pour autant, un antisémitisme reste un antisémitisme, et les images qu’il véhicule sont nocives. La haine et la violence commencent toujours par de petits riens, des "petits dénigrements" qui fertilisent un sol que lequel, un jour, poussent des choses peu souhaitables. Ce n’est pas quand il est trop tard qu’il faut réfléchir. Eduquer à la tolérance, ce n’est pas l’affaire d’une époque ou d’une période, c’est l’affaire de tous et de tout le temps.

        Répondre à ce message