La Maison de l’architecte polonais et de sa femme algérienne restée au pays - Par Jacques Bablon & Édith Chambon - Éd. Actes Sud BD

11 janvier 2016 0 commentaire
  • {{Jacques Bablon}} (scénario) & {{Édith Chambon}} (dessins), pour leur toute première collaboration nous régalent de leur roman graphique {La Maison de l’architecte polonais et de sa femme algérienne restée au pays}.

La mort du père

Printemps 1983, quelque part dans une banlieue française…
Deux enfants, Zinedine et Margot, plantent un palmier dans le jardin de la maison familiale. C’est leur cadeau de bienvenue à Louise, leur petite sœur qui vient tout juste de naître. Aujourd’hui, leur mère va rentrer de la maternité avec elle, accompagnée de leur grand-mère seule, leur père — Stanislas Kosinski — étant décédé peu de temps auparavant. Louise, petite dernière de la fratrie, ne connaîtra jamais son papa et n’en portera pas le nom.

La Maison de l'architecte polonais et de sa femme algérienne restée au pays - Par Jacques Bablon & Édith Chambon - Éd. Actes Sud BD

Le départ de la mère

Printemps 1984. Mme Kosinski se trouve dans une situation cruelle : veuve avec six enfants, propriétaire de la belle maison moderne aux grandes baies vitrées conçue par son défunt mari architecte, mais avec la vache enragée pour source régulière de revenus, elle se trouve contrainte de vendre les meubles afin de pouvoir nourrir sa petite tribu.

Automne 1990. Au petit matin, un taxi se gare devant la maison. Derrière la porte d’entrée, un trench-coat beige a été soigneusement posé sur un sac de voyage de couleur noire. Mme Kosinski enfile son imperméable, empoigne le sac et quitte la maison qui dort, sans se retourner. Elle rentre seule en Algérie, alors en pleine guerre civile. Pourquoi ?

Page 3 - La Maison de l'architecte polonais et de sa femme algérienne restée au pays - Par Jacques Bablon & Édith Chambon - Éd. Actes Sud BD

Résistants comme un palmier

Abandonnés de tous, comment Louise, Abdallah, Gilles, Mourad, Margot et Zinedine vont-ils pouvoir survivre, seuls dans leur maison d’architecte ? Pourront-ils la conserver ? Comment se construire affectivement, quelle éducation reçoit-on lorsque votre père est mort et que votre mère s’est envolée ? Comment s’accepter et se faire accepter de vos voisins lorsqu’ils vous renvoient constamment à vos origines étrangères ?

Laissez-vous bercer par ce huis clos familial riche en rebondissements et à la fin aussi surprenante qu’inattendue ! Cette très jolie fable — d’abord intimiste — vire ensuite à la comédie franco-polono-algérienne à la sauce botanique, parce qu’un palmier, « ça résiste au froid, jusqu’à -15 °C. »

Le repas - La Maison de l'architecte polonais et de sa femme algérienne restée au pays - Par Jacques Bablon & Édith Chambon - Éd. Actes Sud BD

Voir en ligne : Site Internet d’Édith Chambon

(par Charles HAM)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?