La BD est Charlie - La profession rend hommage aux dessinateurs disparus

28 janvier 2015 1 commentaire
  • Il fallait marquer le coup. L'assassinat le 7 janvier dernier de cinq dessinateurs dans la rédaction de Charlie (on n'oublie pas les 12 autres victimes) est un fait unique dans les annales du dessin. Toute la profession s'est donc mobilisée pour produire au moment du 42e Festival International de la BD d'Angoulême un recueil de dessins en hommage aux disparus.

Ils ont œuvré comme des hommes de presse, dans l’urgence, dans l’émotion. D’un trait vengeur ou plus philosophique, d’une façon vociférante ou poétique, mais toujours avec talent.

Ce n’est pas une réponse corporatiste, mais plutôt un cri de douleur : le dessin, la caricature, la bande dessinée sont précisément là pour exprimer des choses informulables avec seulement des mots, d’une façon qui parle directement à l’affect, à l’intelligence instinctive. Les réseaux sociaux en ont publié des milliers, mais chacun recouvre l’autre, comme une vague sur le sable, comme un tsunami avec de nombreuses répliques.

La BD est Charlie - La profession rend hommage aux dessinateurs disparusAussi fallait-il en fixer quelques-uns dans un livre, un marqueur. Mais qui en prendrait l’initiative ? Tous les éditeurs, chacun dans leur coin, dans un marché encombré ? C’était inenvisageable. C’est le Syndicat National de l’Édition qui, depuis plusieurs années entretient en son sein une commission spéciale dédiée à la bande dessinée qui a été à la manœuvre : "Cet ouvrage, conçu à l’initiative du groupe Bande dessinée du Syndicat national de l’édition et ouvert à la participation de tous les éditeurs volontaires, adhérents ou non au syndicat, a été réalisé au profit des familles des dix-sept victimes des attentats, auxquelles sera reversée l’intégralité des bénéfices."

Ce n’est pas la première fois que les éditeurs font cause commune. Chaque année, à l’occasion des 48 heures de la BD, ils font une publication concertée. C’est ce principe de fonctionnement qui a permis de réagir si rapidement aujourd’hui.

"Face à l’horreur, des dessinateurs du monde entier ont fait spontanément usage de la seule arme dont ils disposent : leur crayon, écrit Guy Delcourt, Président du groupe BD du SNE, élu en janvier 2015. Les éditeurs du Groupe BD du SNE, rejoints par de nombreuses autres maisons, les ont accompagnés dans cet élan, en publiant ce livre où percent à chaque page un humour rageur et une émotion à fleur de trait. Plus encore qu’un hommage, La BD est Charlie est une réponse sensible et résolue aux ennemis de la liberté d’expression."

D’autres éditeurs membres du SNE se sont exprimés :

Jacques Glénat, président des éditions Glénat et éditeur des auteurs disparus : " Parmi les nombreuses victimes de cet attentat, des célèbres dessinateurs de presse, auteurs et amis, ont disparu : c’est un très lourd tribut payé par la profession à la liberté de la presse et à la caricature, traditions françaises cultivées à travers les régimes politiques de nos cinq Républiques. La vive réaction de l’édition française, dont ce livre est un exemple parmi beaucoup d’autres, est à la hauteur de ce tragique événement historique."

Philippe Ostermann, directeur éditorial de Dargaud : "Devant l’afflux de témoignages spontanés des auteurs, bouleversés par ce crime atroce, nous avons souhaité réagir très vite, et tous ensemble. L’idée d’un livre collectif est née de cette volonté de montrer l’implication et la solidarité de l’ensemble de la profession. Nous sommes tous, de près ou de loin, liés à l’histoire de Charlie et à celle de ses auteurs."

L’album de 175 pages, tiré à 100 000 exemplaires et vendu 10€ sera disponible au Festival d’Angoulême et en librairie à partir du 5 février 2015.

LES ÉDITEURS PARTICIPANTS

Albert René
Balivernes
Bamboo
Bayard
Casterman
Dargaud
Delcourt
Denoël Graphic
Didier Jeunesse
Dupuis
Éditions du Long Bec,
Éditions du Ricochet,
Flammarion Jeunesse
Fluide glacial
Futuropolis
Gallimard Bande dessinée
Glénat
Hachette
IMAV
L’Agrume
La Boîte à bulles
La Martinière
Le Lombard
Les Deux Royaumes
Les Humanoïdes associés
Locus Solus
Nadoz-Vor Embannadurioù
Panini Comics
Rue de Sèvres
Sarbacane
Soleil
Terre vivante
Urban Comics
Vents d’ouest
Steinkis groupe

