La République Française et ses mystères

20 mai 2013 2
  • Les secrets de la République sont déclinés dans une nouvelle série cornaquée chez Glénat par Philippe Richelle. Le principe? Construire un polar autour des secrets inavoués des gouvernements successifs de la République Française. Une bonne idée? Sans doute, mais qui peut être améliorée.
La République Française et ses mystères
"Les Mystères de la Quatrième République : Les Résistants de Septembre" par Philippe Richelle et Alfio Buscaglia
Ed. Glénat

Voici encore une de ces séries-concept multi-dessinateurs que les éditeurs de BD déclinent à l’envi depuis quelques années. L’idée est de constituer une collection pour chaque âge de la République Française et d’élaborer un polar autour de chacun des secrets d’histoire qui le caractérisent.

Le volume sur la Troisième République s’intéresse au brutal assassinat, en 1937, d’un patron de quotidien proche des ligues de l’extrême-droite. L’intrigue décrit avec une bonne acuité l’ambiance délétère de cette période qui précède la Seconde Guerre mondiale.

La Quatrième République est caractérisée par la découverte d’un charnier à la Libération, en 1946. Qui sont ces gens assassinés ? Des victimes de l’Occupation nazie, de l’épuration à la Libération ou d’un sordide règlement de compte comme on en connaît aujourd’hui encore dans cette région du Sud de la France ?

L’intrigue concernant la Cinquième République nous porte en 1959, en pleine Guerre d’Algérie et dans le réseau des porteurs de valise du FNL.

"Mystères de la Quatrième République : Les Résistants de Septembre" par Philippe Richelle et Alfio Buscaglia
(c) Glénat

À chaque fois, le scénario est signé Philippe Richelle et arrive à captiver rapidement le lecteur tout en établissant sa trame dans un contexte historique bien caractérisé. Le dessinateur change à chaque titre également et l’attelage, à chaque fois, convainc, en particulier le trait fin d’Alfo Busciaglia et de Pierre Wachs sur la Quatrième et la Troisième République, et le dessin expressif de François Ravard sur la Cinquième. Une bonne surprise, donc.

Là où ça pêche, vraiment, c’est dans l’approche superficielle du contexte historique. Ainsi, le récit sur la IIIe République fait clairement allusion au suicide du ministre socialiste Roger Salengro, traîné dans la boue par la presse d’extrême-droite, en particulier en raison de son action contre les ligues, une campagne qui le pousse au suicide, et à l’affaire Stavisky qui entache le gouvernement Chautemps en 1934, occasionnant sa démission.

"Les Mystères de la Troisième République : Le Démon des années 30" par Philippe Richelle et Pierre Wachs
Ed. Glénat

Or, les noms sont curieusement maquillés, un peu comme si le scénariste ne voulait pas rendre des compte aux historiens, transformant en fiction, et en fiction seule, le matériau historique auquel il fait référence.

Nous avons sur ce plan, là encore, un exemple de ce relativisme que les chercheurs en science politique Damien Boone et Frédéric Zalewski dénonçaient dans nos pages à propos du travail de Lorànt Deutsch. Même si cette approche est coutumière dans les docu-fictions qui prolifèrent à la TV, nous trouvons cela dommage, car elle empêche le lecteur de repérer le réseau de références auquel il est fait allusion, et donc de parfaire sa connaissance de l’Histoire. Dommage, car la série ne manque pas d’atouts.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander Le T1 des "Mystères de la Troisième République : Le Démon des années 30" par Philippe Richelle et Pierre Wachs - Ed. Glénat - chez Amazon ou à la FNAC

Commander le tome 1 des "Mystères de la Quatrième République : Les Résistants de Septembre" par Philippe Richelle et Alfio Buscaglia chez Amazon ou à la FNAC

Commander le tome 1 des "Mystères de la Cinquième république : Le Trésor de guerre" par Philippe Richelle et François Ravard chez Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
2 Messages :