La Femme-Papillon : sourire en temps du confinement

8 novembre 2020 0
  • Vous cherchez un album « feelgood », souriant, à la fois une réflexion sur la création et un jeu plaisant sur les représentations, un récit urbain qui chronique joliment la vie quotidienne ? Lisez « La Femme-Papillon », sans doute l’un des meilleurs livres de Grégory Mardon à ce jour.

Cela fait quelques années que l’on suit Grégory Mardon, depuis son premier album Vague à l’âme aux Humanoïdes Associés en 2000, puis chez Dupuis et enfin chez Futuropolis, où il a publié l’année dernière Le Travail m’a tué, avec Hubert Prolongeau et Arnaud Delalande au scénario.

Dans ces différents labels, il avait suivi son éditeur Sébastien Gnaedig que l’on retrouve d’ailleurs représenté dans cet album, mis en scène avec drôlerie, encourageant son auteur un peu au creux de la vague à s’orienter vers des sujets plus « glamour » - en clair, plus vendeurs car un éditeur, c’est bien connu, ce n’est pas l’Assistance Publique. Et il connaît ses fondamentaux notre vendeur de papier : à l’heure de Black Lives Matter et de #MeToo, il faut une héroïne black qui mette la pâtée aux racistes, aux machistes et autres suprématistes crétins, fussent-ils présidents, le genre d’histoire qui fera immanquablement caqueter les réseaux sociaux.

La Femme-Papillon : sourire en temps du confinement

Alors le voilà, notre auteur, un citadin qui cherche la femme idéale mais qui est séparé d’une nana « sympa », dont il a un enfant, parce qu’elle n’a pas aimé La Règle du jeu de Jean Renoir. Il est dans son atelier en train de gratter ses cheveux raréfiés pour trouver un sujet qui corresponde à l’avance mirifique (enfin, juste de quoi tenir quelques mois) que lui a faite son éditeur. Son meilleur pote, Malik, est physicien et c’est lui qui lui donne indirectement l’idée d’une super-héroïne à ailes et antennes.

Ces prémices auto-fictionnels vont cependant prendre très vite un tour fantastique, car elle existe déjà cette héroïne de fiction, en vrai, là-bas, de l’autre côté de l’Atlantique et, face au succès planétaire de cette nouvelle création (on a les fantasmes qu’on peut), elle ne va tarder à venir se manifester dans la vie un peu trop rangée de notre auteur de bande dessinée qui n’en croit pas de ses yeux.

Cet album est le premier scénario de BD écrit par Michel Coulon, un scénariste de documentaires et de séries d’animation. On lui doit notamment la création de Magic ou la famille féérique pour Arthur de Pins. Un album fichtrement tonique et qui vous imprime un sourire presque à chaque séquence grâce une autodérision permanente et à la justesse de ses observations.

Coulon et Mardon s’amusent avec sagacité du nécessaire fantasme des lendemains meilleurs sans lequel notre vie serait d’une permanente couleur grisaille. Et ça fait sacrément du bien. Que vous l’achetiez en « clique et collecte » ou en ligne, voici un livre anti-confinement qui tombe à pic.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:

BDFugue FNAC Amazon

La Femme-Papillon – Par Michel Coulon et Grégory Mardon – Ed. Futuropolis – 168 pages – 21€

  Un commentaire ?