Newsletter ActuaBD

La BRAFA 2021 au temps du Covid-19

  • Malgré la situation sanitaire incertaine, la BRAFA a tout de même lieu comme chaque début d'année à Bruxelles. Avec néanmoins quelques adaptations... Cet événement est l'occasion de dresser un bilan de la présence de la galerie Huberty & Breyne à ce rendez-vous ultra select et très prisé des amateurs d'art.

Covid-19 oblige, les organisateurs de la BRAFA, la foire internationale d’art qui se tient traditionnellement chaque année à la fin du mois de janvier sur le site de Tour & Taxis à Bruxelles, ont dû s’adapter à la crise sanitaire. Vu l’interdiction d’organiser un évènement qui rassemble un public important, une édition alternative est mise sur pied. En effet, 129 marchands, répartis dans 14 pays et 38 villes, proposent depuis le 27 janvier et jusqu’au 31 janvier des expositions en galeries ou en ligne, en fonction de la situation sanitaire dans chacun de ces pays.

Parmi les marchands d’art participants à l’initiative, relevons la galerie Huberty & Breyne qui assure chaque année la présence de la bande dessinée à l’évènement bruxellois depuis plus de dix ans. Cette année, la galerie expose des œuvres de Hergé, Philippe Geluck, Milo Manara, François Roca, Loustal, François Avril, Willy Vandersteen, Chabouté, Jean-Claude Götting, Miles Hyman, François Boucq et enfin Midam. Huberty & Breyne accueille également M. Lennart Booij, historien spécialisé dans les objets d’art du XXème siècle.

La BRAFA 2021 au temps du Covid-19
Triptyque Loustal - une martienne, un masque, une jeune fille
Photo © Christian Missia Dio
Miles Hyman - Melrose diner
Photo © Christian Missia Dio

À l’occasion de cette décennie de collaboration entre Huberty & Breyne et la BRAFA, nous nous sommes intéressés aux apports de cette présence régulière pour la galerie bruxelloise, voici leurs réponses :

Pourriez-vous nous communiquer quelques infos relatives aux ventes de votre galerie durant la BRAFA ?

Galerie Huberty & Breyne : Chaque année les ventes sont en progression et l’édition 2020 de la BRAFA est certainement la meilleure que nous ayons réalisée depuis notre première participation en 2009. Nous avons effectué des ventes d’œuvres de chacun des artistes que nous représentions, aussi bien les planches originales que les sculptures, toiles, dessins ou autres.

Quel(s) est/sont les artistes qui ont le mieux vendu durant la BRAFA ?

Les œuvres de Philippe Geluck sont chaque année largement plébiscitées par le public de la BRAFA. Une des pièces maîtresses de l’édition 2020, une sculpture en bronze du Chat de plus d’un mètre d’envergure, intitulée « Chaltérophile », numérotée à 4 exemplaires et proposée à plus de 100.000€, a été acquise par un collectionneur privé. La toile « Mondrian pas sec » présentée à 37.000€ a rejoint une collection particulière ainsi que celle intitulée « Notaires », pour 26.000€. De nombreux multiples (sérigraphies et petites sculptures en bronze) vendues entre 1.400€ et 5.500€ ont également remporté un vif succès.

L’année dernière, nous avions exposé pour la première fois les travaux de Nicolas de Crécy et de Zep, deux artistes avec qui nous débutons une nouvelle collaboration. Leurs œuvres ont conquis le public de la BRAFA. Parmi les pièces présentées, la planche de ZEP intitulée « Les Montres » de 2019 a été cédée pour 20.000€ et l’aquarelle de Nicolas de Crécy « 72th Street Station » mise à prix à 15.000€ a été vendue.

Christophe Chabouté
Photo © Christian Missia Dio
François Roca
Photo © Christian Missia Dio

Les artistes que nous représentons depuis nos débuts à la BRAFA tels que François Avril, Jean-Claude Götting et dernièrement Jacques de Loustal et Miles Hyman ont une nouvelle fois recueilli l’attention du public lors de cette édition 2020. Nous constatons d’ailleurs, au fil des années, qu’une clientèle fidèle s’est formée autour de ces artistes et nous avons réalisé de nombreuses ventes pour chacun d’entre eux. Parmi les transactions majeures, le dytique de « L’Ile Rousse de François Avril » cédé à 14.000€, plusieurs toiles de Jean-Claude Götting dont « La dormeuse en jaune » vendue 6.500€. Les œuvres de Miles Hyman se sont également très bien vendues comme cette huile sur toile « Broadway & Astor » à 9.250€. Idem pour Jacques de Loustal dont une huile sur toile « Le Chien de Matisse » est partie à 6.000€.

Beaucoup d’intérêt également pour Midam et ses sculptures de Blorks, réalisées spécialement pour la BRAFA ainsi que cette œuvre inédite en coquille d’œuf « Blorkus Gigantus » proposée et vendue à 12.500€.

François Avril
Photo © Christian Missia Dio
Midam - Blorkus Covidus
Photo © Christian Missia Dio
Voici quelques unes des œuvres ayant appartenu à Pablo Picasso que le Dr Lennart Booij a confié à la galerie Huberty & Breyne
Photo © Christian Missia Dio

Effectivement, vous avez réalisé de belles ventes l’année dernière. Néanmoins, nous savons que le ticket d’entrée à la BRAFA est assez élevé... Est-ce rentable pour la galerie Huberty & Breyne d’être présente à ce rendez-vous annuel ?

Nous avons été la première galerie à présenter de la Bande Dessinée au sein de cette foire. Je ne vous cache pas que les débuts ont été difficiles car la Bande Dessinée était encore considérée comme un art mineur. Mais à l’époque nous étions persuadés, au contraire, qu’elle était légitime au même titre que les autres disciplines artistiques. À force de persévérance, nous avons su trouver notre place et notre public. Depuis quelques années déjà ce salon est pour nous très bénéfique à différents points de vue. Tout d’abord en termes de ventes mais également en termes de rencontres et de valorisation de la Bande Dessinée sur le marché de l’art.

Votre présence à la BRAFA draine-t-elle un nouveau public dans votre galerie durant l’année ?

La BRAFA est pour nous un rendez-vous essentiel qui nous permet de faire la rencontre de nouveaux clients. Ce public se rend dans notre galerie tout au long de l’année en fonction de la programmation de nos expositions.

Jean-Claude Götting
Photo © Christian Missia Dio
Philippe Geluck - Le Chat
Photo © Christian Missia Dio
François Boucq
Bouncer - Un Diamant pour l’Au-delà & La pitié des Bourreaux
Photo © Christian Missia Dio

Voir en ligne : Galerie Huberty & Breyne

(par Christian MISSIA DIO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Newsletter ActuaBD