"La Propriété", le nouveau chef d’œuvre de Rutu Modan

12 novembre 2013 1 commentaire
  • L'artiste israélienne, co-fondatrice du groupe Actus Tragicus, publie ces jours-ci "La Propriété" (Actes Sud). Après le multi-primé "Exit Wounds", meilleur album étranger à Angoulême, "La Propriété" est le nouveau chef-d'œuvre du chef de file de la bande dessinée israélienne, traduit chez nous alors qu'il a reçu la semaine dernière le prix du meilleur album étranger au Festival de Lucca.
"La Propriété", le nouveau chef d'œuvre de Rutu Modan
Energies bloquées de Rutu Modan
Ed. Actes Sud

On ne lui aurait pas donné cher, au dessin de Rutu Modan, cette Ligne Claire un peu molle aux couleurs transparentes... C’est compter sans la force de ses scénarios, la sincérité de ses personnages et une façon de raconter unique et touchante.

Avant l’arrivée de Michel Kichka en Israël, à quelques modestes exceptions près, parmi lesquelles celle, remarquable, de Doudou Geva, les artistes israéliens ignoraient la bande dessinée, en tout cas en librairie. Le rôle moteur du caricaturiste et dessinateur d’origine belge, enseignant à l’école d’art de Bezalel à Jérusalem, a permis l’émergence d’une génération d’auteurs de bande dessinée de premier plan dont les noms sont maintenant honorablement connus : Uri Fink, David Polonsky (Valse avec Bachir), les frères Assaf et Tomer Hanuka, Gilad Seliktar,... Mais aussi le groupe Actus Tragicus.

Modan se souvient du premier cours de Kichka : "Il avait étalé une collection de bandes dessinées sur une table et nous demanda de les feuilleter pendant deux heures. C’était mon premier contact avec la bande dessinée franco-belge."

Rutu Modan et son éditeur français Thomas Gabizon d’Actes Sud
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Co-fondatrice d’Actus Tragicus

Nul mieux que lui, en effet, n’incarne le renouveau de la bande dessinée israélienne. Fondé en 1995 par Rutu Modan et Yirmi Pinkus, bientôt rejoints par Mira Friedmann, Itzik Rennert et Batia Kolton, il apporta à cette bande dessinée d’Israël la touche de modernisme qui lui manquait.

Une présence dès les premières publications au Festival International d’Angoulême (que Kichka leur avait fait découvrir) avec des publications en français publiées à compte d’auteur est couronnée de succès : Modan et Bolton rencontrent Actes Sud et sont publiées en France.

Fille d’un ancien ministre de la santé, Rutu Modan est née en 1966 à Tel Hashomer et habite aujourd’hui Tel Aviv. Comme beaucoup d’auteurs de BD israéliens, son parcours passe par l’académie d’art et de design de Bezalel. Son diplôme à peine en poche, elle lance avec Yirmi Pinkus la version en hébraïque de Mad Magazine, le magazine mythique à caractère politique et satirique créé par Harvey Kurtzman. Mais il se plante rapidement.

How to Love, le dernier ouvrage du groupe Actus Tragicus, inédit en français.

Dans le même temps, las de ces équipées commerciales sans lendemain, ils fondent Actus Tragicus. Le nom du label est une allusion à Jean-Sébastien Bach. "Tant qu’à faire des projets qui se plantent, plaisante Modan, autant faire ce qui nous plaît et pas ce que l’on prétend que le public demande !" Yirmi Pinkus abonde dans son sens : "Ce qui nous plaisait, c’était la bande dessinée alternative, qui montrait une intention artistique. Nous étions jeunes et stupides ! Et si l’on s’était planté, on aurait glosé sur cet "acte tragique"" plaisante-t-il aujourd’hui.

Ils publient le plus souvent directement en anglais, et même en français en 2000, ce qui leur est parfois reproché en Israël. "Quel intérêt de lancer un ouvrage sur un marché de la bande dessinée aussi petit ?" objecte Rutu Modan. L’éditeur d’Actes Sud Thomas Gabizon, qui est aussi libraire, tombant sur ces travaux, décide d’en faire un recueil, Énergies bloquées, en 2005. À la suite de cela, l’éditeur canadien Drawn & Quaterly lui suggère de produire un roman graphique, un projet auquel Actes Sud est associé. Ce sera Exit Wounds (Actes Sud). "Nous n’en croyions pas de nos yeux, c’était très excitant !" nous dit Rutu Modan aujourd’hui.

Exit Wounds, traduit dans 12 langues
Ed. Actes Sud

Le succès mondial d’ "Exit Wounds"

En racontant la vie de Koby Franco, un jeune chauffeur de taxi israélien d’une vingtaine d’années qui rencontre une fille, soldate de l’armée israélienne, qui lui révèle que son père, avec lequel elle aurait eu une liaison et dont le fils n’a plus de nouvelles, a pu être tué lors d’un attentat-suicide, Modan fait un coup d’éclat retentissant alors qu’elle publie son deuxième roman graphique. Dans l’enquête qu’entame ses deux héros, Modan fait un portrait saisissant de la société israélienne, fataliste et désabusée, mais en même temps vivante et déterminée.

Son trait, « une ligne claire fragile », est basé sur une documentation scrupuleuse. Salué par Joe Sacco, l’auteur de Palestine, une nation occupée (Vertige Graphic), Exit Wounds reçoit le Prix France Info et le Prix du Meilleur album étranger à Angoulême en 2008. À l’étranger, elle reçoit la même année l’Eisner Award du meilleur album graphique et est désignée par le gouvernement israélien comme "Jeune artiste de l’année". "Tout s’est passé quasiment en une nuit, se souvient Rutu, les distinctions pleuvaient. Je travaillais dans le métier depuis des années, et là, c’était la reconnaissance. J’avais une chance incroyable." L’album a été traduit dans une douzaine de langues.

"La Propriété" de Rutu Modan
Ed. Actes Sud

Un nouveau roman graphique

"La Propriété" qui vient de paraître chez Actes Sud se lit avec beaucoup d’émotion.

Cela raconte l’histoire d’une vieille dame, Regina Segal, et de sa petite fille Mica qui viennent à Varsovie en Pologne pour tenter de récupérer la "propriété" familiale qui leur a été spoliée par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale.

C’est un sujet grave, très lourd, dans l’actualité (plus de mille tableaux de maître volés aux Juifs viennent d’être retrouvés en Allemagne), mais on se s’aperçoit très vite que tout cela tombe dans une comédie légère, délicieuse et très tendre, où l’on se rend compte que la grand-mère a un lourd secret qu’elle cache depuis des années à toute sa famille. Ce n’est pas un secret tragique, mais au contraire quelque chose d’assez drôle, que la vieille dame -une rebelle dans l’âme- cachait jusqu’à ce que la mort de son fils la décide à revenir en Pologne.

L’album vient à peine de sortir, dans une dizaine de langues, que sa version italienne a reçu le Prix du meilleur roman graphique vendredi dernier au Festival International de Lucca en Italie.

Il est bien parti pour suivre le même chemin en France.

"La Propriété" de Rutu Modan
(c) Actes Sud

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

La Propriété - Par Rutu Modan - Traduction de Rosie Pinhas-Delpuech. Ed. Actes Sud.

- Lire l’interview exclusive de Rutu Modan

Commander La Propriété de Rutu Modan (Actes Sud) chez Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
1 Message :