La Colline empoisonnée – Par Freddy Nadolny Poustochkine – Futuropolis

8 juillet 2010 1 commentaire
  • Conte tout en langueur sur l’insouciance de l’enfance, {La Colline empoisonnée} de Freddy Nadolny Poustochkine nous fait contempler un regard entre rêve et réalité sur le Cambodge.

Nourri d’incessants aller-retour entre la vie d’un moine novice avant la révolution des Khmers rouges et l’amitié sincère entre Manu (un jeune garçon français) et Aline (une petite réfugiée cambodgienne), La Colline empoisonnée est un album particulièrement original. Inspiré par les souvenirs de l’auteur, qui s’était lui-même lié d’amitié avec une cambodgienne, le récit emprunte des chemins tortueux pour laisser une impression étrange. Lorsque l’on suit le jeune moine, on découvre des paysages asiatiques mystérieux, où la moiteur semble palpable. Le jeu autour du cerf-volant lie cette partie exotique au quotidien français, forcément plus proche, où les horreurs de la dictature de Pol Pot vont implacablement s’infiltrer et parasiter les insouciants jeux d’enfants de Manu et Aline.

La Colline empoisonnée – Par Freddy Nadolny Poustochkine – Futuropolis
Un extrait de "La Colline empoisonnée"
© Poustochkine - Futuropolis

Dans cette bande dessinée de longue haleine (352 pages), la linéarité n’est pas le maître mot. Grâce à un trait souple et expressif, Freddy Nadolny Poustochkine joue sur les sensations plutôt que sur le déroulement clair et précis des événements. Son objectif de mêler rêve et réalité semble parfaitement atteint. On referme l’album en se demandant ce qu’il vient de se passer. Une sensation étrange.

(par Morgan Di Salvia)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre sur Amazon ou à la FNAC

VOIR EN LIGNE :

Le blog de Freddy Nadolny Poustochkine

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Juste, en guise de précision : il n y a aucun prénom dans l’ouvrage, tout comme dans La Chair des pommes paru aux éditions Ego comme X. Comme vous l’aviez dit, je me suis inspiré d’un souvenir d’enfance, donc... Par ailleurs, il y a de nombreux liens entre La Colline empoisonnée et La chair des pommes...
    Merci pour votre article, surtout les deux dernière phrases...

    Répondre à ce message