"La Lanterne de Nyx" de Kan Takahama reçoit le Grand Prix Osamu Tezuka 2020 !

29 avril 2020 0 commentaire
  • Kan Takahama, autrice manga prisée en France, reçoit une prestigieuse récompense au Japon, le Grand Prix Osamu Tezuka, pour sa dernière série: "La Lanterne de Nyx"
"La Lanterne de Nyx" de Kan Takahama reçoit le Grand Prix Osamu Tezuka 2020 !

Ainsi que nous le rapporte le - légitimement - triomphant communiqué de presse des éditions Glénat, Kan Takahama remporte le 24e Grand Prix Osamu Tezuka, récompense annoncée par le journal japonais Asahi Shimbun. Ce prix, créé en 1997 (et à ne pas confondre avec un autre prix homonyme, plus ancien mais lié à Shueisha) se divise en plusieurs catégories dont le Grand Prix est la plus prestigieuse .

On peut le juger à la liste des précédents vainqueurs parmi lesquels on compte Jirō Taniguchi pour Au temps de Botchan (1998), Naoki Urasawa pour Monster (1999) puis Pluto (2005), Takeshi Inoue pour Vagabond (2002), Masayuki Ishikawa pour Moyashimon (2008), Yoshihiro Tatsumi pour Une vie dans les marges et Fumi Yoshinaga pour Le Pavillon des hommes ex aequo en 2009, Chica Umino pour March comes in like a Lion en 2014 ou encore Satoru Noda pour Golden Kamui en 2018.

Kan Takahama possède déjà une solide carrière, ainsi que nous la retracions lors du lancement de La Lanterne de Nyx précisément :

« Après qu’on l’a découverte dans le sillage de la nouvelle manga de Frédéric Boilet, alors publiée chez Casterman (Mariko Parade, L’Eau amère ou encore 2 Expressos), Kan Takahama nous était revenue avec de nouveaux projets assez étonnants.

D’une part, une collaboration parue chez Les Arènes BD et orientée vers la France avec Le Goût d’Emma, portrait d’Emmanuelle Maisonneuve, inspectrice du guide Michelin. D’autre part, deux one shot publiés chez Glénat et très marqués par le contexte historique dans lequel ces récits s’inscrivaient : Le Dernier Envol du papillon et Tokyo, amour et libertés. »

La Lanterne de Nyx constitue une vraie réussite que ce prix vient comme naturellement récompenser. La série nous propose de suivre l’itinéraire d’une jeune fille devenue vendeuse d’une boutique atypique dédiée au commerce des objets occidentaux en 1878, au moment où le Japon s’ouvre au monde après deux siècles d’isolationnisme. Déclaration d’amour aux traditions, à la culture et à l’histoire à la fois du Japon et de l’Europe de la fin du XIXe, La Lanterne de Nyx varie les tonalités, démontre une élégance formidable au dessin et nous fait littéralement découvrir des univers tour à tour étrangement exotiques et familiers.

Ce Grand Prix Osamu Tezuka nous paraît ainsi pleinement légitime et mérité. En France, deux des dernières créations de la mangaka avaient fait partie des sélections finales pour le Prix Asie de l’ACBD : Tokyo, amour et libertés en 2018 et La Lanterne de Nyx, donc, en 2019. Avec une passe de trois peut-être en vue puisque Kana Takahama a fait paraître cette année un nouvel opus, l’adaptation de L’Amant de Marguerite Duras, chez Rue de Sèvres cette fois. Un one-shot que l’autrice était d’ailleurs venue présenter à Angoulême en janvier dernier et que l’on pourrait bien retrouver dans la sélection du Comité Asie de l’ACBD pour l’édition 2020. C’est bien tout le mal qu’on lui souhaite après deux "échecs" dans les votes des membres de l’Association.

En attendant, l’opération de Glénat "Un manga par jour" propose de découvrir le tome 1 de la série pendant encore quelques heures. Une occasion à ne pas manquer.

Voir en ligne : LIRE LE TOME 1 EN LIGNE (offre limitée jusqu’au 30/4/2020)

(par Aurélien Pigeat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

  Un commentaire ?