La Main du singe - Par Alexis Laumaillé – Editions Bamboo

5 mars 2010 2
  • Ce récit est à la croisée de deux destins : celui d’Henry Hawkins, employé administratif, aux archives américaines au corps recouvert de mystérieux tatouages indiens et celui d'un présentateur télé que rien ne prédisposait à une aventure mêlant croyances indiennes et complot nazi.

À la suite d’un accident dont les circonstances restent très obscures, Abel Appelton se retrouve défiguré, il ne doit sa survie qu’à une greffe des organes prélevés sur le corps d’Hawkins décédé le même jour.

Aidé de son infirmière Elizabeth, il va s’apercevoir que les tatouages présents sur ses greffes constituent un enjeu d’importance pour un mystérieux groupe d’Indiens. Ses recherches l’entrainent dans un engrenage infernal : un complot mêlant la tribu indienne de la belle Ozella, gérante d’un casino flottant, et d’anciens dignitaires nazis.

Dans ce second tome , Abel est toujours à la recherche de la vérité sur l’histoire de son donneur se retrouve au cœur des enjeux contradictoires entre les services secrets et d’étranges indiens qui semblent acharnés à mettre la main sur de mystérieux dossiers. Si l’intrigue est digne de grands thrillers hollywoodiens, l’album d’Alexis Laumaillé fait preuve d’audace dans la narration et dans le traitement graphique.

Au fur et à mesure qu’avance l’histoire le lecteur est ramené en arrière par des sauts successifs dans le temps. Selon la progression de son enquête, le jour de l’accident étant identifié comme « jour zéro », (un repère bien utile pour le lecteur distrait) la mécanique du récit se met en place par bribes comme un puzzle spatio-temporel. Une démarche originale qui, si elle peut gêner au départ, s’avère en parfaite osmose avec l’esprit du récit, les hésitations et le trouble du héros, lui-même "en perte de repères". Les pièces du "puzzle"se rejoignent dans un rythme et une cohérence subtile qui donnent toute son efficacité à un thriller tendu et troublant.

La Main du singe - Par Alexis Laumaillé – Editions Bamboo

La finesse du trait d’Alexis Laumaillé donne à ses dessins un réalisme saisissant et reflète avec justesse la psychologie des personnages dont la lisibilité est renforcée par la mise en couleur sensible due au talent de Sébastien Couet, une contribution déterminante pour l’instauration d’un climat terrifiant. Un objet original et captivant dont on attend la suite avec impatience.

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre chez Amazon

[Commander ce livre à la FNAC-/achat-fnac-2350788431]

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • Oui un auteur qui est discret apparemment mais dont le travail est vraiment extra .

    Et le tome 3 arrive ce mois-ci !

    Je mets sa série même si totalement différente sur un même point d’égalité que celle de Vives et Chabane , Pour l’Empire.
    Ce qui correspond à dire qu’il s’agit vraiment de deux séries réussies et qui deviendront des références .Avec le temps !

    Et un point commun à ces deux séries , c’est le super boulot des coloristes .

    Répondre à ce message

    • Répondu le 2 août 2011 à  23:06 :

      Je les ai emprunté à la biblio, ça m’est tombé des mains, le dessin ne fait pas tout, la narration c’est important.

      Répondre à ce message