La BD élue du « people » ?

30 mai 2004 0 commentaire
  • Alors que José Garcia se trémousse en jet-setteur des nuits d'Ibiza, consacrant le triomphe du « people » dans les médias, les éditions Soleil osent une nouvelle façon de parler de la BD avec un bimestriel au titre simplissime : « Bandes Dessinées Magazine ». Son objectif ? Offrir au lecteur « Le visage de la BD ».

Tiré à 40.000 exemplaires, créé par Hervé Loiselet, l’un des cofondateurs de BoDoï en rupture de ban avec ses anciens associés, ce nouveau journal accomplit la volonté de Mourad Boudjellal, le patron des éditions Soleil, de lancer un magazine qui mette en avant les gens qui font la BD. « Quelque chose qui ressemble à ce qui existe partout ailleurs, en cinéma, en TV, en musique et en variétés nous explique Hervé Loiselet dans l’éditorial du premier numéro en kiosque depuis quelques jours. Il s’agissait de rompre avec des supports internes et les publications indigestes, les magazines trop sophistiqués ou très pointus...  » Comment ? Avec des photos : « ...beaucoup, le plus possible et il en faudra davantage : foin de l’anonymat et de la distance cultivés par toute la presse BD depuis sa plus tendre enfance, alors que le public n’a jamais été si nombreux à courir les festivals dans l’espoir d’une rencontre furtive avec les auteurs autour d’une table de dédicaces (...) A vous de nous dire si BDMag reflète le visage de la BD ».

Le projet est si enthousiasmant que quelques-unes des signatures d’ ActuaBD (Laurent Mélikian, Didier Pasamonik et Laurent Queyssi) mais aussi de BDZoom (Laurent Turpin), de BDParadisio (Thierry Bellefroid) et d’Auracan (Brieg F. Haslé) ont rejoint le projet. On y retrouve aussi Frédérique Pelletier (Politis, notamment), Gilles Ratier (secrétaire de l’Association des Critiques BD et pilier de l’ Année de la BD), Christian Marmonnier (StoryBoard), Ronan Lancelot (ancien rédac-chef de Fluide Glacial), Olivier Jalabert (responsable de la librairie Album Comics) et Alex Bodecot (le « monsieur Manga » des éditions Soleil), en attendant sans doute d’autres ralliements ?

La BD élue du « people » ?
Hervé Loiselet
Directeur de la rédaction de "Bandes Dessinées Magazine" publié par les éditions Soleil. Photo : D. Pasamonik.

Un magazine BD d’un genre nouveau

Cela donne un sommaire abondant et varié où aucun genre de BD n’est oublié. Le premier numéro s’ouvre sur un dossier Largo Winch de saison puisque le dernier opus vient de paraître tandis que « les auteurs qui font l’actualité de la BD » apportent les ingrédients plus ou moins salés qui composent le menu. Les Festivals en particulier reçoivent une visibilité jamais acquise jusque là. Leurs responsables devraient s’en saisir car la BD ne s’arrête pas une fois pliés les chapiteaux d’Angoulême comme la grande presse tente de nous le faire accroire.

Cette « pipeulisation de la BD » est-elle une dérive ? Nous ne le pensons pas. Elle répond au contraire à un constat : Face à une production chaque jour plus abondante, le public a besoin d’être davantage informé sur les gens qui créent les BD. Quand Bernard Pivot a lancé Apostrophes il y a exactement trente ans, en 1974, les « professionnels de la profession » parfois relayés par les éducateurs, dénonçaient une dérive qui allait écarter le public des livres. Aujourd’hui, on vend vingt fois plus de livres qu’alors, grâce à la télé notamment. Certes, certains « bons clients », comme Jean d’Ormesson doivent leur carrière à cette tribune. Mais constatons par ailleurs que l’académicien est loin d’être un écrivain médiocre et que Soljenitsyne, Bukowski et même un écrivain aussi taiseux que Patrick Modiano ont su s’y tailler une réputation à la mesure de leur génie.

Avec « Bandes Dessinées Magazine » auquel quelques-uns d’entre nous contribuent, nous saisissons l’occasion de donner au monde de la BD encore plus de visibilité, selon une formule de proximité qui a fait notamment le succès d’ActuaBD.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?