LES AUTEURS AYANT PARTICIPÉ

AL-AZAR
ALARY Pierre
ANDRÉ Nicolas
ANLOR
ARANEGA Diego
ARÉ
AUGUSTIN Virginie
AZAM Jacques
BAEKEN Serge
BAJRAM Denis
BAKER Steve
BALEZ Olivier
BALOUP Clément
BARBUCCI Alessandro
BARTE Allan
BAZILE Bruno
BÉLOM
BERCOVICI Philippe
BERNSTEIN Jorge
BERTH
BESSE Christophe
BESSERON Olivier
BESSON Fred
BIHEL Frédéric
BLUTCH
BOCQUET Olivier
BODART Denis
BOUCHARD Gilbert
BOUCQ François
BOURGEOIS Kevin
BOURHIS Hervé
BREYNAERT Sabine
BRUNEL Roger
CANIZALES
CARRÈRE Serge
CASSEGRAIN Didier
CATEL
CESTAC Florence
CHABOUTÉ Christophe
CHEREAU
CLED’12
CLERC Lucille
CORNETTE Jean-Luc
COUTELIS Al
CRUMB Robert
DAB’S
DAIRIN Ian
DAUTREMER Rébecca
DAVODEAU Étienne
DE CASTELBAJAC Vaïnui
DE LA GARE Marcel
DE MOOR Johan
DECAUX
DEHAES Serge
DELACROIX Clothilde
DELIGNE
DELISLE Guy
DESBAT Martin
DOMECQ Mathilde
DUARTE Kyko
DUMAS Patrice
DUME
DUTERTRE Charles
DUTREIX Romain
ERRE Fabrice
FABCARO
FAYOLLE Marion
FERRANDEZ Jaques
FERRI Jean-Yves
FIOR Manuele
FLORIS
GABS
GELUCK Philippe
GILSON David
GIPI
GIRIAT
GOETZINGER Annie
GOMEZ Lucile
GROS Pascal
GUERRA Pia
HANUKA Asaf
HÉLIOT Éric
HERRERO Oscar
HIPPOLYTE
HYMAN Miles
JAMES
JIHO
JOUSSELIN Pascal
JOUVRAY Jérôme
JP AHONEN
JUAN
KABUKI
KERASCOET
KICHKA
KINDT Matt
KOKOR Alain
KRASSINSKY Jean-Paul
KRINGS Jean-Marc
KROLL Pierre
LAFEBRE Jordi
LAPIERRE Francois
LARCENET Manu
LAVENANT Eugénie
LAX Christian
LE CIL VERT
LÉCROART Étienne
LEONI Lucio
LIBERATORE Tanino
LONG Guillaume
LOUISON
LUPANO Wilfrid
MADAULE Bruno
MALTAITE Éric
MANARA Milo
MARCH Guillem
MARINI Enrico
MASSOT Aude
MATHIS Jean-Marc
MAYANA
MAZURIE Jean-Christophe
MIX ET REMIX
MONTAGNE Yves
MONTAIGNE Marion
MORDILLO Guillermo
MOTTURA Paolo
NEEL Julien
NEYESTANI Mana
NICOBY
NOB
OBION
OIRY Stéphane
PAULO Marco
PEETERS Frederik
PESSIN Denis
PÉTILLON René
PEYO Studio
PINHEIRO Nicolai
POPE David
POUPON Nicolas
POZLA
RADICE Teresa
RAKHAM Alex
RAVARD François
REVEL Sandrine
REYNÈS Matthieu
ROBBERECHT
ROSA Domenico
ROUX Stéphane
RUPPERT et MULOT
SAGOT Éric
SAILLARD Rémi
SAIVE Olivier
SALCH Éric
SÉCHERESSE LoÏc
SEURET Jean-Loup
SIRI Maly
SOULCIÉ Thibaut
SPIESSERT Rudy
SWARTE
SWYSEN Bernard
TABARY Nicolas
TARQUIN Didier
TERREUR GRAPHIQUE
THIRIET Jean-Michel
TieKo
TINE
TRONDHEIM Lewis
TURCONI Stefano
VARELA Lucas
VIDBERG Martin
WITKO
YSLAIRE Bernard
ZEP

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album chez Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Oui la BD est Charlie et c’est pourquoi il faut donner le Grand Prix à Charlie Hebdo ,parce que les enjeux en question dépassent de loin toutes autres considérations. L’excuse du contrecoup de l’ émotion est inique et non avenue. Mais les choses semblent bien mal parties et les dés déjà jetés. Hermann Grand Prix sonne comme une évidence tant le bonhomme le mérite et tant il l’a injustement attendu, Otomo aurait fière allure aussi et Alan Moore serait tout aussi méritant. Mais là non, il y a plus urgent, plus important. Et il semble qu’on est bien parti pour passer à côté.La pétition qui a circulé a tout du coup de bâton dans l’eau.

    Un article récent d’ActuaBD posait la question "Hermann Grand Prix ? ".Alors une question bien sentie qui sous-tend une affirmation ?Le nouveau prix "Charlie pour la liberté de la presse" et la volonté empressée de garder le bénéfice des votes du scrutin des 2000 auteurs sont-ils des réactions spontanées logiquement sincères ou légèrement entachées aussi des conséquences d’une partition passablement écrite d’avance ? Par jeu de déduction certaines petites choses permettent de se poser gentiment la question.On va vite le savoir.

    A voir donc.

    Répondre à ce message