La Nef des Fous - T5 : Puzzle - Par Turf - Delcourt

8 juin 2005 0 commentaire
  • Au fil des albums, {{Turf}} a bâti un univers atypique où se trament des intrigues de palais sur fond de complots. Les précédents opus nous racontaient, entre autres, la manière dont Ambroise, Grand Coordinateur, s'appropriait le pouvoir.

Fort heureusement, dans ce volume, le Roi parvient à reprendre les commandes du royaume. Il était temps, car Ambroise l’avait transformé en une dictature. Il avait notamment rajeuni l’équipe ministérielle - tiens, c’est dans l’air du temps - en confiant les postes à responsabilités à des nourrissons ! Le Roi est de retour, et le fait savoir à la télévision.

Après une longue absence de quatre ans, Turf publie donc enfin le cinquième album de la série. L’auteur ne s’est pas pour autant reposé, puisqu’il a publié, en 2003, Gribouillis, un album atypique (décidément) de 120 pages, où un catalogue de vente par correspondance prend vie grâce à un gribouillis... L’univers d’Eauxfolles, le royaume que Turf met en scène dans la Nef des Fous, est à la fois aberrant, poétique, savoureux et diablement intriguant. Au fil des albums, l’auteur a donné vie à une multitude de personnages attachants. Même Ambroise, le méchant de service, suscite la compassion. Turf passe donc d’un personnage à l’autre, nous racontant leurs destinées au fil des scènes : le Roi, bien sûr ; Arthur, qui s’est enfin décidé à partir à la recherche de Clorinthe dans ce monde si différent d’Eauxfolles ; et enfin les deux gardes qui, eux, font une grosse gaffe.

L’intrigue n’avance pas, et l’on s’ennuie un peu au fil des pages. Heureusement, Turf se révèle être un excellent metteur en scène et un très bon dialoguiste. Certaines paroles de ces personnages poussent le lecteur à la réflexion sur son propre monde.

Le style graphique de l’auteur est toujours aussi maîtrisé et fait parfois plus penser à de l’illustration qu’à de la bande dessinée, tellement chacune des cases est soignée et foisonne de détails. Si bien que l’on prend du plaisir, malgré tout, à tourner les pages.

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?