La Mort de Staline, T2 – Par Th. Robin & F. Nury – Dargaud

28 mai 2012 0 commentaire
  • En ce mois de mars 1953, les couteaux sont tirés en Union Soviétique. La mort du camarade Staline, chef incontesté du régime, a ouvert la bataille pour sa succession. Thierry Robin et Fabien Nury en ont tiré l’argument d’une comédie noire, celle d’une transition politique particulièrement combative.

Secoués par la mort du leader naturel du Parti, les membres du Politburo jouent des coudes pour se positionner au mieux dans la bataille de la succession. À coup de directives contradictoires, de renoncements ou de trahisons, les hommes au pouvoir (jusque-là unis par l’ombre du tyran) se déchirent. Beria, Malenkov, Khrouchtchev,… Ils sont une demi-douzaine à se profiler pour prendre les rênes de l’URSS. Dans cette guerre des chefs, menée comme une partie d’échec, la folie des grandeurs, les cérémonies grandioses et la répression ardente du Politburo continue à écraser le peuple russe. L’Union Soviétique sera-t-elle contrainte d’adopter définitivement la sentence : « Le dictateur est mort ! Vive la dictature ! » ?

La Mort de Staline, T2 – Par Th. Robin & F. Nury – Dargaud
Un extrait de "La Mort de Staline"
© Robin - Nury - Dargaud

Après avoir passé plusieurs années à se consacrer à la bande dessinée jeunesse (en dessinant 8 albums de « Petit Père Noël » avec Lewis Trondheim, puis Alexandre Révérend), Thierry Robin a opéré son grand retour dans le registre de la fiction historique. Après Koblenz et Rouge de Chine, deux passionnantes sagas, Robin s’est lié avec celui que l’on considère assez unanimement comme l’un des meilleurs scénaristes réalistes actuels : Fabien Nury. Avec leur diptyque soviétique, le duo s’est emparé d’un fait historique majeur de la seconde moitié du vingtième siècle, pour en livrer une version à peine distordue, tant les événements liés à la succession de Staline avaient déjà quelque chose d’abracadabrant.

On rit jaune en lisant « La Mort de Staline », car comme le précisent les auteurs en exergue, « nul besoin de forcer l’imagination, face à la folie furieuse de Staline et de son entourage ». Dont acte, le petit théâtre politique qui défile dans ces albums a quelque chose de burlesque, sauf que des milliers de personnes sont mortes dans cette farce. Thierry Robin et Fabien Nury nous le rappellent avec un ton grinçant.

(par Morgan Di Salvia)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

A propos de Thierry Robin & Fabien Nury, sur ActuaBD :

> « Nous avons mis en scène ces personnages historiques avec gravité : ce sont de vrais assassins ! » (Entretien en janvier 2011)

> La Mort de Staline T1

  Un commentaire ?