Newsletter ActuaBD

La Commode aux tiroirs de couleurs, la première BD d’Olivia Ruiz

  • À travers l'adaptation du best-seller d'Olivia Ruiz, les auteurs Véronique Grisseaux, Winoc et Amélie Causse nous livrent un beau travail sur l'importance de la mémoire et des racines familiales. Après le décès de sa grand-mère, une jeune femme hérite d’une commode dont les tiroirs lui ont été interdits jusqu’alors. Chacun contient un objet et une lettre porteuse de la mémoire de Rita, son aïeule. Derrière ces lettres, se découvre tout un pan de l’histoire familiale marquée par la Guerre civile espagnole, l’exil et les difficultés de ce qu’on n’appelait pas encore l’intégration.
La Commode aux tiroirs de couleurs, la première BD d'Olivia Ruiz
Le roman édité par JC Lattès a déjà connu un beau succès avec près de 300 000 exemplaires vendus.

Le récit découpé en neuf chapitres traverse trois générations où se mêlent joie, bonheur, amour, souffrances mais aussi poids des préjugés et racisme ordinaire. Autant de traces de vie, de souvenirs longtemps tus et dissimulés. C’est pour sa petite fille, un retour à la fois intime et sensible sur les conséquences personnelles de l’immigration espagnole provoquée par la dictature franquiste jusqu’au début des années 1970. Un travail de mémoire qu’Olivia Ruiz tenait à honorer.

En 2020, la chanteuse avait publié ce roman autofictionnel illustrant avec talent l’importance de la transmission et le poids de secrets sur plusieurs générations.

Véronique Grisseaux s’est chargée de l’adaptation de cette histoire au format d’un one-shot dessiné à quatre mains par Amélie Causse et Winoc. Le dessinateur des Déracinés [1] et de Gran Café Tortoni [2] a mis tout son savoir-faire au service de ce récit, notamment dans le traitement des décors et des ambiances.

Le résultat est plutôt convaincant et reste fidèle aux grandes lignes du livre. Cette saga franco-espagnole solaire et lumineuse met l’accent sur les conséquences de la Guerre civile ibérique de manière originale. Si elle n’est pas autobiographique, l’histoire touche par son approche de la tragédie de l’exode, en se recentrant sur le destin de Rita, une fillette forcée de s’exiler pour échapper à la dictature et contrainte de s’installer dans le quartier gitan de Narbonne. Son destin de femme en sera forcément affecté, transformé mais aux blessures soigneusement cachées au fond des tiroirs de la commode. L’émotion naît aussi de la mise en scène très maîtrisée et des ambiances créées par le choix des couleurs et des teintes qui apportent un caractère aussi authentique qu’élégant.

Pari réussi avec cette belle adaptation d’un best-seller qui refait le voyage d’une vie au cœur d’une histoire familiale maltraitée par les cicatrices de l’Histoire.

Couleurs et lumières restituent avec justesse le climat du récit initial.

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

La Commode aux tiroirs de couleurs - Par Grisseaux, Causse et Winoc - Editions Grand Angle/Bamboo

[1Sur un scénario de Catherine Bardon, édité chez Philéas.

[2Avec Philippe Charlot, chez Grand Angle.

 
Participez à la discussion
1 Message :
Newsletter ActuaBD