Newsletter ActuaBD

La Lignée : une collaboration multi-scénaristes

  • Avec cette série, les éditions Bamboo inaugurent une nouveau type d'écriture : quatre scénariste s'associent pour nous produire un récit écrit à "huit mains", une sorte de thriller qui mêle épopée familiale et événements historiques du XXe siècle. Une manière de renouveler le Spin-Off ?

Un jugement un peu hâtif pourrait réduire cette nouvelle série à l’histoire d’une famille pas franchement née sous la bonne étoile ! Difficile d’affronter les coups du sort en sachant que les aînés de sa famille sont destinés à ne pas survivre au-delà de l’âge de trente trois ans ! Tel est le fil conducteur d’un nouveau concept éditorial inauguré par la collection Grand Angle.

La Lignée : une collaboration multi-scénaristes
Quatre scénaristes, trois dessinateurs pour une même histoire.

C’est à partir de ce prétexte insolite et plutôt original qu’Hervé Richez scénariste vedette de Bamboo a conçu une histoire articulée autour de quatre destins personnels dont l’issue est fixée dès les premières cases !

De la guerre d’Espagne de 1937 au génocide des Tutsis au Rwanda de 1994, cette saga propose donc d’éclairer le mystère de la lignée des Brossard à travers le destin de cinq de ses membres. L’ensemble se présente sous forme de livres indépendants (un par membre de la Lignée) reliés par cette mystérieuse malédiction. Ainsi nous est donnée l’occasion de revisiter à travers ce prisme quelques événements marquants du vingtième siècle.

Cette épopée familiale traverse le siècle en s’arrêtant sur quelques faits. Chacun des descendants de la famille va subir un destin dramatique, un mystérieux carnet annonciateur de la sinistre prophétie (mourir à trente trois ans) faisant office de fil rouge.

Ce premier tome débute donc avec Antonin tombé sous le charme de la belle Miranda qui va se retrouver au cœur de la guerre d’Espagne plus par amour que par idéal. Ce jeune professeur à la vie rangée et toute tracée va abandonner femme, enfant et villa cossue pour parcourir la campagne espagnole des années 1930 saignée par une guerre civile sans pitié. À la recherche d’une cause ou d’un destin personnel Antonin verra son existence basculer au détour des combats fratricides sur les terres ibériques.

Le premier tome a pour cadre la Guerre d’Espagne, début d’une saga marquée par une malédiction qui va frapper quatre générations.

Conformément au défi que se sont lancés les scénaristes, le héros trouve la mort à la fin de chacune des histoires mais on comprend vite que l’essentiel est ailleurs ! C’est davantage la description de ces itinéraires si singuliers qui suscitent l’intérêt.

Privilégiant des portraits bien affûtés, ce premier récit donne le ton de manière attrayante. Le dessin vif et nerveux d’Olivier Berlion sert avec efficacité le scénario original d’un Laurent Galandon particulièrement à l’aise pour traiter un tel sujet ! Un savant dosage de romantisme un peu kitch et un arrière-plan très politique, un style dans lequel l’auteur de Pour un peu de bonheur a fait ses preuves.

Le second tome proposera de reprendre la lignée à travers l’itinéraire du fils d’Antonin, Marius, au détour de l’année 1954, période d’engagement social à l’image de l’abbé Pierre…

Le second tome dessiné par Xavier Delaporte.

En proposant un épisode indépendant et autonome d’une saga couvrant près d’un demi-siècle les auteurs cherchent-ils à renouveler le principe des séries dérivées, nouveau terrain de chasse des éditeurs ?

Avec La Lignée, Hervé Richez met à contribution quatre auteurs pour travailler ensemble à l’image d’un pool de scénaristes. Chacun a partagé ses idées avec les autres. Ce principe de narration qui cherche à se distinguer non seulement par son originalité mais aussi par sa dynamique particulière tente de renouveler un genre qui n’est pas sans rappeler d’autres initiatives comme celles initiées par Frank Giroud (notamment avec les séries Destins ou Quintet).

Le phénomène des Spin off ou des séries dérivées n’est pas nouveau et les exemples abondent dans le neuvième Art. Les grandes séries ont toutes généré des séries parallèles avec plus ou moins d’originalité, les éditeurs voyant d’un bon œil l’opportunité par ce moyen d’occuper le marché en proposant sur une période courte une série quasi complète. En optant pour le principe du suivi d’une lignée familiale "à la Timour" [1], Bamboo réussit à renouveler (un peu !) le genre tout en restant modeste puisque limité à quatre albums afin « d’éviter l’album de trop ».

Le troisième tome sera dessiné par Olivier Wozniak.

Réunis autour de ce projet d’écriture collective, quatre auteurs de la collection réaliste de l’éditeur : Laurent Galandon (l’Envolée Sauvage, Le Cahier à fleurs), Damien Marie (Welcome to Hope, Ceci est mon corps), Olivier Berlion (Tony Corso, le Cadet des Soupetard) et Jérôme Félix (L’Héritage du Diable, Deuxième chance) se sont attelés à cette tâche.

L’architecture générale reste imprégnée d’une dynamique narrative coordonnée par Hervé Richez qui revendique l’instauration « d’un véritable esprit d’équipe ». Une écriture multi-têtes en quelque sorte associant le plus étroitement possible les dessinateurs.
Une formule originale plutôt captivante dont le premier opus se lit agréablement. On attend la suite avec impatience !

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

La Lignée T1 : Antonin 1937 - Par Galandon et Berlion - Éditions Bamboo

Commander ce livre chez Amazon

Commander ce livre à la FNAC

LA LIGNÉE © Grand Angle pour Bamboo Édition 2012 - Olivier BERLION, Jérôme FELIX, Laurent GALANDON, Damien MARIE , Olivier BERLION

[1Bande dessinée de Sirius publiée dans Spirou qui racontait l’histoire du monde avec comme fil rouge un talisman qui se transmettait de génération en génération. NDLR

 
Newsletter ActuaBD