Newsletter ActuaBD

La Molécule du désir - Par Varenne - Page69

8 juillet 2014 13 Adulte par Guido BACRI
adulte 🛒 Acheter
  • Très porno, mais aussi plutôt rigolo, le nouveau Varenne reprend un thème d'abord mis en images dans un album publié en 2000. Le recueil, qui dépasse les 200 pages, se présente comme un objet luxueux, avec sa belle reliure et son signet.

Le prétexte aux galipettes nombreuses ici présentées tient en quelques mots : une chimiste rigide et glacée a inventé un produit qui créé un désir intense, chez celle qui l’ingère mais aussi parmi tous les mâles alentours...

Et voilà notre Docteur Steiner partie en expérimentations diverses avec sa ravissante assistante Yumi.

On n’est pas loin du Déclic de Manara, avec des scènes basées avant tout sur la perte de contrôle. Grande différence ici : du début à la fin, le ton est clairement porno, avec pénétrations multiples et finals quasiment obligatoires en éjaculations faciales.

Mais là où d’autres se contenteraient d’aligner les positions pour satisfaire les turgescences du lecteur, Varenne s’amuse aussi beaucoup. Entre le ton décalé qui sied à chaque situation, les personnages secondaires souvent surprenants et les sentences conclusives du Dr Steiner, on peut parfaitement se contenter d’un sourire satisfait sans pour autant manipuler son entrejambe.

On reconnaît évidemment le style Varenne et ses aplats somptueux. Il capte avec maestria les visages et les attitudes, notamment l’irrésistible Yumi, mais aussi des hommes tantôt séduisants, parfois repoussants, et sa chercheuse au visage ingrat et aux lunettes atroces. Ces oppositions physiques constituent un point fort de la Molécule du désir, et sont bien la preuve que l’auteur jongle avec la perversion comme un chef.

La Molécule du désir - Par Varenne - Page69
© Varenne/Page69 2014

(par Guido BACRI)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Bande dessinée destinée aux adultes.

Commander l’album sur Amazon.fr ou sur FNAC.com

Lire aussi sur notre site :
- Alex Varenne : "Quand on fait de la BD érotique, on renonce à tous les prix."
- la chronique de Hot Dreams - Par Alex Varenne et Adam de Lichana
- La rédemption d’Alex Varenne

 
Participez à la discussion
13 Messages :
  • La Molécule du désir - Par Varenne - Page69
    8 juillet 2014 10:34, par Liaan

    Ce sont les vacances, alors c’est sexe.
    Voir l’article sur "Alraune".
    C’est le "syndrome du Nlle Observateur" ?
    (Lorsque l’été arrive, un n° spécial sexe est là).

    Répondre à ce message

    • Répondu par Oncle Francois le 8 juillet 2014 à  12:06 :

      Vous savez, c’est un thème universel, et les vacances sont célèbres pour les rencontres passagères que la chaleur permet de concrétiser... à Cap d’Agde, Ibiza ou Marrakech !°)

      Répondre à ce message

    • Répondu par Francois Boudet le 15 juillet 2014 à  22:53 :

      La Molécule du désir, Alraune, Vacances de rêve, Hot Stuff, ...

      Répondre à ce message

  • La Molécule du désir - Par Varenne - Page69
    8 juillet 2014 12:57, par Nanouk

    ha ! ha ! Très rigolo. On se tape la cuisse.Votre humour est ravageur.
    Combien coûte cette oeuvre d’art pour bobos bien argentés et désoeuvrés et débandés (55+) ?

    Répondre à ce message

    • Répondu par Pirlouit ! le 8 juillet 2014 à  22:36 :

      22 euros à la fnac, mais le lien vers amazon ne donne rien !

      Ceci dit, je ne comprends pas les allusions masturbatoires à ce genre de titres. Si c’est ce que l’on cherche, mieux vaut aller sur youporn et cie, c’est gratuit, et autrement plus efficace que de la lecture de BD sexy !

      Répondre à ce message

      • Répondu par Melusine le 9 juillet 2014 à  07:36 :

        Vous avez raison. En fait c’est de bd sexy qu’il s’agit. Le terme "porno" est erroné et raccoleur.

        Répondre à ce message

        • Répondu par romi le 10 juillet 2014 à  18:21 :

          désolé, il faut appeler un chat un chat (et une bite une bite comme disait le regretté Frederic DARD)
          c’est de la BD porno, le foutre coule à flot, les planches anatomiques de gynécologie foisonnent, ça n’a rien de sexy, selon moi en tout cas, c’est pas érotique, c’est porno
          Cela dit chacun est libre d’acheter ou pas et de lire ou pas...(moi j’ai lu)
          et d’y trouver ce qu’il y cherche...ou pas...

          Répondre à ce message

          • Répondu par Oncle Francois le 11 juillet 2014 à  11:11 :

            En début de carrière, Varenne était un dessinateur plein d’Ardeur et de trâmes, notamment dans Charlie-mensuel. Mais en vieillissant, il s’est tourné vers l’érotisme glamour, voire assez hard (cela semble le cas ici, maintenant il est probable qu’il s’agisse d’un travail de commande, non ?). La représentation artistique d’un acte d’amour sensuel reste agréable à l’oeil, et rappelle de nombreux souvenirs, il est vrai, mais rien ne vaut le plaisir d’une rencontre réelle. Mais je comprends à la rigueur que ce type de livre puisse exciter les personnes en état de manque affectif (détenus en milieu carcéral, militaires au combat, malades, veufs et veuves, naufragés sur les iles désertes, personnes ayant choisi le célibat ou l’abstinence, etc), qui peuvent éventuellement s’en servir.... pour autre chose que connaitre la fin de l’histoire !°)

            Répondre à ce message

          • Répondu le 25 juillet 2014 à  17:50 :

            Et y avez-vous trouvé votre bonheur ? En fermant votre bd porno, avez-vous vu le monde plus beau, plus intéressant, plus humain ? Avez-vous vu enfin les femmes plus belles ?

            Répondre à ce message

            • Répondu le 26 juillet 2014 à  22:49 :

              Alex Varenne rend les femmes assez belles, oui.

              Répondre à ce message

              • Répondu le 29 juillet 2014 à  14:24 :

                Et avec les vraies femmes, dans la réalité, vous êtes -vous enfin réconcilié ? Apparemment, les jolies poupées dessinées de Varenne ne vous font pas peur, celles-là.

                Répondre à ce message

                • Répondu le 30 juillet 2014 à  10:06 :

                  Primo, à qui parlez-vous exactement dans ce forum ? Secondo, où avez-vous vu que quelqu’un avait peur des femmes ici ? Je pense que votre vision est erronée et surtout entachée de clichés... Ce genre de livres n’est pas réducteur mais est au contraire un plus, un bonus, un divertissement.

                  Répondre à ce message

  • La Molécule du désir - Par Varenne - Page69
    25 juillet 2014 10:40, par FB

    A noter par rapport à l’album paru en 2000 que seules les six premières histoires avaient été publiées en album, soit à peu près 80 pages sur les 215 que compte cet album-ci chez Page69.

    Répondre à ce message

Newsletter ActuaBD