La Princesse vagabonde T4 & T5 - Par Xia Da - Urban China

  • Devenue stratège pour le compte des turcs, notre princesse doit déployer toute son intelligence pour conseiller le général Ashina, son nouveau maître, aux prises avec les luttes intestines qui rongent la nation nomade. Une tâche qui va l’amener à s’interroger sur sa propre quête de vengeance.

Chine, 626. Pour sauver la capitale de la province Shuo, Li Chang Ge accepte de se mettre au service du général turc Ashina, qui a été impressionné par les talents de stratège dont elle a fait preuve pour défendre la ville… sans se douter qu’elle est en réalité une princesse de sang royal, seule survivante d’un massacre orchestré par son oncle, second fils de l’Empereur, qui lui a permis de s’emparer du trône.

C’est donc dans un tout nouvel environnement que nous plongeons avec ces deux tomes : nous passons des palais chinois à la vaste steppe, terres de nomades, où les ennemis d’hier deviennent ceux à défendre aujourd’hui pour notre héroïne.

La Princesse vagabonde T4 & T5 - Par Xia Da - Urban China

Nous découvrons en Ashina, un homme de parole et d’honneur. En effet s’il ne montre aucune pitié envers ses ennemis, il sait reconnaître la valeur des individus et prend à cœur de veiller sur ses subordonnés. Sans surprise les jeux politiques, à base de piège et de trahison, ont également cours chez les turcs, avec la rivalité qu’entretient le grand Khan entre Ashina, son fils adoptif, et le petit Khan, fils du précédent Khan.

C’est également l’occasion de découvrir leurs rudes conditions de vie de ces peuples et les relations qu’entretiennent les turcs avec leurs tribus vassales comme les ouïgoures et les khitans, jouets de leurs humeurs et de leurs intrigues. Sans oublier la présence de princesses chinoises, épouses ou compagnes de seigneurs turcs, rappelant les nombreux épisodes liant les deux cultures.

Li Chang Ge va se prendre d’affection pour ce peuple, en particulier pour sa servante ouïgoure, tandis que ses compagnons « restés » Chine ne vont pas demeurer inactif. Ainsi tandis que notre héroïne va gagner la confiance d’Ashina, ses propres forces vont de manière inattendue se développer, et leurs plans vont prendre la forme de l’ouverture d’une nouvelle route commerciale.

© Urban China

Cependant la rivalité entre Ashina et le petit Khan va entraîner un épisode sanglant qui va faire basculer une nouvelle fois le récit. Notre héroïne va être confrontée à son impuissance à « sauver tout le monde », et même à ceux qui « refusent d’être sauvés », l’amenant à douter du chemin qu’elle a décidé de suivre, celui de la vengeance, tant les morts vaines semblent se succéder sur ses pas.

Xia Da nous offre un arc narratif qui apporte une nouvelle dimension très intéressante à son œuvre. En effet en sortant son héroïne de son univers familier, elle réussit à la fois à enrichir son univers et à donner un cadre formel au moment très symbolique du passage à l’âge adulte de Li Chang Ge, se soldant sur une « mort » symbolique, en attendant sa prochaine renaissance.

On appréciera une nouvelle fois dans ce manhua -bande dessinée chinoise- le mélange entre récit historique, intrigue politique et stratégie militaire, ainsi que le trait délicat mais puissant de Xia Da qui nous offre de bien belles compositions, que ce soit lors des scènes d’action que lors des arrêts sur les personnages, qui semblent véritablement sortir d’un ailleurs et d’un autre temps.

Une ambiance qui doit certainement à l’omniprésence de la mort et à la façon toute particulière des personnages à lui faire face, le plus souvent teintée d’une acception et d’une mélancolie digne des grandes tragédies.

Débutée en 2011, la pré-publication de La Princesse vagabonde s’est terminée le mois dernier au Japon, dans le magazine Ultra Jump de Shûeisha. Cependant Urban China nous a indiqué que l’édition chinoise, qui nous intéresse ici, se poursuit et devrait s’achever au tome 15.

Une série ni trop longue, ni trop courte, qui nous peint une belle fresque d’un ancien temps aussi universelle que passionnante dont il nous tarde de connaître la suite.

© Urban China
© Urban China

(par Guillaume Boutet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

La Princesse vagabonde T4 & T5. Par Xia Da. Traduction Soline Le Saux. Urban China. Sortie le 22 janvier 2016 & le 5 février 2016. 180 pages & 170 pages. 12,00 euros.

Commander le tome 4 chez Amazon ou à la FNAC

Commander le tome 5 chez Amazon ou à la FNAC

La Princesse vagabonde sur ActuaBD :
- Lire la chronique du tome 1 & notre présentation des éditions Urban China,
- Lire la chronique des tomes 2 & 3.