La Fille du quai - Par Alexine et Fabrice Meddour - Ed. Glénat

16 juillet 2021 0
  • Première collaboration entre la scénariste Alexine ("Bianca", "Sorcières") et le dessinateur et co-scénariste Fabrice Meddour ("Après l'enfer", "Hispañola"), "La Fille du quai" (Ed. Glénat) est un récit mêlant des éléments de fantastique et de tragédie dans une atmosphère mystérieuse marqué par une sordide malédiction. Haurel, poursuivi par une ombre féminine qui fait de sa vie un enfer, peut-il survivre à sa destinée qui s’annonce funeste ?

La Fille du quai est le fruit de la rencontre de deux auteurs : Alexine d’une part, qui est surtout connue comme coloriste et qui s’est prise de passion pour le scénario lorsque l’auteur Crisse l’a repérée, et de Fabrice Meddour d’autre part, chez qui l’on connaît un penchant pour dessiner fables, histoires fantastiques et autres récits de cape et d’épée.

Le style des deux auteurs qui ont choisi d’allier leurs forces ne devrait pas trop surprendre le lecteur fan de Glénat. La Fille du quai s’inscrit dans le récit de genre, entre Fantasy et horreur, où coule le sang et où les personnages féminins sont légèrement vêtus.

La Fille du quai - Par Alexine et Fabrice Meddour - Ed. Glénat

Un orphelin, Haurel, huit ans, vivant à une époque indéterminée (XIXe siècle ?) est la proie de visions troublantes d’une jeune femme aquatique qui ruine sa vie – déjà compliquée – et celle de ses proches. Même quand le bonheur frappe à sa porte, Haurel continue de subir les coups du destin puisqu’une palanquée de bandits violents et pilleurs sévit dans son village, tandis qu’un assassin aux motivations obscures rôde aux alentours.

© Glénat

Les bonnes intentions sont là, mais le récit ne convainc pas. Ellipses abruptes, situations peu claires et fan service l’empêchent de sortir du lot. Si le traumatisme lié à l’enfance constitue une thématique intéressante, il ne suffit pas à un héros somme toute convenu. On comprend vite qu’il ne faut pas trop en faire de cas : La Fille du quai est avant tout une histoire semblable aux contes de vouivres ou de sirènes qui attirent les hommes dans les abysses de leur beauté pernicieuse. Haurel est précipité vers sa fin, ce que laissaient présager les paysages mornes et surréalistes qu’il traverse et qui renforcent le caractère vain de sa condition humaine.

© Glénat

L’album est sauvé par le coup de crayon de Fabrice Meddour, qui livre ici un travail appréciable pour appuyer la temporalité du récit, alternant des scènes d’été chaleureuses, offrant une belle ambiance impressionniste à l’aquarelle, et des nuits à glacer le sang, aux teintes fantomatiques.

(par Auxence DELION)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:

BDFugue FNAC Amazon

La Fille du quai - Scénario : Alexine & Fabrice Meddour - Dessin : Fabrice Meddour - Éditions Glénat - Sortie : 7 juillet 2021 - 64 pages - 15,50 €

  Un commentaire ?